Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Le plan d’Israël pour « le jour d’après » commencera bientôt dans le nord de Gaza – Hanegbi

Évoquant les tentatives visant à trouver une solution diplomatique aux hostilités avec le Hezbollah, le Conseiller à la sécurité nationale a indiqué qu'Israël et les États-Unis "ont confiance" dans les efforts visant à éviter le déclenchement d'un conflit plus large

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi s'exprime pendant une conférence à Herzliya, le 24 juin 2024. (Crédit :  Ariela Lopez/The Times of Israel)
Le Conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi s'exprime pendant une conférence à Herzliya, le 24 juin 2024. (Crédit : Ariela Lopez/The Times of Israel)

Le plan d’Israël pour « le jour d’après » le Hamas à Gaza sera mis en œuvre dans le nord de la bande dans les prochains jours, a déclaré le Conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi.

S’exprimant lors de la Conférence de Herzliya, à l’université Reichmann, Hanegbi a déclaré que le plan proposé par l’armée israélienne s’était « affiné » au cours des dernières semaines et « que nous assisterons à sa mise en pratique sur le terrain » sous peu.

« Nous n’avons pas à attendre que le Hamas ait disparu parce que ce sera un processus long », a-t-il ajouté.

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a essuyé des critiques féroces depuis des mois pour son absence de volonté de mettre en œuvre un plan concrétisant le remplacement du Hamas.

Hanegbi a affirmé que mettre en place un processus qui, à terme, permettra de remplacer le groupe terroriste au pouvoir dans la bande est essentiel à une victoire à long-terme au sein de l’enclave côtière : « Nous ne pouvons pas nous débarrasser du Hamas en tant qu’idée et nous avons besoin d’une idée alternative en conséquence ».

L’alternative, a-t-il précisé, est un gouvernement qui s’appuiera sur les locaux qui souhaitent vivre aux côtés d’Israël. Ils devront être soutenus par les États arabes modérés, a-t-il ajouté.

« A la minute où les capacités du Hamas à faire fonctionner ses systèmes civil et militaire – comme il le faisait avant le 7 octobre – auront disparu, il sera plus facile pour les pays qui souhaitent voir une alternative à la gouvernance du Hamas, à Gaza, avec des responsables locaux, de se joindre à ce processus », a-t-il indiqué.

« Et cela commence à prendre forme maintenant », a-t-il continué.

Des membres des familles d’otages – dont Ayala Metzger dont le beau-père, Yoram Metzger, est actuellement maintenu en captivité à Gaza et Dani Elgarat, dont le frère Itzik Elgarat se trouve, lui aussi, dans les geôles du Hamas – ont interpellé en hurlant le conseiller de Netanyahu au sujet des otages.

Hanegbi a reconnu que le temps ne jouait pas en faveur des captifs mais il s’est dit optimiste sur le fait que les négociations avec le Hamas – des pourparlers qui portent sur un accord qui permettrait aux otages de recouvrer la liberté – aboutiront.

Des familles d’otages appelant à la conclusion d’un accord interpellent le Conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi (hors champ) lors d’une conférence à Herzliya, le 24 juin 2024. (Crédit : Ariela Lopez/The Times of Israel)

« Aujourd’hui, des pressions massives sont exercées sur le Hamas à l’international ; il y a une chance que ça fonctionne », a-t-il expliqué, ajoutant que le Qatar, lui aussi, subissait des pressions pour qu’il parvienne à convaincre les dirigeants du groupe terroriste qui se trouvent à l’étranger d’apporter leur soutien à la proposition qui avait été présentée par le président américain Joe Biden, le 31 mai.

Une proposition qui a été qualifiée « d’Israélienne » par Hanegbi.

Il a aussi salué les discussions que le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer a pu avoir à Washington, à la fin de la semaine dernière.

Des conversations qui, a-t-il raconté, « ont été les plus profondes jusqu’à présent ; elles ont porté sur la seule question des otages avec des personnalités de premier plan de la Maison Blanche. » Il a ajouté qu’Israël « a l’impression que l’engagement des États-Unis est de 100 % ».

« Nous devons rester fermes et unis autour de cette proposition parce que c’est elle qui ouvrira la porte au processus général de rapatriement des otages », a noté Hanegbi.

Évoquant les tentatives visant à trouver une solution diplomatiques aux hostilités avec le Hezbollah, sur la frontière nord, le Conseiller à la sécurité nationale a indiqué qu’Israël et les États-Unis « ont confiance » dans les efforts visant à éviter le déclenchement d’un conflit plus large, des efforts dont Washington a pris la tête.

« Et s’il n’y a pas d’arrangement par la voie diplomatique, tout le monde comprend bien qu’il y en aura un par d’autres moyens », a-t-il averti.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.