Le Grenier de Sarah : un site pour parler de la Shoah aux enfants et autrement
Rechercher

Le Grenier de Sarah : un site pour parler de la Shoah aux enfants et autrement

Cet outil mis en place par le Mémorial de la Shoah permet de "découvrir des objets et à travers eux des histoires sur les juifs avant et pendant la Seconde Guerre mondiale"

Le Grenier de Sarah permet d'entrer la mémoire juive, à destination des 8-12 ans (Crédit: capture d'écran)
Le Grenier de Sarah permet d'entrer la mémoire juive, à destination des 8-12 ans (Crédit: capture d'écran)

« Je crois que l’on peut parler de l’histoire de l’antisémitisme et de la Shoah à tous les âges, en tenant compte de la sensibilité des enfants, explique Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah au journal La Croix. Mais il ne faut pas se limiter à ce qui est négatif. Le judaïsme, ce n’est pas seulement la persécution et le génocide. C’est aussi une histoire qu’il faut faire découvrir aux jeunes pour déconstruire les préjugés ».

Alors, pour faciliter l’accès au monde juif, à sa culture, à ses histoires qui ne se résument pas à la Shoah, le Mémorial a créé, en partenariat avec le ministère de l’Education, un site ludique : Le grenier de Sarah.

Il « propose aux parents et aux enseignants un outil pédagogique (…) explique Jacques Fredj. Grâce au site internet ‘Le grenier de Sarah’, ils peuvent découvrir des objets et à travers eux des histoires sur les juifs avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est une manière de parler du judaïsme, des juifs et de la culture juive ».

En entrant dans le grenier, on peut balader sa souris sur différents objets qui emmèneront les visiteurs vers neuf parcours : la vieille bibliothèque renferme des contes pour enfants : Le hoquet, Mendele le pauvre, ou encore Ça pourrait toujours être pire

Le vieux gramophone du grenier explique enfin qu’est-ce que veut dire un mensh, cet idéal masculin du monde yiddish de droiture, de calme et de force.

« Cette démarche est fondamentale, ne serait-ce que pour expliquer que les juifs sont des citoyens à part entière, qu’ils ont une nationalité avant d’être juifs, » conclut le directeur du Mémorial de la Shoah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...