Ministère de la Santé: ce qui est dangereux de faire durant cette seconde vague
Rechercher

Ministère de la Santé: ce qui est dangereux de faire durant cette seconde vague

Les discothèques sont classées comme les plus dangereuses, suivies des concerts, des lieux de culte, des événements sportifs, des bars et des restaurants en salle

Des habitants de Jérusalem jouent au backgammon dans le centre ville, le 30 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des habitants de Jérusalem jouent au backgammon dans le centre ville, le 30 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Lundi, le ministère de la Santé a classé les activités quotidiennes en fonction de leur risque d’exposition au coronavirus, les discothèques étant en tête de liste, et les activités de plein air et les commandes à emporter présentant un faible risque.

Les boîtes de nuit ont rouvert le mois dernier et avaient été autorisées à accueillir jusqu’à 250 personnes avant que les députés ne votent dimanche pour abaisser la limite à 50, sans pour autant fermer complètement ces établissements.

Le classement par couleur du ministère de la Santé a pris en compte la nécessité ou non d’une distanciation sociale, du port d’un masque et du maintien d’une hygiène personnelle dans les différentes activités énumérées.

Après les boîtes de nuit figurant dans le classement du ministère de la Santé, il y a la participation à des concerts, la fréquentation de lieux de culte, les rencontres sportives et les repas pris dans des bars et des restaurants en salle – tous ces éléments ont été désignés comme présentant un risque élevé de contracter le COVID-19.

Des juifs prient avec des masques faciaux sur le lieu de sépulture de rabbi Shimon bar Yochai au Mont Meron, dans le nord d’Israël, le 4 juillet 2020. (David Cohen/Flash90)

Assister à des mariages, négliger de porter un masque, manger dans une cafétéria, jouer dans une aire de jeux extérieure, s’embrasser et se serrer la main ont été jugés un peu moins dangereux, mais ont quand même été signalés comme des activités à haut risque.

Prendre l’avion, manger dans un restaurant en plein air, utiliser les transports publics, s’entraîner dans une salle de sport, jouer au bowling, rendre visite à un grand-parent à son domicile et jouer au basket-ball ont été répertoriés comme des activités légèrement moins dangereuses.

Aller au cinéma, à l’école, au casino, au bureau, au salon de coiffure ou sur un terrain de jeu a été classé comme moyennement risqué.

Utiliser une piscine publique, aller au centre commercial, utiliser des toilettes publiques, faire un barbecue à l’extérieur de sa maison et séjourner à l’hôtel ont tous été classés comme présentant un risque mineur à modéré.

Des gens sur la plage à Tel Aviv, le 1er juillet 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Plus bas sur la liste se trouvaient : Être hébergé chez quelqu’un d’autre, aller à un rendez-vous chez le médecin, manger à l’extérieur, aller au supermarché, aller à la plage et se promener dans une rue animée.

Les enfants qui jouent ensemble, qui utilisent les toilettes dans la maison d’une autre personne, qui vont dans une station-service, un camping ou un musée ont tous été placés plus bas dans la liste dans la catégorie « à faible risque ».

Les deux activités considérées comme présentant le plus faible risque d’exposition au virus sont l’activité physique en plein air et la commande de plats à emporter.

Le classement a été publié alors que le ministère de la Santé annonçait ses chiffres sur les cas de coronavirus pour la matinée, faisant état de 796 nouveaux cas depuis dimanche matin.

Le nombre total de cas est passé à 30 162, dont 11 856 étaient actifs. Quatre-vingt-dix des patients étaient dans un état grave, dont 32 sous respirateur, tandis que 82 personnes étaient dans un état modéré. En comparaison, le 4 juin, il y a un peu plus d’un mois, Israël comptait un total de 30 personnes dans un état grave, dont 23 sous respirateur.

Une autre personne est morte du virus, ce qui porte le nombre de décès à 332.

Des policiers patrouillent dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem, le 5 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a effectué 18 946 tests dimanche et en avait déjà effectué 2 784 en fin de matinée lundi.

Les chiffres ont également montré que 94 % des cas diagnostiqués dimanche concernaient des personnes de moins de 65 ans. Cependant, 65 % de tous les patients gravement malades avaient plus de 65 ans.

Le nombre de nouveaux patients gravement malades au cours des six premiers jours de juillet seulement a été de 64, soit près du double du nombre enregistré pendant tout le mois de mai (38) et plus de la moitié du nombre enregistré en juin (103).

Israël a vu les cas de COVID-19 atteindre de nouveaux niveaux ces derniers jours, ce qui a conduit le gouvernement à reconsidérer son retrait des restrictions sur le virus en mai, qui a vu la quasi-totalité des restrictions sur les rassemblements annulées.

Lundi matin, de nouvelles règles limitant à 50 le nombre de personnes autorisées à entrer dans les synagogues, les bars et les salles de manifestations sont entrées en vigueur. Ces règles ne s’appliquent pas aux restaurants, bureaux, centres commerciaux ou autres centres de vente au détail.

Plus tard lundi, le cabinet se réunira pour discuter de la réimposition de restrictions supplémentaires sur les restaurants et les événements culturels, car le nombre de cas de virus est monté en flèche, atteignant près de 1 000 par jour.

Selon un rapport de la Douzième chaîne, le ministère de la Santé va demander au gouvernement de fermer les salles de fêtes, les synagogues, les séminaires religieux et les gymnases, en plus de restrictions supplémentaires dans les restaurants et les transports publics.

On s’attend à ce que les ministres s’opposent à ces demandes et que seules certaines d’entre elles soient approuvées, a déclaré la chaîne, ajoutant que les responsables de la santé ont renoncé à demander la fermeture des plages et des hôtels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...