Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Les mikvaot violent régulièrement le droit des femmes à s’immerger seules – étude

Le rapport d’enquête du groupe ITIM révèle que seuls 188 des 320 bains rituels dans les grandes villes déclarent se conformer à une décision de 2016 en la matière

Iillustration : Un mikve, à Har Nof, à Jérusalem, le 12 mai 2013. (Crédit : Uri Lenz/FLASH90)
Iillustration : Un mikve, à Har Nof, à Jérusalem, le 12 mai 2013. (Crédit : Uri Lenz/FLASH90)

Peu après son mariage, une femme juive pratiquante de Jérusalem s’est rendue au mikveh de son quartier – un bain public spécialement conçu pour une cérémonie rituelle de purification – avec une demande simple : être seule pour son immersion.

Cette femme, qui a demandé à rester anonyme pour des raisons de confidentialité, s’est retrouvée en larmes suite à cette expérience en 2021, dit-elle, parce qu’une préposée locale au mikveh, ou balanit en hébreu, a refusé d’accéder à sa demande, malgré un arrêt de la Cour suprême de 2016 affirmant le droit à l’intimité dans les mikvaot.

« Je voulais être seule dans le mikveh pour affirmer mon autonomie dans la pratique de ma foi », a déclaré la femme, qui a depuis changé de mikveh, au Times of Israel. « Se disputer avec la balanit a abouti à l’inverse, tout comme le fait d’être finalement contrainte de me conformer à ce qu’elle avait décidé pour moi. »

Selon un nouveau rapport d’ITIM, une organisation à but non lucratif visant à aider les Juifs et les personnes se convertissant au judaïsme à s’y retrouver dans la bureaucratie religieuse israélienne, le non-respect de la loi par le personnel du mikveh du quartier de Rehavia, à Jérusalem, s’inscrit dans un schéma de non-conformité : sur les 320 mikvaot publics examinés par ITIM, seuls 188 ont déclaré qu’ils laisseraient les femmes s’immerger sans surveillance.

Le rapport, qui englobe tous les mikvaot publics des grandes villes, décrit un problème plus vaste, à savoir le non-respect des décisions de justice par les organismes religieux, qui ajoute une couche de complexité au conflit sociétal autour du pouvoir judiciaire, des questions de religion et d’État, et de l’équilibre des pouvoirs entre les différentes branches du gouvernement.

« Les personnes qui dirigent les organismes religieux se sentent, comme il se doit, redevables de la tradition telle qu’elles la perçoivent », a déclaré le rabbin Shaul Farber, fondateur d’ITIM, au Times of Israel. « Lorsque ces traditions entrent en conflit avec les principes d’un État moderne et démocratique, il y a parfois des tensions et un non-respect des règles. »

Nora Edri, une balanit, la femme vérifiant que l’immersion dans un mikvé est casher selon la tradition juive. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le Conseil religieux de Jérusalem, responsable des mikvaot, a contesté le récit de la femme anonyme, insistant dans une lettre de réponse à la plainte d’ITIM sur son cas que la balanit était partie immédiatement après que la femme a demandé à être seule. « La femme a peut-être cherché à provoquer ou était émotive et en larmes, comme c’est souvent le cas des personnes qui se rendent au mikveh au cours de leur première année de mariage », indique la lettre.

Le refus a ajouté l’insulte à la blessure, a déclaré la femme. « Non seulement ils ont rejeté ma plainte et défendu la balanit, mais ils m’ont diffamée, me traitant de provocatrice ou d’hystérique », a-t-elle déclaré au Times of Israel.

Rétrospectivement, la femme a déclaré qu’elle aurait dû sortir son téléphone portable et filmer l’échange. « C’est horrible d’apporter une caméra dans un mikveh, mais on en est là, maintenant que la confiance a été rompue », a-t-elle déclaré.

Dans son nouveau mikveh, la femme doit encore insister pour s’immerger seule, car les intendantes suggèrent que l’une d’entre elles soit présente pendant au moins une partie du rituel. « Maintenant, je connais la loi, je connais la décision de 2016 sur les mikvaot et je leur dis calmement mais avec insistance que c’est mon droit et que j’ai l’intention de l’exercer. Cela fonctionne généralement », a déclaré la femme.

Le rabbin Seth Farber, fondateur et directeur d’Itim. (Crédit : ITIM)

Les femmes pieuses se rendent généralement au mikveh une fois par mois, une semaine après la fin de leur cycle menstruel. Les menstruations entraînent un état d’impureté rituelle, conformément à la halakha – ou loi juive orthodoxe – de sorte qu’il est interdit aux couples d’avoir des relations sexuelles pendant et dans les sept jours qui suivent la période de menstruation.

