Antisémitisme : L’élu qui avait fustigé la politique du Labour non sanctionné
Rechercher

Antisémitisme : L’élu qui avait fustigé la politique du Labour non sanctionné

Ian Austin, enfant adopté d'un réfugié juif de l'Allemagne nazie, risquait une sanction disciplinaire et une suspension possible de la formation

Le député travailliste britannique Ian Austin a accusé le chef du parti Jeremy Corbyn d'antisémitisme lors d'un débat à la Chambre des communes le 17 avril 2018. (Capture d'écran : YouTube)
Le député travailliste britannique Ian Austin a accusé le chef du parti Jeremy Corbyn d'antisémitisme lors d'un débat à la Chambre des communes le 17 avril 2018. (Capture d'écran : YouTube)

Le parti britannique du Labour ne prendra pas de sanction contre un parlementaire qui a été accusé de s’être attaqué au président du parti Ian Lavery au cours d’une « discussion vive » sur l’échec du parti travailliste à gérer l’antisémitisme qui sévit en son sein.

Ian Austin, enfant adopté d’un réfugié juif de l’Allemagne nazie, risquait une sanction disciplinaire et une suspension possible de la formation.

L’enquête à son encontre avait été ouverte au mois de juillet.

Finalement, le Labour a décidé de le réprimander officiellement pour son comportement et de le mettre en garde contre d’éventuels débordements à l’avenir, mais a renoncé à le suspendre et à prendre des mesures punitives, ont fait savoir les médias britanniques mercredi, citant une source du Labour.

Au mois de juillet, Austin avait écrit qu’il se sentait « choqué et honteux » face à l’incapacité de sa formation à s’attaquer à l’antisémitisme dans ses rangs dans une Opinion parue dans le journal Guardian.

Il avait également qualifié de « scandale » la réticence affichée par le Labour lors de l’adoption de la définition de travail entière de l’antisémitisme mise au point par l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance), une initiative qui a en fin de compte été prise au mois de septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...