Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Le rap (ultra) violent qui mêle complotisme et misogynie pour faire barrage au RN

Le morceau, sorti ce lundi et signé entre autres par des figures du genre dont Akhenaton et Demi Portion, a créé la polémique

Le clip "No pasarán".
Le clip "No pasarán".

Ils avaient promis de chanter leur haine contre « l’électorat » du Rassemblement national (RN) et une forme de « violence artistique ». Lundi, au lendemain du premier tour des élections législatives qui a vu le RN et ses alliés s’imposer provisoirement comme le premier parti de France avec près de 34 % des suffrages exprimés, un collectif d’une dizaine de rappeurs, dont Akhenaton, Demi Portion ou Fianso, emmené par le producteur et compositeur Djamel Fezari alias DJ Kore et le directeur artistique Ramdane Touhami, a dévoilé leur chanson de lutte contre le parti de Marine Le Pen. Mais ce morceau fleuve d’une dizaine de minutes dérange plus qu’il n’éveille.

Un style cru et très violent caractérise « No pasarán », titre de l’œuvre, référence au cri de ralliement des républicains opposés au régime fasciste de Franco pendant la guerre d’Espagne. Dans leur morceau, les rappeurs insultent « Marine et Marion » de « p*** », et appelle à « un coup de bâton sur ces chiennes en rut ». « Baise la mère à Bardella » peut aussi être entendu.

Mais le morceau ne se contente pas de s’attaquer au Rassemblement national et à l’extrême droite : il déverse son lot de préjugés complotistes, comme un passage contre les francs-maçons, pourtant historiquement une cible de l’extrême droite. Le mouvement est ainsi accusé de se « nourrir du sang [qu’il] consomme ».

Le morceau rend aussi un hommage à Ramzan Kadyrov, dictateur tchétchène proxy de la Russie poutinienne. Dans le même temps, il s’attaque à l’imam Hassen Chalghoumi, figure d’un islam modéré et connu pour être proche de la communauté juive, en l’accusant de suivre le « Sheitan » (diable en arabe).

La cause palestinienne a aussi la part belle. Alors que la figure de Benjamin Netanyahu est diabolisée, le Premier ministre étant rebaptisé « Sheitanhayou », le morceau appelle à une Palestine libre « de la Seine au Jourdain ».

L’œuvre a évidemment fait bondir le Rassemblement national. Sur X, Marine Le Pen en a profité pour attaquer l’union des gauches : « Le Nouveau Front populaire. Ça donne envie, non ? » Jordan Bardella a commenté : « Les fameuses ’punchlines incisives’ : des appels au meurtre, de la misogynie violente, de l’antisémitisme crasse et du complotisme. L’univers mental de l’extrême gauche est de plus en plus toxique. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.