Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Les violences conjugales ont presque doublé depuis le 7 octobre : 8 féminicides en 2024

Lors d'une conférence, des experts ont souligné que ce n'est pas la disponibilité accrue des armes qui tue les femmes, mais l'indifférence de ceux qui sont censés les protéger

La scène du meurtre d'une jeune femme de 18 ans dans l'ouest de la Galilée, le 9 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
La scène du meurtre d'une jeune femme de 18 ans dans l'ouest de la Galilée, le 9 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Moins de trois jours après une conférence sur le féminicide organisée le 29 mai au Western Galilee College, Sumaya Amash, 33 ans, a été retrouvée assassinée dans la ville côtière de Jisr az-Zarqa.

Sumaya avait déposé des plaintes auprès de la police contre son époux au cours des derniers mois. La police a arrêté son mari et l’interroge actuellement. Elle pensait que sa vie était en danger – et elle l’était.

Huit femmes ont été tuées en Israël depuis janvier, et des experts tels que Shalva Weil, chercheuse principale à l’Université hébraïque et fondatrice de l’Observatoire israélien du féminicide, affirment que la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas a déjà provoqué un pic de violence domestique.

Janan Faraj Falah, professeure d’études de genre au Western Galilee College, a organisé la conférence « De la violence au meurtre des femmes » pour sensibiliser à ce qu’elle appelle l’augmentation « alarmante » des incidents violents à l’encontre des femmes en Israël et pour partager des informations sur les moyens de les prévenir.

Un large éventail d’experts, dont des criminologues, des travailleurs sociaux, des psychologues et des officiers de police des quartiers juif et arabe d’Israël, se sont exprimés sur les crimes d’honneur conjugaux, le traitement des victimes de violence domestique et les complications auxquelles les femmes sont confrontées lorsqu’elles portent plainte contre les auteurs d’actes de violence auprès de la police. Une centaine de personnes ont assisté à la conférence, qui était ouverte au public.

Le ministère israélien des Affaires sociales a récemment indiqué que les cas de violence conjugale signalés par la police et le système judiciaire ont considérablement augmenté cette année : il y a eu 4 565 cas de violence conjugale signalés par la police et le système judiciaire, contre 2 760 pour la période correspondante de l’année dernière.

En 2020, Weil a créé l’Observatoire israélien du féminicide sous les auspices de l’Université hébraïque de Jérusalem afin de recueillir « des données quantitatives et qualitatives et des récits » sur les meurtres de femmes. Le centre produit des rapports sur les féminicides en anglais, en arabe et en hébreu tout au long de l’année. Weil estime que cette base d’informations contribuera à éradiquer le phénomène.

À droite, Shalva Weil, fondatrice de l’Observatoire israélien du féminicide, lors de la conférence « De la violence au meurtre des femmes », au Western Galilee College, le 29 mai 2024. (Crédit : Diana Bletter/Times of Israel)

« Les femmes sont toujours confrontées à une menace persistante, en temps de paix et surtout en temps de guerre », a déclaré Weil.

En effet, les atrocités commises par le Hamas – lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, maritime et aérienne, tuant près de 1 200 personnes et prenant 252 otages – soulignent ce point. Certains des terroristes du Hamas avaient « des manuels contenant des instructions sur la manière de violer les femmes avant de les tuer », a souligné Weil lors de la conférence de fin mai.

Sur les quelque 300 femmes assassinées par les terroristes du Hamas qui ont envahi Israël le 7 octobre, la plupart ont été considérées comme des féminicides, car « les femmes étaient visées en tant que femmes », a déclaré Weil.

Selon les rapports des Nations unies, environ 89 000 femmes et jeunes filles sont assassinées chaque année dans le monde. La violence physique, verbale et émotionnelle précède les meurtres. Les enfants vivant dans des maisons où il y a de la violence entre les conjoints sont souvent victimes d’abus également.

Le ministère des Affaires sociales a déclaré que les enfants et les adolescents ayant passé moins de temps dans des cadres éducatifs depuis le début de la guerre, il était plus difficile pour les travailleurs sociaux de localiser ceux qui étaient en détresse.

