Rechercher

Le Hamas menace Israël d’une « grande bataille » pour Jérusalem

Dans son allocution de plus d'une heure, Yahya Sinouar a fait l'éloge de la récente vague de terreur contre les Israéliens qui a fait 15 morts et encouragé d'autres attaques

Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza, s'exprime depuis la ville de Gaza, le 30 avril 2022. (Crédit : Mahmud Hamas/AFP)
Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza, s'exprime depuis la ville de Gaza, le 30 avril 2022. (Crédit : Mahmud Hamas/AFP)

Le chef du mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas, à la tête de la bande de Gaza, Yahya Sinouar, a averti samedi de la possibilité d’une « grande bataille » contre Israël en cas de ce qu’il a appelé une nouvelle « agression » des forces israéliennes dans la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem.

Dans son allocution de plus d’une heure, Sinouar a fait l’éloge de la récente vague de terreur contre les Israéliens qui a fait 15 morts ; encouragé les Palestiniens de Cisjordanie et les Arabes israéliens à commettre davantage d’attaques ; a salué un « changement global » en faveur de la cause palestinienne ; et a exhorté le parti islamiste Raam à se retirer de la coalition gouvernementale israélienne.

Ces dernières semaines, l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, troisième lieu saint de l’islam et lieu le plus sacré du judaïsme connu sous le nom de mont du Temple, a été le théâtre d’affrontements entre émeutiers palestiniens et police israélienne.

Lors de ces heurts, la police israélienne s’est déployée sur l’esplanade et a aussi pénétré une fois dans la mosquée Al-Aqsa, en lançant des gaz lacrymogènes aux très nombreux lanceurs de pierres, ce qui avait suscité les condamnations de Palestiniens et de pays musulmans.

Des Palestiniens – l’un d’entre eux brandit un drapeau du Hamas – affrontent la police israélienne à la mosquée al-Aqsa, sur le mont du Temple de Jérusalem, le 22 avril 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

« Celui qui prend la décision de répéter cela prendra lui-même la décision de détruire des milliers de synagogues dans le monde entier », a déclaré dans un discours Yahya Sinouar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza.

« Vous devrez vous préparer à une grande bataille si l’occupation (nom donné à Israël par la plupart des Palestiniens, ndlr) n’arrête pas d’attaquer la mosquée Al-Aqsa », a-t-il ajouté. « Nous avons tiré et levé cette épée pour que l’ennemi sache qu’Al-Aqsa n’est pas seule », a déclaré Sinwar. « Al-Aqsa est en effet en danger », a déclaré Sinwar.

Sinwar a en outre accusé Israël de chercher à diviser le mont du Temple telle une « première étape » pour « détruire la mosquée Al-Aqsa et construire un temple » à sa place. Il a cité comme preuve la hausse du nombre de visiteurs juifs sur le lieu saint au cours des dernières années.

Ce rare discours a été prononcé à l’occasion de l’anniversaire, selon le calendrier musulman, de la guerre de 11 jours, en mai 2021, entre Israël et le Hamas.

On aperçoit dans le ciel nocturne des roquettes provenant de Gaza, à droite, tirées en direction d’Israël depuis Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021, tandis que des missiles d’interception Dome de Fer, à gauche, se dressent à leur rencontre. (Crédit : Anas Baba/AFP)

Depuis cette guerre de mai, que le Hamas a baptisée « l’épée de Jérusalem », le groupe terroriste basé à Gaza a menacé de tirer des roquettes sur Israël s’il violait les « lignes rouges » de l’organisation terroriste à Jérusalem. « L’écho de cette opération ne fait que croître », a déclaré Sinwar.

Sinwar a salué ce qu’il considérait comme les vents changeants de l’opinion mondiale contre l’État juif. Il a fait l’éloge des Palestiniens de la diaspora, qui, selon lui, ont provoqué un changement dans l’opinion publique.

« Il y a un changement mondial en faveur de la cause palestinienne, dans de nombreux pays. Ceux qui suivent les médias et le discours politique voient un changement », a déclaré Sinwar.

Il a également rendu hommage à l’Iran, principal ennemi d’Israël, et aux mouvements terroristes soutenus par Téhéran, dont le Hezbollah libanais, le Jihad islamique palestinien et les rebelles Houthis yéménites.

Le député Itamar Ben Gvir visite le Mont du Temple à Jérusalem, le 27 juin 2021. (Capture d’écran : Facebook)

En cas « d’agression » sur l’esplanade lors du « jour de Jérusalem », le Hamas lancera plus d’un millier de roquettes vers Israël, a encore menacé Sinouar. Prévu cette année fin mai, cet évènement fêté en Israël commémore la prise de la partie palestinienne de Jérusalem en 1967.

En vertu d’un statu quo historique, les musulmans sont autorisés à prier sur l’esplanade, tandis que les non musulmans peuvent s’y rendre à des heures précises mais sans y prier. Ces dernières années, le nombre de juifs se rendant sur l’esplanade a augmenté pour atteindre un record en avril lors de Pessah. De nombreux fidèles juifs y sont régulièrement aperçus en train de prier malgré l’interdiction.

