Rechercher

Le président de la Colombie ouvre un premier bureau de l’Innovation à Jérusalem

"Cette initiative confirme qu'Israël est un partenaire déterminant en termes d'innovation", a dit Ivan Duque, venu avec une délégation de 95 personnes - dont six ministres

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président colombien Ivan Duque, à gauche, serre la main de l'ambassadeur israélien en Colombie, Christian Cantor, à Jérusalem, le 9 novembre 2021. (Crédit :  Jorge Novominski)
Le président colombien Ivan Duque, à gauche, serre la main de l'ambassadeur israélien en Colombie, Christian Cantor, à Jérusalem, le 9 novembre 2021. (Crédit : Jorge Novominski)

Le président colombien Ivan Duque a inauguré mardi un bureau du commerce et de l’innovation à Jérusalem, une initiative qui semble approfondir encore les liens déjà étroits tissés entre Israël et l’un de ses alliés les plus proches en Amérique du sud.

Le bureau de Jérusalem de l’Innpulsa – l’agence chargée de l’entrepreneuriat et de l’innovation de Bogota – est le premier centre d’innovation colombien situé à l’étranger à ouvrir ses portes. Duque prévoit d’installer des bureaux similaires en Corée du sud et à San Francisco.

C’est l’Autorité israélienne de l’Innovation qui a organisé cette inauguration qui a eu lieu en présence de la ministre des Sciences et des Technologies Orit Farkash-Hacohen, du président de l’Autorité de l’Innovation Ami Appelbaum, et du directeur-général adjoint du département chargé de l’Amérique latine au sein du ministère des Affaires étrangères Jonathan Peled.

« La Colombie est une véritable amie d’Israël », a commenté Farkash-Hacohen. « Les gouvernements créent des pactes mais ce sont les populations qui construisent des passerelles entre elles… Le nouveau bureau de l’Innupulsa de Jérusalem, tourné vers l’innovation, va créer des initiatives significatives en termes de coopération stratégique dans les secteurs des sciences et des technologies ».

« Nous abordons aujourd’hui un tournant important dans les relations entre la Colombie et Israël », a pour sa part écrit Duque sur Twitter. « Cette initiative confirme qu’Israël est notre partenaire déterminant en termes d’innovation ».

Lundi, le Premier ministre Naftali Bennett a rencontré Duque à Jérusalem et les deux hommes ont discuté, entre autres, de la menace iranienne.

Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, serre la main au président colombien Ivan Duque au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 9 novembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Bennett a remercié Duque pour avoir ajouté le Hezbollah et les Gardiens de la révolution iraniens sur la liste colombienne des organisations terroristes.

Le président Isaac Herzog a reçu, lundi soir, Duque pour un dîner officiel à la résidence du président.

« Nous savons aujourd’hui que notre relation a atteint un niveau absolument sans précédent », a déclaré Duque, portant un toast. « Nous collaborons dans notre travail livré sur de nombreux fronts. Mais nous désirons – nos deux pays le souhaitent – encore amener ces liens à un niveau supérieur. »

« Parce que la Colombie est l’alliée numéro un d’Israël en Amérique latine », a-t-il continué.

« Nous voulons être votre Start-Up Nation jumelle en Amérique latine », a-t-il conclu.

Duque est à la tête d’une délégation formée de 95 personnes qui comprend notamment les ministres de la Défense, de la Santé, de l’Agriculture, de l’Environnement et des Transports colombiens. Des responsables, des hommes d’affaires colombiens ainsi que des représentants de la communauté juive du pays accompagnent également le président.

Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, serre la main au président colombien Ivan Duque au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 9 novembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

L’envergure et la constitution de la délégation « soulignent l’importance de cette relation bilatérale et le désir de la Colombie – qui est aussi bien sûr le nôtre – d’élargir la coopération sur un grand nombre de questions », avait commenté Peled, directeur-adjoint du département d’Amérique latine au sein du ministère des Affaires étrangères, lors d’un point-presse, la semaine dernière.