Les objets domestiques comme armes de crime

Certains chercheurs ont prédit que l’augmentation de la possession d’armes à feu par les particuliers depuis le début de la guerre entraînerait une hausse du nombre de meurtres de femmes par balle. En réalité, de simples objets ménagers – un couteau de cuisine, un marteau, un oreiller – sont restés les armes de prédilection pour tuer les femmes.

Par exemple, en 1998, Gila Cohen, une habitante d’Akko, s’est réveillée alors que son visage était recouvert d’un oreiller et que son mari tentait de l’étouffer. Gila, aujourd’hui âgée de 59 ans, a réussi à le repousser et à s’enfuir de leur appartement avec ses six enfants et sa vie. Gila a survécu à ce que les chercheurs appellent un féminicide raté, c’est-à-dire une tentative de meurtre sur une femme.

Gila Cohen, survivante d’une tentative de féminicide. (Crédit : Diana Bletter/Times of Israel)

Les femmes sont le plus souvent attaquées par leurs proches. En 2023, par exemple, la plupart des meurtriers connus de femmes étaient leurs partenaires actuels ou passés. Dans 86 % des cas, les victimes connaissaient leur meurtrier. L’âge moyen de la victime était de 38 ans ; la plus âgée avait 76 ans et la plus jeune 18 ans.

Lors de la conférence, Falah a indiqué que l’augmentation de la criminalité, en particulier dans la communauté arabe, est allée de pair avec l’augmentation de la violence à l’égard des femmes.

« Vous pouvez payer 5 000 shekels pour engager quelqu’un qui assassinera pour vous », a déclaré Falah. Elle a cité le cas de Sarit Ahmad, 18 ans, qui a été abattue en juin 2023 près de sa ville natale de Kisra-Summi, dans le nord d’Israël. Sarit, druze et lesbienne, avait déposé une plainte auprès de la police contre ses frères, qui avaient été brièvement emprisonnés. Son plus jeune frère, Said Ahmad, 29 ans, est aujourd’hui accusé d’avoir engagé deux habitants de la ville voisine de Shfaram pour l’assassiner.

Le phénomène des meurtres de femmes au nom de « l’honneur de la famille » dans la communauté arabe israélienne n’a pas diminué, a déploré Falah.

Des femmes israéliennes ont été tuées non seulement en raison de leur identité sexuelle, mais aussi parce qu’elles portaient des vêtements modernes, se comportaient de manière indépendante ou demandaient le divorce.

Dans le cas de Gila, son mari l’a accusée un jour de ne pas nettoyer la maison. Lorsqu’elle s’est plainte à ses beaux-parents après qu’il l’eut battue, ils lui ont dit que c’était de sa faute et ont insisté pour qu’elle règle les choses avec lui.

Rester avec un agresseur pour « protéger les enfants »

La semaine dernière, la mère de Sumaya a admis, après le meurtre de sa fille, qu’elle l’avait encouragée à rester avec son époux « pour le bien des enfants ».

Les statistiques montrent que si les Arabes représentent 21 % de la population israélienne, ils sont à l’origine de 50 % des féminicides en Israël.

Malka Dahamsha Hijaze, psychologue clinicienne qui a beaucoup travaillé avec des victimes de violences conjugales, a déclaré que dans la communauté arabe, les familles pensent qu’une femme doit rester avec son mari car, même s’il est violent, « il est le seul à pouvoir la protéger au sein de la communauté ». La peur d’élever des enfants seule, sans époux, est parfois considérée comme un sort pire que celui d’être battue.

« Si les femmes ont déjà subi des violences, elles ont peur », a expliqué Hijaze. « Si elles portent plainte contre leur mari et qu’il va en prison, elles ont peur qu’il se venge d’elles à sa sortie. »

Elle a ajouté que les femmes peuvent se rendre dans des refuges, mais que « le problème du comportement violent du mari n’est pas traité ». Hijaze a précisé que trop souvent, lorsque la police est appelée, un agent de police peut demander à la femme : « Qu’avez-vous fait pour provoquer des violences ? »

Janan Faraj Falah, professeure d’études sur le genre au Western Galilee College. (Crédit : Autorisation)

« Les choses ont changé dans la communauté arabe », a déclaré Morjan Baaluoky, 20 ans, originaire de Nahef, près de Carmiel, qui a assisté à la conférence. Elle prévoit d’étudier à l’automne prochain à l’Université Ben Gurion et a déclaré que les femmes sont de plus en plus éduquées et sensibilisées, mais qu’il y a encore des violences conjugales.