La police israélienne a également empêché le député extrémiste Itamar Ben-Gvir de marcher dans la Vieille Ville de Jérusalem, ce qui, selon le groupe terroriste, pourrait déboucher sur des tirs de roquettes.

L’Etat hébreu « ne changera pas » le statu quo historique, a dû encore rappeler pour la énième fois la semaine dernière le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid.

Militants anti-Israël et pro-palestiniens à New York, le 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Sinwar a salué ce qu’il considérait comme les vents changeants de l’opinion mondiale contre l’État juif. Il a fait l’éloge des Palestiniens de la diaspora, qui, selon lui, ont provoqué un changement dans l’opinion publique. « Il y a un changement mondial en faveur de la cause palestinienne, dans de nombreux pays. Ceux qui suivent les médias et le discours politique voient un changement », a déclaré Sinwar.

L’allocution était la première grande apparition publique de Sinwar en près d’un an. En juin dernier, le haut responsable du Hamas avait prononcé un discours de 90 minutes au lendemain de la guerre de mai avec Israël, exposant sa vision de ce que le groupe terroriste avait réalisé. « Si le conflit éclate à nouveau, la forme du Moyen-Orient changera. Nous avons prouvé qu’il y a ceux qui défendent la mosquée Al-Aqsa », se vantait alors Sinwar.

Quelques semaines plus tard, un nouveau gouvernement israélien avait été formé – cette fois avec le soutien du parti islamiste Raam. Raam est la branche politique du Mouvement islamique, dont certains hauts dirigeants ont des liens avec leurs homologues du Hamas.

Sinwar a critiqué Raam et son chef de parti Mansour Abbas, qu’il a appelé « Abu Righal » – un traître légendaire dans la légende pré-islamique. « Que vous serviez de soutien à ce gouvernement qui viole Al-Aqsa est un crime impardonnable », a déclaré Sinwar.

Mansour Abbas, chef du parti Raam, dirige une réunion de faction, au Parlement israélien, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Raam a suspendu son adhésion à la coalition après les récents affrontements entre émeutiers palestiniens et policiers à la mosquée Al-Aqsa. Bien que les tensions ne se soient pas aggravées, Raam n’a pas encore officiellement rejoint le gouvernement.

Abbas a publiquement adopté un programme politique qui cherche à obtenir des gains tangibles pour les Arabes israéliens. Dans des entretiens en arabe et en hébreu, l’islamiste a déclaré qu’Israël « était un État juif et le restera ».

« Pour un Arabe, dire qu’il s’agit d’un État juif est le comble de la dégénérescence », a déclaré Sinwar. « Vous obtenez quelques réalisations pour la société arabe, en échange de la violation d’Al-Aqsa ? »

Sinwar a également salué une vague d’attentats terroristes qui ont fait quinze morts, la vague de violence la plus meurtrière contre les Israéliens depuis des années. Vendredi soir, deux hommes armés palestiniens ont abattu un agent de sécurité à l’extérieur de l’implantation d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie.

Fathi Hazem, le père de Raad Hazem, le terroriste palestinien qui a tué trois Israéliens et blessé plusieurs autres personnes à Tel-Aviv la nuit précédente, donne l’accolade à un ami, chez lui, le 8 avril 2022, dans la ville de Jénine en Cisjordanie. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/ AFP)

Sinwar a évoqué l’attaque menée par Raed Hazem, un Palestinien de Jénine qui a tué trois Israéliens fin mars sur un boulevard animé de Tel Aviv.

« Si un Palestinien avec un pistolet peut faire cela dans le centre-ville de Tel-Aviv, que pourraient faire dix résistants d’élite ? a demandé Sinwar.

Sinwar a félicité le père de Hazem, Fathi Hazem, agent de sécurité à la retraite de l’AP, pour lui avoir donné « la meilleure éducation, qui a produit un tremblement de terre qui a secoué [Israël] ».

« Notre peuple en Cisjordanie, les jeunes de Cisjordanie, n’attendez la décision de personne ! Les actes individuels ont fait leurs preuves avec un succès exceptionnel », a déclaré Sinwar.

Le chef de l’aile politique du mouvement terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza Yahya Sinwar (C) est accueilli par des membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du mouvement palestinien du Hamas, à son arrivée à une réunion dans la ville de Gaza le 30 avril 2022. (Crédit : Mahmud HAMS / AFP)

Quant aux Arabes vivant en Israël, il les a également exhortés à tuer des Israéliens : « Notre peuple vivant à l’intérieur de l’État occupant – dans le Néguev, dans le Triangle [nord], à Haïfa, à Akko, à Jaffa et à Lod – tout le monde qui a une arme à feu devrait la prendre, et ceux qui n’ont pas d’arme à feu devraient prendre un couteau de boucher ou n’importe quel couteau qu’il peut trouver », a-t-il dit.

Sinwar a également critiqué les États-Unis et la communauté internationale pour leur soutien aux réfugiés ukrainiens, mais pas aux Palestiniens. « La conscience du monde est sensible et délicate… face aux réfugiés aux yeux bleus. Eh bien, notre peuple et sa cause ont persisté pendant soixante-dix ans », a déclaré Sinwar.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...