Les suspects dans la chute du téléphérique en Italie remis en liberté
Rechercher

Les suspects dans la chute du téléphérique en Italie remis en liberté

Le juge détermine que les trois hommes ne présentent pas de risque de fuite ou de falsification des preuves; un est assigné à résidence ; ils sont accusés d'homicide involontaire

Des sauveteurs travaillent près d'une télécabine après son effondrement sur la ligne de téléphérique de Stresa-Mottarone dans la région de Piedmont, dans le nord de l'Italie, le 23 mai 2021. (Crédit :  Soccorso Alpino e Speleologico Piemontese via AP)
Des sauveteurs travaillent près d'une télécabine après son effondrement sur la ligne de téléphérique de Stresa-Mottarone dans la région de Piedmont, dans le nord de l'Italie, le 23 mai 2021. (Crédit : Soccorso Alpino e Speleologico Piemontese via AP)

Un juge italien a ordonné la remise en liberté de trois suspects dans l’accident fatal de téléphérique, ainsi que l’assignation à domicile du responsable du service, a-t-on appris dans les médias locaux samedi.

Selon le journal La Stampa, le juge a estimé que les trois suspects ne présentaient pas de risque de fuite et qu’il était peu probable qu’ils falsifient les preuves, à la suite de la catastrophe de dimanche dernier qui a tué 14 personnes, dont cinq membres d’une famille israélienne.

La procureure de la République de la province de Verbania, Olimpia Bossi, aurait déclaré que les suspects avaient mené une « action [mettant] consciemment » les visiteurs en danger.

Ils font face à de multiples accusations d’homicide involontaire et de négligence ayant causé une catastrophe.

Des sauveteurs travaillent près de l’épave d’un téléphérique qui s’est effondré près du sommet de la ligne Stresa-Mottarone dans la région du Piémont, dans le nord de l’Italie, le 23 mai 2022. (Crédit : sapeurs-pompiers italiens via AP)

L’homme qui a été assigné à résidence est le directeur des services Gabriele Tadini, qui a déclaré aux enquêteurs : « C’est de ma faute… Je sens un énorme fardeau sur ma conscience. Je prie et prends mes responsabilités. Je réglerai mes affaires avec Dieu. »

Bien que repentant, Tadini aurait insisté sur le fait que les opérateurs du téléphérique ne pensaient pas qu’un accident était possible. Le câble « était en bon état, il ne présentait aucun signe d’usure. Ce qui s’est passé est un accident qui ne se produit même pas une fois sur un million », aurait-il déclaré.

Les procureurs ont annoncé avoir saisi des images de la caméra de sécurité montrant l’opérateur se préparant à ouvrir la porte de la cabine, située au sommet du Mottarone surplombant le lac Majeur dans la région du nord du Piémont en Italie, au moment où le câble principal du funiculaire de Stresa se brisait, propulsant la cabine dans la pente – avant qu’elle ne chute et s’écrase au sol, le frein d’urgence ne s’activant pas.

Les procureurs ont déclaré que plusieurs des passagers avaient été projetés hors de la cabine alors qu’elle tombait et dévalait le flanc de la montagne jusqu’à ce qu’elle s’immobilise contre des arbres.

La famille Biran, Eitan est le petit à droite (Crédit : autorisation)

Les victimes israéliennes Amit Biran, 30 ans, sa femme Tal Peleg-Biran, 26 ans, et leur fils de 2 ans Tom Biran, qui vivait dans le nord de l’Italie, et les grands-parents de Peleg-Biran, Barbara et Yitzhak Cohen, de Tel Aviv, 71 et 81 ans, ont tous été enterrés en Israël.

Le fils de cinq ans des Biran, Eitan, est le seul survivant de l’accident. Depuis, il s’est réveillé dans un hôpital du nord de l’Italie et a commencé à poser des questions sur ses parents, ont rapporté vendredi les médias israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...