Les études montrent que les violences conjugales s’aggravent progressivement avec le temps. Elles peuvent commencer par des violences verbales et émotionnelles, par exemple lorsqu’un mari isole sa femme, puis s’aggraver.

Le féminicide est ce que Brenda Geiger, professeure de justice pénale au Western Galilee College et l’une des oratrices de la conférence, appelle « le dernier arrêt sur la route ».

Une femme qui subit des violences verbales et physiques et qui est battue s’isole de plus en plus. Elle peut aussi se suicider, ce qui, selon Geiger, est une autre forme de féminicide. Lorsqu’une femme dénonce les violences physiques de son époux et que son entourage lui dit de « réessayer », le cycle de la violence se poursuit.

« Chaque jour, vous pouvez tuer l’âme d’une femme », a déclaré Geiger.

Les schémas peuvent être brisés

Il est possible de mettre fin à la violence conjugale et, in fine, au féminicide, a déclaré Weil.

En 2008, Weil a indiqué qu’un tiers de tous les féminicides en Israël concernait la communauté éthiopienne. Pourtant, après avoir travaillé avec les Kesim, les chefs religieux éthiopiens traditionnels, avec les travailleurs sociaux, et après avoir sensibilisé et éduqué la communauté, il n’y a eu aucun féminicide dans la communauté éthiopienne au cours des deux dernières années.

Des véhicules d’urgence sur les lieux d’un meurtre présumé d’une femme, à Ashdod, le 21 février 2023. (Crédit : Magen David Adom)

Cela montre que « la plupart des féminicides peuvent être évités », a affirmé Weil, qui a appelé à l’organisation d’ateliers pour les russophones afin d’expliquer comment l’alcool pouvait conduire à la violence, et qui a exhorté les autorités religieuses de la communauté arabe à condamner la violence conjugale et les prétendus « crimes d’honneur ».

Malgré l’allocation de fonds avouée il y a plusieurs années, le gouvernement israélien n’a toujours pas fourni de fonds suffisants aux ministères pour lutter contre les violences faites aux femmes et les féminicides. L’Observatoire israélien du féminicide ne reçoit aucun financement gouvernemental et compte sur la philanthropie et les bénévoles pour poursuivre son travail.

Selon Weil, cette prise de conscience s’est répercutée sur les juges qui, au cours de l’année écoulée, ont prononcé des peines plus sévères à l’encontre des hommes qui tuent des femmes.

« L’opinion publique et la prise de conscience ont certainement influencé les juges qui, jusqu’à présent, étaient plus indulgents à l’égard des crimes commis contre les femmes », a déclaré Weil. Elle ne sait pas si cela aura un effet dissuasif.

Avant de tenter de l’étouffer, l’époux de Gila l’a attaquée avec un cutter, l’a étranglée et l’a menacée avec une arme à feu.

« Je dis aux gens que si un homme élève la voix puis lève le bras, il faut se préparer car la situation va empirer », a expliqué Gila. Bien qu’elle soit issue de ce qu’elle appelle une bonne famille et qu’elle ait parlé à la police et aux travailleurs sociaux, elle n’avait pas la confiance nécessaire pour quitter son époux alors qu’elle était enceinte de leur septième enfant. Ce sont ses amies qui lui ont donné le coup de pouce dont elle avait besoin.

« Elles m’ont dit que soit je finirais sous terre, avec mes enfants dans le système d’aide sociale, soit je me débrouillerais toute seule », a déclaré Gila. Finalement, son mari a purgé une peine d’emprisonnement de quatre ans et Gila a obtenu le divorce.

« Je suis tellement fière que ce que j’ai subi ne m’ait pas brisée », a fièrement déclaré Gila. « Je vois maintenant que cela peut arriver à n’importe quelle femme. Mon message est le suivant : ‘Trouvez le courage de partir. N’ayez pas peur.’ »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.