Lapid tente de pourvoir les nombreux postes d’ambassadeur laissés vacants
Rechercher

Lapid tente de pourvoir les nombreux postes d’ambassadeur laissés vacants

Des postes diplomatiques clés, dans des pays tels que la France, le Canada ou l'Australie, ont été laissés vacants par le dernier gouvernement, certains depuis plus d'un an

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Naftali Bennett (G), alors ministre de l'Éducation, et Yair Lapid, président de Yesh Atid, lors d'une cérémonie à Netiv Haavot, dans l'implantation d'Elazar en Cisjordanie, le 23 juillet 2017. (Gershon Elinson/Flash90)
Naftali Bennett (G), alors ministre de l'Éducation, et Yair Lapid, président de Yesh Atid, lors d'une cérémonie à Netiv Haavot, dans l'implantation d'Elazar en Cisjordanie, le 23 juillet 2017. (Gershon Elinson/Flash90)

Alors que des résolutions anti-israéliennes ne cessent d’être adoptées par des organismes internationaux et que l’antisémitisme est en hausse dans le monde entier, Israël n’a toujours pas d’ambassadeur à plein temps dans plusieurs grandes capitales occidentales.

Des sources du ministère des Affaires étrangères ont déclaré au Times of Israel que la première priorité du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid en matière de personnel était de nommer 36 diplomates dont les postes étaient bloqués par le gouvernement Netanyahu depuis plus de six mois. Son équipe travaille maintenant activement à la sélection des candidats pour les postes diplomatiques ouverts réservés aux personnes nommées par le pouvoir politique – y compris les ambassadeurs en France, au Canada et en Australie.

Dans l’accord de coalition de 2020 entre le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, du Likud, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, de Kahol Lavan, les deux partis avaient convenu que le Likud choisirait des personnalités politiques pour diriger les missions israéliennes à Londres, New York, Paris et Canberra. Dans l’accord de coalition avec le Parti travailliste, les partis ont convenu que ce dernier serait en charge de nommer l’ambassadeur au Canada.

Mais dans la pratique, seuls certains des postes ont été pourvus, les membres du Likud Gilad Erdan jouant un double rôle d’ambassadeur aux États-Unis et aux Nations unies, et Tzipi Hotovely représentant Israël à la Court of St. James au Royaume-Uni.

Netanyahu et Gabi Ashkenazi (Kahol Lavan), alors ministre des Affaires étrangères, n’ont pas réussi à s’entendre sur le choix des ambassadeurs en France, au Canada ou en Australie.

L’envoyée d’Israël en France, Aliza Bin-Noun, a quitté ses fonctions à la fin de l’année 2019. Nimrod Barkan a quitté son poste à Ottawa, au Canada, en janvier 2020. Mark Sofer a terminé son mandat d’ambassadeur en Australie en octobre 2020.

Depuis lors, ces postes ont été occupés par des chargés d’affaires temporaires.

Tzipi Hotovely dans son bureau à Jérusalem, le 19 février 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Ce sont des pays intéressants, respectables, sérieux et riches », a déclaré Zvi Magen de l’Institut d’études de sécurité nationale de Tel Aviv, qui a été ambassadeur d’Israël en Russie. « Ces types de pays sont souvent utilisés pour des nominations politiques. »

Selon les décisions gouvernementales de 1999 et 2002, le choix des nominations à 11 postes diplomatiques de haut niveau est réservé au gouvernement – généralement au Premier ministre et au ministre des Affaires étrangères.

Le reste des postes diplomatiques d’Israël sont occupés par des professionnels du ministère des Affaires étrangères.

Mardi, M. Lapid a annoncé qu’il allait nommer l’ancien ministre du tourisme Asaf Zamir au poste de consul général à New York, un poste vacant depuis plus d’un an.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et, derrière eux, le chef du Shin Bet Nadav Argaman, lors d’une conférence de presse après le cessez-le-feu à Gaza, Tel Aviv, le 21 mai 2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Des envoyés politiques sont actuellement en poste en Inde, en Éthiopie, à Houston, à Londres et à Washington/New York.

Il reste à voir si les hauts fonctionnaires nommés par Netanyahu, tels que Hotovely et Erdan, resteront à leur poste dans le nouveau gouvernement. Il est très peu probable que Lapid renvoie des fonctionnaires respectés simplement parce qu’ils ont été nommés par le Likud, mais ils pourraient offrir leur propre démission à un moment donné.

Nous avons besoin d’un ambassadeur pour riposter »

L’ambassadeur d’Israël au Canada est généralement un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères qui occupe son dernier ou avant-dernier poste. M. Barkan, anciennement apprécié à Ottawa, travaillait au ministère des Affaires étrangères depuis 1977. Son prédécesseur, Rafael Barak, était directeur général du ministère avant de prendre ses fonctions en 2013.

Hilik Bar, un ancien député travailliste qui a été actif dans les relations étrangères du Parlement, était pressenti pour devenir ambassadeur au Canada – il avait même commencé à se préparer pour le poste – mais la nomination a été retardée en raison de désaccords au sein du cabinet. Une fois que le gouvernement Netanyahu-Gantz s’est effondré en décembre 2020 et est devenu un gouvernement de transition, il ne pouvait plus approuver les nominations politiques.

