Le chef de Tsahal confirme la nomination du rabbin Eyal Karim
Rechercher

Le chef de Tsahal confirme la nomination du rabbin Eyal Karim

Le rabbin colonel est connu pour ses remarques à l'encontre des femmes et des gays ; Liberman doit à son tour confirmer pour finaliser le processus

Le rabbin colonel Eyal Karim, le 21 avril 2016. (Crédit : Diana Khananashvili/ministère de la Défense)
Le rabbin colonel Eyal Karim, le 21 avril 2016. (Crédit : Diana Khananashvili/ministère de la Défense)

Le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eisenkot a confirmé la nomination du rabbin colonel Eyal Karim à la tête du rabbinat militaire.

Karim est critiqué depuis plusieurs jours pour diverses remarques effectuées dans le passé.

Le grand rabbin ashkénaze David Lau a félicité le rabbin colonel Eyal Karim suite à sa nomination au rang de rabbin de l’armée.

« Rabbi Eyal Karim est un rabbin bien-aimé dans la société israélienne et sera un modèle exemplaire, » a écrit Lau dans une lettre.

Le ministre adjoint de la Défense Eli Ben-Dahan salue Eisenkot pour avoir maintenu la nomination de Karim comme grand rabbin de l’armée.

« Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une nomination très digne », a dit Ben-Dahan. « Je suis certain que Rabbi Karim, en tant que rabbin militaire, va apprendre à se connecter avec tous les soldats hommes et femmes de Tsahal, de tous les grades, et sera une figure éducative et un leader. »

Eli Ben Dahan sur les lieux d'une attaque au couteau devant les quartiers généraux de l'armée dans le centre de Tel Aviv, le 8 octobre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Eli Ben Dahan sur les lieux d’une attaque au couteau devant les quartiers généraux de l’armée dans le centre de Tel Aviv, le 8 octobre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les déclarations misogynes et anti-gay du colonel désigné pour être le grand rabbin de l’armée israélienne, qui a semblé justifier le viol de femmes non-juives en temps de guerre, ont déclenché mercredi une violente polémique.

Des députés, des organisations féministes et des éditorialistes ont lancé des appels pour barrer la route à la promotion du colonel Eyal Karim, 59 ans, choisi par l’état-major de l’armée.

Sa nomination doit être encore confirmée par le ministre de la Défense, Avigdor Liberman.

Cette mobilisation fait suite au rappel par les médias d’une série de déclarations faites par le rabbin dans le passé. Dans l’une d’elles, il avait affirmé qu’il est « très grave de ‘fraterniser’ avec une femme non-juive, mais c’est permis en temps de guerre » car la Torah (la loi juive) permet de « satisfaire les mauvais penchants ».

Le tollé provoqué a été tel que le rabbin Karim a publié en 2012 un communiqué pour expliquer qu’il était strictement opposé au viol et que ces déclarations ne concernaient que l’époque biblique.

De son côté, l’armée a assuré dans un communiqué que M. Karim « n’avait jamais écrit, dit ou même pensé qu’un soldat israélien avait le droit d’agresser sexuellement une femme durant une guerre ».

Le rabbin s’est également prononcé contre le service militaire pour les femmes, qui doivent porter l’uniforme pendant deux ans contre trois ans pour les hommes.

En 2003, il avait également estimé que les terroristes palestiniens qui ne sont que blessés devaient être tués sur place. « Les terroristes ne doivent pas être traités comme des êtres humains, ce sont des animaux », avait-il décrété.

A propos des homosexuels, il a suggéré qu’ils subissent des traitements car ce sont des personnes « malades et handicapées ».

Le chef d'état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, alors qu'il n'était encore que général (Crédit : Flash90)
Le chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, alors qu’il n’était encore que général (Crédit : Flash90)

Mercredi, le chef de l’état-major Gadi Eisenkot s’est dit en désaccord avec les propos de M. Karim, énoncés alors qu’il était civil, qui « ne sont pas conformes aux valeurs de l’armée ». Mais M. Eisenkot a indiqué qu’il « restait sur sa décision » et que M. Karim était « le grand rabbin désigné » par l’armée.

Dans un communiqué publié à l’issue de la rencontre entre les deux hommes, l’armée a souligné que le colonel Karim respecterait toute personne « sans distinction de religion, de race ou d’orientation sexuelle » et qu’il soutient le service militaire pour les femmes.

Le colonel Karim doit en principe succéder au rabbin général Rafi Peretz qui a achevé un mandat de six ans. Il a étudié à la Yeshiva (séminaire talmudique) Ateret Cohanim, bastion des religieux nationalistes partisans d’une colonisation accélérée à Jérusalem-est occupé. Il a servi comme combattant et a été commandant d’un commando parachutiste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...