Mise en place d’une commission d’enquête sur la catastrophe de Meron
Rechercher

Mise en place d’une commission d’enquête sur la catastrophe de Meron

Le précédent gouvernement n'avait pas obtenu de majorité pour mettre en place cette commission d'enquête, - les partis ultra-orthodoxes s'y étant opposés

Les forces de secours et la police se trouvent sur les escaliers où un grand nombre de personnes ont été écrasées et blessées lors des célébrations de la fête de Lag BaOmer sur le mont Meron, dans le nord d'Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)
Les forces de secours et la police se trouvent sur les escaliers où un grand nombre de personnes ont été écrasées et blessées lors des célébrations de la fête de Lag BaOmer sur le mont Meron, dans le nord d'Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)

Le nouveau gouvernement israélien a donné son feu vert dimanche à la mise en place d’une commission d’enquête d’Etat sur une bousculade ayant entraîné la mort de 45 personnes lors d’un pèlerinage juif au mont Meron fin avril.

« Cette commission enquêtera sur le déroulé des événements qui ont conduit à cette catastrophe et décidera quelles conclusions en tirer », a indiqué le gouvernement israélien dans un communiqué alors que le Conseil des ministres, réuni dimanche, à voter en faveur de cette initiative.

Une journée de deuil national avait été décrétée à la suite de la mort de 45 personnes, incluant des enfants et des adolescents, dans une cohue géante lors d’un pèlerinage religieux annuel réunissant des dizaines de milliers de juifs orthodoxes, au mont Meron, dans le nord du pays.

Le précédent gouvernement n’avait pas obtenu de majorité pour mettre en place cette commission d’enquête, les partis ultra-orthodoxes, alliés de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, s’y étant opposés.

A LIRE / Catastrophe du mont Meron : Pourquoi les partis Haredi bloquent-ils l’enquête ?

Cette décision, l’une des premières prises par le nouveau gouvernement israélien, qui ne comprend aucun parti ultra-orthodoxe, était une des promesses électorales de plusieurs partis de la coalition dirigée par Naftali Bennett, le chef du parti de droite radicale Yamina.

« Nous portons sur nos épaules la responsabilité de tirer les conséquences de ce drame qui a vu la mort de 45 personnes et éviter une autre catastrophe », a déclaré M. Bennett dimanche.

Le contrôleur de l’Etat israélien avait annoncé, quelques jours après le drame, l’ouverture d’une enquête de son bureau, mais les conclusions de cette investigation n’ont pas été dévoilées.

La direction des tribunaux recevra une enveloppe budgétaire spéciale de 6 millions de shekels (1,5 million d’euros) pour cette commission qui sera dirigée par un juge, a précisé dimanche le gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...