Le Hamas salue l’UNESCO, qui critique les activités israéliennes à Jérusalem
Rechercher

Le Hamas salue l’UNESCO, qui critique les activités israéliennes à Jérusalem

Le groupe terroriste demande des actions de suivi de la résolution pour lutter contre la “judaïsation” de la Vieille Ville

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Contraste entre la Vieille Ville antique de Jérusalem et les quartiers modernes de la capitale, le 9 janvier 2017. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Contraste entre la Vieille Ville antique de Jérusalem et les quartiers modernes de la capitale, le 9 janvier 2017. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le groupe terroriste du Hamas a salué mercredi une résolution adoptée par la branche culturelle des Nations unies, qui condamne les activités israéliennes à Jérusalem Est et dans la Vieille Ville. Il a également appelé les Nations unies à empêcher la « judaïsation » de ces zones.

La résolution présentée par la Jordanie et adoptée mardi par le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO établit qu’Israël est « la puissance occupante » de la Vieille Ville de Jérusalem, et réaffirme de précédentes résolutions des Nations unies qui refusent les revendications du pays sur Jérusalem Est.

L’annexion par Israël de Jérusalem Est n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Un porte-parole du Hamas, Abdel Latif al-Qanua, a déclaré dans un communiqué que la résolution de l’UNESCO détruit le faux narratif israélien et affirme les droits palestiniens sur Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa, a indiqué le site internet du groupe terroriste.

Qanua a demandé que les résolutions soient suivies d’actions sur le terrain, pour « sauver Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa de la judaïsation, des fouilles et des projets sionistes. »

Les fouilles archéologiques dans le quartier de Shuafat, au nord de Jérusalem (Crédit : Autorité israélienne des Antiquités)
Les fouilles archéologiques dans le quartier de Shuafat, au nord de Jérusalem (Crédit : Autorité israélienne des Antiquités)

Le porte-parole du Hamas a également remercié tous les pays qui ont soutenu le vote. Dix pays ont voté en faveur du texte, dont la formulation était adoucie par rapport aux précédentes résolutions. Seuls trois états membres, la Jamaïque, les Philippines et le Burkina Faso, ont voté contre le texte, et huit pays se sont abstenus.

Le Fatah, parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a lui aussi salué le vote mardi. Jamal Nazzal, porte-parole du Fatah en Europe, a déclaré que c’était une « justice historique » et « un autre reflet de notre position internationale qui s’oppose à la politique israélienne, et de notre position qui rejette la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’occupation. »

La résolution fustige « l’échec des autorités occupantes israéliennes à cesser les fouilles persistantes, le creusement de tunnels, les projets et d’autres pratiques illégales à Jérusalem Est, en particulier dans et aux alentours de la Vieille Ville de Jérusalem, qui sont illégaux au regard du droit international. »

La décision 41 COM 7A.36 souligne cependant aussi « l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses Murailles pour les trois religions monothéistes », des termes qui ne se trouvaient pas dans les textes précédents.

Le texte ne cite pas non plus le complexe du mont du Temple en utilisant uniquement ses noms musulmans, « Mosquée Al-Aqsa/Al-Haram Al-Sharif », comme le faisait la résolution de 2016, qui le définissait comme « un lieu de culte musulman ».

Même si le texte a été adouci par rapport aux précédentes résolutions de l’UNESCO, il a été vivement critiqué par les responsables israéliens.

Le ministère des Affaires étrangères a répondu en affirmant que la décision ne changeait pas la réalité, à savoir que Jérusalem est la capitale du peuple juif.

 » Une autre décision étrange et hors sujet de l’UNESCO, qui agit au nom des ennemis de l’histoire et de la vérité », a indiqué le ministère dans un communiqué. Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif, et aucune décision de l’UNESCO ne peut changer cette réalité. Elle est triste, inutile et pathétique. Il faut souligner que cette décision n’a même pas obtenu la majorité des voix. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...