Rechercher

La police a identifié des suspects de l’attaque terroriste meurtrière d’Elad

Alrafaani et Shakir, tous deux originaires d'un village près de Jénine, sont accusés d'avoir tué 3 personnes jeudi ; Bennett : "Nous veillerons à ce qu'ils en paient le prix"

Sabhi abu Shakir à gauche, et As'ad Alrafa'ani sont les principaux suspects de l'attentat terroriste d'Elad du 5 mai 2022 (Credit: Police israélienne).
Sabhi abu Shakir à gauche, et As'ad Alrafa'ani sont les principaux suspects de l'attentat terroriste d'Elad du 5 mai 2022 (Credit: Police israélienne).

Alors qu’une vaste chasse à l’homme se poursuivait vendredi matin pour retrouver les auteurs d’une attaque terroriste meurtrière dans la ville centrale d’Elad un jour plus tôt, la police a déclaré avoir identifié les principaux suspects comme étant deux jeunes hommes palestiniens originaires d’un village proche de la ville de Jénine en Cisjordanie.

Selon la police, les services de sécurité pensent que Asad Alrafaani, âgé de 19 ans, et Sabhi abu Shakir, âgé de 20 ans, tous deux originaires de Rumana, sont les deux terroristes qui ont perpétré l’attaque à Elad.

Ils ont appelé le public à fournir toute information sur l’endroit où se trouvent les deux hommes.

Selon la radio de l’armée, les deux hommes n’ont jamais été impliqués dans des activités terroristes, n’ont jamais été emprisonnés et ne sont pas soupçonnés d’être affiliés à une organisation terroriste.

Les trois victimes de l’attaque terroriste ont été identifiées tôt vendredi matin : Yonatan Havakuk, Boaz Gol et Oren Ben Yiftah, tous trois jeunes pères de famille qui laissent derrière eux au total 16 enfants.

Selon des témoins oculaires, deux terroristes ont attaqué plusieurs personnes à la hache et au couteau jeudi soir dans un parc central et sur une route voisine de cette ville majoritairement ultra-orthodoxe.

Les victimes de l’attaque terroriste d’Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite : Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah. (Autorisation)

Jusqu’à sept personnes ont été blessées dans l’attaque, et au moins l’un d’entre eux se trouve dans un état critique.

L’attaque a eu lieu à la fin de la fête de Yom HaAtsmaout, quelques minutes après la fin des célébrations, alors que le parc était bondé d’Israéliens célébrant la fête nationale.

La police a lancé une chasse à l’homme d’ampleur pour retrouver les deux suspects et a bloqué plusieurs routes dans la région.

Un agent de police sur les lieux d’une attaque terroriste dans la ville centrale d’Elad, le 5 mai 2022. (Credit : Jack Guez / AFP)

Dans un communiqué, la police a indiqué qu’un hélicoptère était utilisé pour rechercher un véhicule qui a fui la scène.

Le chef de la police du district central, le surintendant Avi Bitton, a déclaré jeudi soir que les services de sécurité pensaient que les terroristes étaient toujours dans la zone où ils avaient perpétré l’attaque.

Toutefois, le maire d’Elad, Meir Porush, a déclaré vendredi au radiodiffuseur public Kan que les cours se dérouleraient comme d’habitude dans la ville, mais que les patrouilles de sécurité seraient renforcées.

Elad, une ville de 50 000 habitants, est située non loin de la barrière de sécurité de Cisjordanie, qui a été fréquemment franchie par des terroristes en vue de commettre des attentats.

Outre les suspects de l’attaque d’Elad, les auteurs des récents attentats meurtriers de Bnei Brak et de Tel Aviv étaient également originaires de Jénine et de ses environs.

L’attentat de jeudi fait suite à une vague d’attaques terroristes en Israël et en Cisjordanie ces dernières semaines, et aux menaces répétées des groupes terroristes palestiniens sur le Mont du Temple à Jérusalem.