Duque avait annoncé son intention d’ouvrir ce nouveau bureau au mois d’août 2020 au cours d’une visioconférence avec le Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, marquant la ratification d’un accord de libre-échange entre les deux pays.

Cette nouvelle mission aidera la Colombie « à consolider les opportunités de la quatrième révolution industrielle », avait-il déclaré à ce moment-là.

C’est la première visite effectuée par Duque en Israël et la deuxième d’un président colombien au sein de l’État juif. Juan Manuel Santos y avait fait le déplacement en 2013.

Duque a atterri en Israël dimanche et il a passé la journée à visiter la Vieille Ville de Jérusalem, avant de se rendre à un événement économique dans la soirée.

« Nous nous trouvons dans une phase unique des relations entretenues par la Colombie avec Israël », a dit pendant un point-presse l’ambassadeur israélien à Bogota, Christian Cantor. « La Colombie est un ancrage diplomatique très, très significatif pour Israël en Amérique latine ».

« Duque est un très bon ami d’Israël et des Juifs », a-t-il ajouté.

Duque avait été l’assistant d’Alvaro Uribe, le président d’alors, au sein de la commission Palmer qui, dans le cadre des Nations unies, s’était penchée sur l’incident du Mavi Marmara, survenu au mois de mai 2010, qui avait estimé que le blocus économique israélien de Gaza était légal.

La ministre colombienne des Transports Ángela María Orozco, qui est venue en Israël aux côtés de Duque, a de son côté participé au Sommet consacré à la mobilité intelligente qui avait été organisé dimanche et lundi à Tel Aviv par le Premier ministre.

Cette visite est le résultat de deux longues années de travail de la part des diplomates israéliens en Colombie, a noté Cantor.

« La Colombie est un îlot de stabilité économique et de leadership économique régional », a commenté Michal Gur Arye, directrice du bureau économique de l’Amérique latine, des Caraïbes et d’Afrique au sein du ministère des Affaires étrangères. « La relation est donc importante que ce soit aux niveaux bilatéral et régional ».

Le Premier ministre Netanyahu a participé, par vidéoconférence, à un événement marquant la ratification d’un accord de libre-échange entre Israël et la Colombie, le 10 août 2020 (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO).

L’accord de libre-échange conclu entre Israël et la Colombie – troisième puissance économique d’Amérique latine – était entré en vigueur au mois d’août 2020. C’était le tout premier de ce type à avoir été conclu par la Colombie avec un pays du Moyen-Orient et il permettra à terme à 97 % de tous les produits fabriqués en Colombie d’entrer sur le sol israélien sans taxe douanière.

Actuellement, le Brésil et le Honduras seulement ont ouvert des bureaux commerciaux à Jérusalem. Parmi les autres pays ayant des bureaux commerciaux ou de défense dans la capitale, la République tchèque, la Hongrie et l’Australie. L’État hébreu s’est vanté de la présence de ces bureaux, considérés comme des avancées diplomatiques – même si les pays concernés ne sont pas allés jusqu’à établir leurs ambassades dans la Ville sainte en suivant l’exemple donné en 2018 par les États-Unis.

Pendant sa campagne à la présidence en 2018, Duque avait annoncé à ses partisans qu’il serait favorable à l’installation de l’ambassade colombienne à Jérusalem et qu’il souhaitait améliorer encore les relations déjà bonnes avec l’État juif.

Interrogé sur ces déclarations, quelques jours plus tard, Duque avait fait savoir qu’il était favorable à la solution à deux États et qu’il souhaitait que son éventuel gouvernement puisse contribuer aux efforts de paix.

« La Colombie ne peut pas attiser la haine au Moyen-Orient », avait-il alors dit.

Au mois d’août 2018, le prédécesseur de Duque, Juan Manuel Santos, avait décidé de manière inattendue de reconnaître un État palestinien, quelques jours avant son départ de son poste – ce qui avait fait de la Colombie le dernier pays à prendre une telle initiative.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...