Rechercher

Le rappel de produits Strauss concerne des produits alimentaires vendus à l’étranger

Une centaine d'articles de marque Elite allant des tablettes de chocolat au chewing-gum ont été retirés des rayons en raison de possible présence de salmonelles

Une photo de barres chocolatées fabriquées par le groupe Strauss. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Une photo de barres chocolatées fabriquées par le groupe Strauss. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

L’important rappel de produits alimentaires annoncé la semaine dernière par Strauss Group, l’un des plus grands fabricants de produits alimentaires d’Israël, concerne également des produits que la société vend à des détaillants à l’étranger.

Aux États-Unis, le rappel concerne ainsi 101 articles, dont une gamme de produits à base de chocolat, des snacks, des chewing-gums, des barres énergétiques et des confiseries. Au Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (FCEI) a listé 97 produits dont la consommation est déconseillée.

Lundi dernier, Strauss Group avait dans un premier temps rappelé de nombreux produits chocolatés bien connus des consommateurs, fabriqués par sa filiale Elite, en raison d’un risque de contamination aux salmonelles. Il a par la suite étendu le rappel à d’autres produits, après confirmation de la présence de bactéries suspectes par des analyses de laboratoire.

« Quelques échantillons contenant la bactérie salmonella ont été mis en évidence au sein de la chaîne de production et dans le chocolat utilisé comme matière première pour fabriquer d’autres produits », a déclaré le groupe Strauss le 25 avril. Dans la foulée, les actions de la société avaient chuté de près de 2,85%.

Le géant de l’alimentation est, depuis ce moment, aux prises avec la crise, qui a imposé un rappel de toutes les confiseries produites dans l’usine Elite de Nof Hagalil, fermée sur ordre du ministère de la Santé. Il s’agit vraisemblablement du plus important rappel de toute l’histoire d’Israël.

Jeudi 28 avril, aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a publié l’annonce par Strauss du rappel volontaire de ses produits, concernant « tous les produits actuellement en vente sur le marché américain ». Ces produits sont distribués et vendus dans des chaînes de vente au détail, comme Walmart, partout où existe une demande de produits casher, principalement à New York, dans le New Jersey, le Connecticut, la Californie et la Floride, comme l’indique l’annonce. Les articles sont également vendus en ligne via des sites de commerce électronique comme Amazon.

Vue de l’usine de confiseries Strauss Elit à Nof Hagalil, Nord d’Israël, le 28 avril 2022. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Les détaillants ont reçu l’ordre de retirer les produits concernés de leurs rayons, et Strauss a déclaré que les clients qui avaient acheté des articles pouvaient les retourner et en obtenir le remboursement.

La société n’a pas fourni de détails sur les rappels opérés en-dehors d’Israël.

Strauss vend, dans une vingtaine de pays dans le monde, une gamme de produits comprenant des sauces et tartinades, du café, des produits laitiers et des solutions de purification et de filtration de l’eau (en Israël, en Chine et au Royaume-Uni) par le biais de différentes marques, filiales et partenariats locaux. La société emploie environ 15 000 personnes sur près de 30 sites de production dans le monde.

En 2021, le chiffre d’affaires global du groupe Strauss s’élevait à 8,7 milliards de shekels, dégageant 639 millions de shekels de bénéfices nets, selon les documents financiers rendus publics par l’entreprise.

Un rapport du ministère de la Santé publié dimanche a reproché au groupe Strauss une série d’oublis et de défaillances responsables, selon lui, de la propagation de salmonelles dans les produits. Selon le ministère, sur 300 échantillons prélevés jusqu’à présent au sein de l’usine en question, une trentaine présentait des traces de salmonelles.

Dans son rapport, le ministère de la Santé évoque une série de problèmes, imputés à Strauss, parmi lesquels des travaux menés dans l’enceinte de l’usine sans étude d’impact sur la production, la présence de pigeons dans l’usine, l’absence d’un directeur de la sécurité alimentaire et des conditions de décongélation inadéquates pour les matières grasses laitières utilisées dans la production de chocolat.

La présidente de Strauss, Ofra Strauss, a présenté ses excuses pour
« la peur » causée par l’entreprise.

« [Je suis] ici pour dire au nom de l’entreprise, aussi clairement que possible : je vous prie de nous excuser cède vous avoir déçus. Je suis désolée pour toute la peur qui est la vôtre, de notre fait », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse, jeudi dernier, en présence d’autres responsables de l’entreprise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...