Le député de l’Union sioniste Hilik Bar assiste à une réunion de faction à la Knesset, le 8 janvier 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Israël a envoyé des chefs de mission temporaires pour des séjours de quatre mois, notamment Eitan Naeh, aujourd’hui chef de mission d’Israël aux Émirats arabes unis.

Pendant la majeure partie de la période qui a suivi le départ de Barkan, le Canada n’avait pas non plus d’ambassadeur en Israël.

Cette absence de représentation n’a pas eu d’impact significatif sur les relations entre les deux pays, car elle a coïncidé avec les fermetures liées à la COVID-19, et la plupart des délégations commerciales et politiques n’ont pas voyagé.

L’absence d’un ambassadeur permanent à Paris est plus problématique.

« C’est incroyable », a déclaré Emmanuel Navon, membre de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité. « C’est l’une des capitales les plus importantes du monde. »

La France dispose d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies et assumera la présidence de l’Union européenne en 2022. Son armée mène des missions majeures dans des régions présentant un intérêt pour la sécurité nationale d’Israël, avec une flotte française patrouillant en Méditerranée orientale dans le cadre de sa campagne multiforme contre les mouvements turcs en mer et en Libye. Depuis 2013, la France est en tête de la lutte contre le terrorisme islamique dans la région du Sahel en Afrique.

« Je trouve ridicule que dans un pays européen aussi crucial, Israël n’ait même pas de représentant, et laisse tout le travail de hasbara aux communautés juives locales », a déclaré David Allouche, fondateur du réseau Jeunes Diplomates. « Les Juifs français ne pensent pas qu’Israël les soutient réellement par des actions sur le terrain, alors même que le mouvement BDS se renforce en France, avec des mouvements qataris et turcs bien organisés qui poussent le mouvement. »

« Nous avons besoin d’un nouvel ambassadeur motivé pour riposter », a-t-il déclaré.

Des membres de la communauté juive française se rassemblent devant l’ambassade de France à Tel Aviv pour demander justice pour la défunte Sarah Halimi qui a été assassinée par son voisin dans son appartement à Paris, le 25 avril 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« C’est un pays important, et je pense qu’Israël le néglige, se concentrant comme toujours bien sûr sur les États-Unis », a déclaré Navon. « Il est grand temps d’envoyer un ambassadeur qui comprend la France, qui comprend les relations internationales, et qui parle français… Pour les Français, si vous ne parlez pas parfaitement la langue, vous ne pouvez pas être ambassadeur là-bas. »

« L’une des tâches les plus importantes d’un ambassadeur aujourd’hui est d’apparaître dans les médias, et de mener le combat d’Israël en termes de relations publiques et de diplomatie publique », a-t-il ajouté. « Vous avez tous ces événements internationaux où Israël est accusé, Israël est attaqué, et vous n’avez personne là-bas qui apparaît dans les médias avec une parfaite maîtrise du français. »

Les récents nominés politiques à ce poste n’avaient qu’une maîtrise partielle de la langue. Talya Lador-Fresher, ancienne envoyée en Autriche, a occupé temporairement le poste de chargée d’affaires en 2020 après le départ de Bin-Noun, mais elle ne parlait pas français. L’ambassadeur d’Israël en France de 2010 à 2015, Yossi Gal, n’avait qu’une connaissance rudimentaire de la langue.

« Comme beaucoup de nominations importantes dans le service diplomatique, le poste a été pris en otage », a déploré Navon.

Dana Benvenisti-Gabay, directrice de la sécurité régionale et du contreterrorisme au ministère des Affaires étrangères, participe à la session inaugurale de la réunion du Groupe de Travail sur la Sécurité maritime et de l’aviation dans la capitale barheïnie Manama, le 21 octobre 2019. (Crédit : STR/AFP)

Dana Benvinisti, présidente du comité des travailleurs diplomatiques, a déclaré que l’incapacité du gouvernement à avancer des candidats pour ces postes nuisait aux intérêts d’Israël.

« L’absence d’ambassadeurs à temps plein pour les postes – diplomates professionnels ou personnes nommées par le pouvoir politique – limite sans aucun doute les activités de l’ambassade sur place et l’avancement des intérêts vitaux d’Israël dans ces pays », a-t-elle déclaré. « Par conséquent, des progrès rapides doivent être réalisés en ce qui concerne les personnes nommées à temps plein dans leurs capitales. »

« L’approbation cette semaine par le gouvernement lors de sa première réunion des [36] ambassadeurs, après un délai qui a duré de nombreux mois, indique l’importance des relations étrangères aux yeux du gouvernement actuel », a poursuivi Benvinisti avec espoir.

« Je ne dirais pas que [le manque d’ambassadeurs] nuit aux relations, mais ce n’est ni bon ni sain. Nous ne devrions pas faire cela à des pays comme ceux-là », a déclaré Magen.

« Pourtant, il ne s’agit ni de l’ambassade États-Unis ni de celle du Royaume-Uni », a ajouté M. Magen. « Ils ne laisseraient pas de tels postes vides. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...