Mladenov « positif » après des discussions avec Le Caire sur Gaza
Rechercher

Mladenov « positif » après des discussions avec Le Caire sur Gaza

L'envoyé de l'ONU pour la paix a évoqué une journée "productive" en Égypte, où il a rencontré des responsables pour parler des violences et de la crise humanitaire dans l'enclave

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Nikolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'UNESCO à Gaza, le 25 septembre 2017. (Crédit : AFP / MOHAMMED ABED)
Nikolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'UNESCO à Gaza, le 25 septembre 2017. (Crédit : AFP / MOHAMMED ABED)

L’envoyé pour la paix des Nations unies a rencontré dimanche le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Shoukry et d’autres responsables pour évoquer l’apaisement des tensions entre Israël et les Palestiniens, la réduction de la crise humanitaire à Gaza et la reprise du processus de paix depuis longtemps dans l’impasse.

Après les rencontres au Caire, Nickolay Mladenov a expliqué que les discussions sur les perspectives de paix entre l’Etat juif et les Palestiniens avaient été « positives ».

Mladenov a fait la navette entre les responsables régionaux pour tenter de désamorcer une forte escalade des violences entre les parties impliquées à Gaza pour éviter l’explosion d’une guerre ouverte.

Ces dernières flambées sont venues suivre des mois de manifestation violentes presque hebdomadaires à la clôture de sécurité organisées par les gouvernants du Hamas à Gaza. Les forces de sécurité israéliennes ont fait face à des tirs, à des lancers de grenade et de cocktails Molotov ainsi qu’à des initiatives – parfois réussies – visant à endommager ou à franchir la clôture lors d’affrontements meurtriers, le long de la barrière de sécurité.

De plus, les Palestiniens ont sur une base quasi-quotidienne lancé des cerfs-volants et des ballons transportant des dispositifs incendiaires sur le territoire israélien, qui ont anéanti des milliers d’hectares de terres agricoles et causé des millions de shekels de dégâts.

Ces confrontations ont, par moment, dégénéré en échanges militaires. Les Palestiniens ont lancé des douzaines de roquettes vers le sud d’Israël et l’armée a mené des frappes aériennes sur des cibles du Hamas à Gaza.

Les entretiens de Mladenov « se sont intéressés aux derniers développements en Cisjordanie et aux moyens d’éviter l’escalade à Gaza, de résoudre toutes les questions humanitaires et de soutenir la réconciliation », a-t-il tweeté.

Mladenov a expliqué être optimiste sur les progrès réalisés.

« Une journée productive de réunions avec les responsables égyptiens sur nos efforts combinés qui visent la désescalade de la situation à Gaza, la résolution de toutes les questions humanitaires et le soutien au processus de réconciliation dirigé par l’Egypte », a-t-il écrit.

« Le diable se trouve toujours dans les détails mais nous avançons dans l’intérêt de la paix ».

Ces discussions au Caire ont eu lieu après la rencontre récente de Mladenov avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et avec le ministre de l’Education Naftali Bennett. Avant de se rendre en Egypte, l’envoyé a également rencontré des leaders du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

Mladenov a également prôné une proposition qu’il a lui-même soumise pour calmer les tensions en coopération avec l’Egypte et les autres états arabes, a fait savoir le quotidien Haaretz.

L’arrangement prévoit la levée par Israël des restrictions récentes imposées au point de passage frontalier de Kerem Shalom, où s’acheminent les marchandises qui entrent à Gaza, et la conclusion par les parties d’un cessez-le-feu qui comprendrait l’arrêt des attaques aux dispositifs incendiaires, a ajouté le journal, citant les médias égyptiens.

Des négociations suivraient en faveur du rapatriement des dépouilles des deux soldats retenus dans la bande de Gaza en échange de l’avancement de projets humanitaires financés par la communauté internationale. L’article n’a pas mentionné si les deux citoyens israéliens qui étaient entrés de leur propre gré à Gaza et qui se trouveraient entre les mains du Hamas, seront également inclus dans les propositions.

Israël a lutté pour vaincre les attaques incendiaires et, au début du mois, l’Etat juif a imposé des restrictions sur le transfert des biens à Gaza via le poste-frontière de Kerem Shalom qui est le principal point d’entrée des marchandises à Gaza. Avant la mise en place de ces restrictions, des centaines de camions par jour transportaient des produits venant des ports israéliens jusqu’à Gaza.

L’enclave côtière souffre d’une grave pénurie des services sanitaires, de l’alimentation en électricité et d’eau potable. Ces problèmes ont été aggravés par un conflit entre l’Autorité palestinienne, basée en Cisjordanie, et son rival, le groupe terroriste du Hamas, qui a pris le contrôle de Gaza en 2007.

La semaine dernière, Mladenov a trouvé un accord avec la Banque mondiale qui permettra d’augmenter les financements pour Gaza à la somme de 90 millions de dollars pour l’année, contre 55 millions de dollars en 2017.

Egalement la semaine dernière, Mladenov a déclaré au conseil de Sécurité de l’ONU qu’il y avait eu, le mois dernier, la plus grave escalade en termes de violences entre Israël et la bande de Gaza depuis le conflit de l’été 2014. L’Etat juif et le groupe terroriste ont été « à deux doigts » d’une autre « confrontation dévastatrice », a-t-il affirmé.

Selon les chiffres transmis par le ministère de la Santé du Hamas, ce sont plus de 150 Palestiniens qui ont été tués depuis le début du mouvement de protestation massif de « la marche du retour », le 30 mars. Israël a fait savoir que la majorité des personnes décédées étaient membres de groupes terroristes.

Jérusalem a accusé le Hamas d’utiliser ces affrontements pour tenter d’ouvrir des brèches dans la frontière et de mener des attaques et le Hamas, qui cherche à détruire l’Etat juif, a reconnu qu’un grand nombre des personnes tuées appartenaient à ses rangs.

Un soldat de l’armée israélienne a été tué par un sniper palestinien et un autre a été modérément blessé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...