Dans certains mikvaot, une balanit rappelle aux femmes qu’elles ne doivent pas entrer lorsqu’elles ont leurs règles. Certains expliquent aux femmes comment vérifier que leurs règles ont cessé. D’autres insistent pour en voir la preuve – généralement le tissu propre que la femme a utilisé pour s’inspecter. Certaines vont même jusqu’à aider à l’inspection, généralement à la demande de la femme.

À la suite de la décision de 2016, certains mikvaot ont commencé à insister pour que les femmes qui souhaitent s’immerger sans être accompagnées signent une renonciation légale.

Certaines femmes ressentent les questions, voire la présence d’une balanit, comme une atteinte à leur vie privée à un moment vulnérable (la halakha exige que les femmes s’immergent nues). En 2016, la Cour suprême a statué sur un recours déposé par ITIM au nom de plusieurs femmes que « si la candidate à l’immersion demande à s’immerger sans la présence d’une accompagnatrice ou seule, elle ne doit pas en être empêchée ».

À la suite de cette décision, le ministère des Affaires religieuses a adressé une directive à tous les mikvaot pour qu’ils se conforment à la décision. Mais six ans plus tard, le respect de cette directive est partiel, comme l’a montré l’enquête d’ITIM. À Jérusalem, les employés de 15 mikvaot sur les 35 bains rituels publics reconnus de la ville ont dit aux femmes venues demander à s’immerger qu’elles ne pouvaient pas entrer dans l’eau sans être accompagnées. Quinze autres ont dit qu’ils l’autorisaient et cinq n’ont pas fourni de réponse claire.

À Tel Aviv et dans ses environs, 29 des 45 mikvaot ont répondu par l’affirmative, neuf par la négative et les sept autres n’ont pas fourni de réponse claire. À Haïfa, qui compte 20 mikvaot, sept ont dit oui, six ont dit non et sept n’ont pas souhaité répondre.

Farber, le fondateur d’ITIM, ne dispose pas de statistiques sur le nombre de femmes souhaitant s’immerger sans être accompagnées, mais son groupe a parlé à des dizaines d’entre elles, a-t-il déclaré. « La question de la demande est liée à la prise de conscience du fait que les femmes sont en droit de s’immerger seules », a-t-il ajouté. « Au fur et à mesure que la prise de conscience s’accroît, le nombre de femmes qui insistent sur ce droit augmente également. »

Le ministre des Affaires religieuses et député Shas Michael Malkieli arrivant pour participer aux négociations de la coalition, dans un hôtel de Jérusalem, le 17 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les gérants des mikvaot et d’autres membres de la bureaucratie religieuse « ont parfois une attitude hostile à l’égard des décisions de la Cour suprême, ce qui complique les choses, en particulier dans l’atmosphère actuelle », a ajouté Farber, faisant référence au débat acrimonieux sur la religion et l’État dans le cadre du conflit sur la refonte du système judiciaire promue par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Son parti, le Likud, et ses cinq partenaires de la coalition religieuse cherchent à réduire le pouvoir judiciaire en transférant certains de ses pouvoirs aux branches exécutive et législative.

Une partie des tensions autour de cette question est mise en évidence par la manière dont le système judiciaire religieux a rendu ces dernières années des décisions qui vont à l’encontre des arrêts de la Cour suprême, notamment en ce qui concerne la compétence des tribunaux religieux pour déterminer la pension alimentaire des enfants de parents divorcés. Un projet de loi présenté en juillet vise à cimenter la compétence des tribunaux religieux. Beaucoup y voient une remise en cause de l’autorité de la Cour suprême dans le cadre de la refonte judiciaire.

Toutefois, Farber fait remarquer que le non-respect initial des règles par les organismes religieux s’est progressivement transformé en respect de ces règles par le passé.

La non-conformité est omniprésente dans les mikvaot « compte tenu de l’intimité de l’immersion, où le dialogue à ce sujet se fait entre très peu de personnes », a déclaré Farber. « Les balaniot des mikvaot sont des femmes qui souvent ne sont pas au courant des arrêts de la Cour suprême et de la définition légale de leur rôle, et qui agissent sous les instructions du rabbin local. »

Le ministère des Affaires religieuses n’a pas répondu à une demande du Times of Israel concernant le rapport d’ITIM sur les mikvaot.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.