Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Le Congrès invite officiellement Netanyahu à s’exprimer lors d’une session bipartite

Les chefs démocrates et républicains de la Chambre des représentants et du Sénat invitent le Premier ministre à "témoigner de la solidarité de l'Amérique avec Israël" en pleine guerre contre le Hamas

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une réunion conjointe du Congrès, au Capitole, à Washington, le 3 mars 2015. (Crédit : Andrew Harnik/AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une réunion conjointe du Congrès, au Capitole, à Washington, le 3 mars 2015. (Crédit : Andrew Harnik/AP)

Les chefs de file des deux partis au Congrès américain ont envoyé au Premier ministre Benjamin Netanyahu une invitation officielle à s’adresser à une session conjointe du Congrès, une preuve de soutien en temps de guerre à l’allié de longue date qu’est Israël, malgré les divisions politiques croissantes sur la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

La lettre a été signée par le président de la Chambre des représentants, le républicain Mike Johnson, le chef de la majorité au Sénat, le démocrate Chuck Schumer, le chef de la minorité à la Chambre des représentants, le démocrate Hakeem Jeffries, et le chef de la minorité au Sénat, le républicain Mitch McConnell.

Dans leur lettre, les chefs de file du Congrès ont déclaré que l’invitation avait pour but de « souligner la solidarité de l’Amérique avec Israël ».

« Nous vous invitons à partager la vision du gouvernement israélien concernant la défense de la démocratie, la lutte contre le terrorisme et l’établissement d’une paix juste et durable dans la région », ont-ils écrit.

Un fonctionnaire israélien a confirmé à la presse que Netanyahu avait reçu l’invitation.

Le discours devrait avoir lieu « dans les huit prochaines semaines ou peu après les vacances d’août », a déclaré une source familière à The Hill.

Mike Johnson, président de la Chambre des représentants, Hakeem Jeffries, chef de la minorité parlementaire, et Chuck Schumer, chef de la majorité sénatoriale, lors du rassemblement de la Marche pour Israël, sur le National Mall, à Washington, le 14 novembre 2023. (Crédit : Manuel Balce Ceneta/AP)

Selon The Hill, l’invitation – d’abord suggérée par Johnson – a été lancée après des semaines de retard causées par Schumer, qui a prononcé un discours au Sénat en mars, appelant à des élections législatives anticipées en Israël pour remplacer Netanyahu. Schumer a finalement consenti, déclarant qu’il était prêt à coopérer à un discours de Netanyahu à condition qu’il soit fait de manière bipartite.

« Les horribles attaques du 7 octobre ont choqué le monde entier et contraint votre nation à lutter pour son existence même. Nous nous joignons à l’État d’Israël dans votre lutte contre le terrorisme, d’autant plus que le [groupe terroriste palestinien du] Hamas continue de retenir en captivité des citoyens américains et israéliens et que ses dirigeants mettent en péril la stabilité régionale », peut-on lire dans la lettre.

« C’est pourquoi, au nom de la direction bipartite de la Chambre des représentants et du Sénat des États-Unis, nous aimerions vous inviter à prendre la parole lors d’une réunion conjointe du Congrès. »

Un fonctionnaire au fait de la question a déclaré au Times of Israel que Netanyahu s’était entretenu avec intérêt ces dernières semaines avec des dirigeants républicains du Congrès au sujet d’une éventuelle intervention lors d’une session conjointe, considérant qu’il s’agissait d’une occasion de faire valoir le point de vue d’Israël sur la scène internationale et qu’il était moins préoccupé par certaines des retombées politiques aux États-Unis.

Les Républicains, y compris le candidat présumé du parti à l’élection présidentielle, Donald Trump, se sont empressés d’afficher leur soutien au Premier ministre israélien et de faire connaître les divisions des Démocrates au sujet d’Israël.

Près de 60 Démocrates avaient boycotté le dernier discours de Netanyahu lors d’une session conjointe en 2015, organisée par les chefs de file républicains du Congrès dans le dos du président de l’époque, Barack Obama, afin que le Premier ministre israélien fasse pression contre l’accord nucléaire – connu sous le nom de JCPOA – que Washington a fini par signer avec l’Iran plus tard cette année-là.

Un nombre beaucoup plus important de Démocrates boycotteraient probablement un discours de Netanyahu, car la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas est devenue de plus en plus impopulaire parmi les progressistes.

La guerre à Gaza déclenchée par les atrocités commises par le Hamas le 7 octobre a également entraîné une rupture des relations entre Netanyahu et le président américain Joe Biden, qui, en mai, a menacé pour la première fois de ne pas fournir d’armes à Israël si ce dernier lançait une incursion de grande envergure dans les zones civiles de Rafah.

Si Netanyahu a confirmé l’invitation du Congrès, il n’a pas encore reçu celle de la Maison Blanche – or se rendre à Washington sans invitation ne ferait qu’accentuer les divergences.

« Je suis ravi du privilège de représenter Israël devant les deux chambres du Congrès et de leur dire la vérité sur notre guerre juste contre ceux qui cherchent à nous tuer », a déclaré Netanyahu samedi dans un communiqué diffusé par son bureau.

Avant même le 7 octobre, Netanyahu n’avait pas reçu d’invitation à la Maison Blanche depuis son retour au pouvoir fin 2022, car il s’est rapidement attiré les foudres de Biden en raison de ses efforts pour réformer radicalement le système judiciaire israélien et de ses actions considérées comme nuisant aux tentatives de l’administration américaine de préserver les perspectives d’une solution à deux États. Biden s’est rendu en Israël peu après l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien. Il s’agissait du tout premier voyage d’un président américain dans l’État hébreu en pleine guerre.

L’invitation de vendredi a été lancée quelques minutes après que Biden a prononcé un discours présentant ce qu’il a déclaré être la dernière proposition israélienne pour un accord de libération des otages et une trêve afin de mettre fin à la guerre, et appelant le Hamas à accepter l’offre.

Un collaborateur du Congrès a déclaré au Times of Israel que le bureau de Schumer s’était coordonné avec la Maison Blanche à ce sujet.

S’il prononce ce discours, Netanyahu sera le premier dirigeant étranger à s’adresser à quatre reprises lors de réunions conjointes du Congrès. Il est actuellement à égalité avec le Premier ministre britannique de la guerre, Winston Churchill.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.