Les rockeurs haredi donnent un concert privé à des Juifs belges, privés de Pourim
Rechercher

Les rockeurs haredi donnent un concert privé à des Juifs belges, privés de Pourim

Après les attentats, au lieu de jouer devant 1 000 spectateurs, les frères Gat ont fait un concert dans le salon d'une famille juive

Les frères Gat en concert (Crédit JTA/Autorisation d'Arie Gat)
Les frères Gat en concert (Crédit JTA/Autorisation d'Arie Gat)

JTA – Quand ils sont montés à bord d’un avion pour la Belgique lundi, les stars de la pop Haredi, Gil et Arie Gat, étaient en mission : apporter encore plus de joie lors de l’un des plus beaux événements juifs du monde : Pourim à Anvers.

Les frères d’Eilat, qui sont devenus des célébrités improbables dans les milieux juifs à travers le monde après leur apparition en 2013 dans la version israélienne de « American Idol », devaient donner un concert pour lancer les fameuses célébrations de rue de Pourim à Anvers, que les non-Juifs appellent le carnaval juif.

Mais tandis que les Gat étaient en chemin pour donner un spectacle à guichets fermés à Anvers, le foyer de 12 000 Juifs Haredi, des terroristes ont tué au moins 31 personnes dans une série d’attentats à la bombe à l’aéroport de Bruxelles et dans une station de métro. Les attaques ont plongé le pays en deuil et a confiné sa communauté juive. Tous les rassemblements ont été annulés et les autorités ont donné la consigne aux résidents de rester à l’intérieur.

Mais cela n’a pas empêché Arie, 51 ans, et son jeune frère Gil, 41 ans, d’aller au bout de leur mission.

Au lieu de jouer leurs morceaux de rock optimiste pour 1 000 spectateurs, ils ont organisé à la place un concert intime dans le salon d’une famille juive locale. Là, ils ont joué pour une poignée d’invités une sélection de ballades mélancoliques, dont celle de Paul Simon « Sound of Silence », « Heart of Gold » de Neil Young et « Mi HaIsh » – une chanson de Psaumes.

Le manager des frères Gat, Lior Ashkenazi, a expliqué que lui et les frères n’avaient nulle part où aller dans la ville paralysée et qu’ils étaient reconnaissants envers la famille en question pour leur invitation. Il a souligné que le spectacle était un concert impromptu.

« Nous sommes de pieux croyants, tout comme notre public à Anvers », a déclaré Arie Gat au JTA mercredi après le retour prématuré du duo en Israël.

« Nous avons donc travaillé avec ce que nous avions, comme le judaïsme nous l’enseigne. Il n’y avait pas de joie de Pourim mais il y avait une élévation spirituelle, un renforcement et, oui, il y avait une consolation ».

Arie, un adepte de la secte hassidique Breslev, vit maintenant à Beit Shemesh, près de Jérusalem. A l’origine un batteur, il a commencé à jouer des instruments de musique à l’âge de 4 ans dans la ville natale de sa famille à Eilat dans le sud d’Israël.

Il a commencé à jouer il y a plusieurs années dans les clubs de jazz et de blues avec son frère, un guitariste de carrière, mais ils se sont tournés vers les performances de rue après avoir été déçus par une industrie « où les musiciens ont besoin de payer les propriétaires de clubs pour jouer », a déclaré Arie.

Les producteurs de « The Next Star », la version israélienne d’ « American Idol », leur a permis d’accéder à la célébrité après avoir vu les vidéos des frères sur YouTube. Depuis lors, ils ont joué à New York, Toronto, dans toute l’Europe et même au Panama, à la demande de groupes juifs et de fans fortunés.

La déplacement des Gat à Anvers était leur deuxième séjour dans la ville, après un concert à succès il y a deux ans. Ils devaient également jouer jeudi à Bruxelles, dans ce qui est sans doute la meilleure salle juive du Continent : La Grande Synagogue de l’Europe. Pourtant, cet événement, aussi, a été annulé.

Un concert des Gat Brothers est un choix naturel pour Anvers, qui a beaucoup de Juifs Haredi et dans les temps plus sûrs est connue pour ses fêtes de rue pour Pourim. Les places pour un concert à Bruxelles sont plus difficiles à vendre à Bruxelles, une ville sans un seul magasin de viande casher, et où la majorité des 18 000 résidents juifs ne sont pas pratiquants.

« Depuis de nombreuses années maintenant, le Yiddishkeit semble être immobile à Bruxelles », a déclaré Arie, qui a grandi dans une famille traditionaliste mais qui est devenu Haredi avec son frère il y a 20 ans.

« Les organisateurs ont travaillé pour faire venir des centaines de personnes qui ne sont pas proches de la tradition juive à ce concert à la synagogue. Cet objectif n’a pas été atteint et c’est décevant », a déclaré Arie Gat. Les organisateurs travaillent pour que le concert ait lieu le mois prochain.

Les Gat étaient à Anvers lorsque les attaques ont eu lieu ; leur batteur et leur bassiste étaient sur le point d’atterrir à Bruxelles. Leur vol a été détourné vers Liège dans l’est de la Belgique – et ils sont restés bloqués après que les transports en commun aient été fermés par crainte d’attaques supplémentaires.

Les deux musiciens ont fait équipe avec d’autres passagers bloqués et ont conduit une voiture de location pour se rendre à Anvers en passant par Bruxelles.

Se faufilant à travers des kilomètres d’embouteillage à la sortie de la capitale – des milliers de personnes ont fui le centre après les attaques – les musiciens ont rejoint les frères Gat à Anvers juste à temps pour la performance intimiste dans la demeure de l’homme d’affaires local qui a fait venir les Gat à Anvers.

« Nous pensons que tout est pour le mieux, selon le plan de Dieu, et je sais que cela ne semble pas juste quand nous parlons de l’assassinat de dizaines de personnes innocentes », a déclaré Arie Gat. « Mais je dois croire cela, aussi, que cela fait partie d’une image plus grande ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...