Il s’agit de la sixième attaque anti-israélienne depuis le 22 mars dernier. Ces attaques, dont certaines ont été perpétrées par des Arabes israéliens et d’autres par des Palestiniens, ont fait 19 morts au total en incluant ceux de jeudi soir à Elad.

Le personnel de sécurité et de secours israélien sur les lieux d’une attaque terroriste à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

L’armée a intensifié ses activités en Cisjordanie afin de tenter de réprimer la spirale de la violence. Les raids qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait au moins 26 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup avaient pris part aux affrontements, tandis que d’autres semblaient être des civils non impliqués.

Les hauts responsables de la sécurité ont procédé à un certain nombre d’évaluations de la situation tout au long de la nuit.

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré dans un communiqué que les forces de sécurité atteindraient les terroristes, où qu’ils se trouvent.

« Nos ennemis se sont lancés dans une campagne de meurtre contre les Juifs », a déclaré Bennett. « Leur objectif est de briser notre esprit, et ils échoueront. »

« Nous mettrons la main sur les terroristes et leurs collaborateurs, et ils en paieront le prix. J’envoie mes condoléances du plus profond de mon cœur aux familles des personnes assassinées », a ajouté Bennett.

Suite à l’attentat, les responsables de la sécurité israélienne ont décidé jeudi soir de prolonger jusqu’à dimanche le bouclage de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, a annoncé le ministère de la Défense.

La fermeture a été mise en place mardi après-midi, avant Yom HaZikaron et Yom HaAtsmaout, et devait se terminer dans la nuit de jeudi à vendredi.

Plus tôt jeudi, des Palestiniens ont affronté la police sur le Mont du Temple à Jérusalem. Le Hamas avait menacé de riposter si les visiteurs juifs étaient autorisés à « prendre d’assaut » le lieu saint.

Les groupes terroristes palestiniens ont fait l’éloge de l’attaque terroriste qui a fait plusieurs morts et blessés israéliens mais aucun n’en a assumé la responsabilité.

Les soldats israéliens arrivent sur les lieux d’une attaque terroriste dans la ville centrale d’Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Jack Guez / AFP)

Le Jihad islamique a salué l’attaque meurtrière comme une « opération héroïque ».

Le groupe terroriste du Hamas a qualifié l’attaque d’ « opération héroïque », affirmant qu’elle répondait à la visite d’Israéliens juifs sur le site sacré du Mont du Temple plus tôt dans la journée de jeudi.

Des centaines de personnes ont visité l’endroit, qui est le site le plus sacré du judaïsme et le troisième de l’islam, pour la première fois depuis Pessah. Le site était fermé aux visiteurs juifs pour la fin du Ramadan.

Dans un discours prononcé samedi dernier, Yahya Sinwar, chef du Hamas à Gaza, a menacé de conséquences violentes si les Israéliens continuaient à visiter le site.

Il a également exhorté les Palestiniens à frapper les Israéliens avec tout ce qu’ils avaient, y compris des haches. « Que tous ceux qui ont un fusil le préparent. Et si vous n’avez pas de fusil, préparez votre couperet, votre hache ou votre couteau », a déclaré Sinwar.

Les Palestiniens et les forces israéliennes se sont affrontés à plusieurs reprises sur le Mont du Temple au cours des dernières semaines. La violence a fait écho aux scènes de l’année dernière, lorsque les émeutes sur le site ont contribué à déclencher une guerre entre Israël et les groupes terroristes basés à Gaza et dirigés par le Hamas.

Depuis la guerre de mai 2021, le Hamas, qui cherche à détruire Israël, a menacé de tirer des roquettes sur Israël si celui-ci violait les « lignes rouges » de l’organisation à Jérusalem. Le groupe terroriste a salué sa « force de dissuasion » contre Israël dans la capitale contestée comme une réalisation clé de la guerre, qui a entraîné une destruction généralisée à Gaza.

Emanuel Fabian et Aaron Boxerman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...