Netanyahu demande au monde de venir en aide à l’Iran
Rechercher

Netanyahu demande au monde de venir en aide à l’Iran

Dans une vidéo, le Premier ministre raconte l'histoire fictive d'une ado aux prises avec les privations à Téhéran, à cause des dépenses guerrières du régime tyrannique

Vidéo de Benjamin Netanyahu, en anglais, demandant au monde de venir en aide à l'Iran (Capture d'écran)
Vidéo de Benjamin Netanyahu, en anglais, demandant au monde de venir en aide à l'Iran (Capture d'écran)

Le Premier ministre a diffusé dimanche soir une vidéo en anglais sur les réseaux sociaux, demandant au monde d’aider les Iraniens à améliorer leur vie en se dressant contre « un régime qui les opprime et leur refuse une vie de dignité, de prospérité et de respect ».

Sur ces images, Netanyahu s’adresse à la caméra et raconte l’histoire d’une adolescente imaginaire âgée de 15 ans, Fatemeh.

Fatemeh, explique Netanyahu, n’a pas d’eau. Elle subit les pannes d’électricité, elle ne peut ôter son voile hors de sa maison et son école est fermée en raison de la pollution de l’air.

« Elle s’arrête à sa boulangerie préférée au centre commercial Aladdin pour manger un gâteau mais il y a une grève nationale », continue Netanyahu. Les pompiers ne peuvent disposer d’équipements appropriés pour éteindre les incendies.

« Fatemeh est complètement exaspérée », raconte le Premier ministre.

« Pourquoi tout s’effondre-t-il dans mon pays ?, s’interroge-t-elle.

Elle ne peut trouver aucune réponse sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter étant interdits. Mais elle lit les journaux et découvre ce qu’a fait le régime avec l’argent.

« Des milliards gaspillés pour envoyer l’armée iranienne en Syrie. Des milliards gaspillés pour obtenir des armes nucléaires. Des milliers gaspillés pour la guerre au Yémen », explique Netanyahu.

En conclusion, il affirme que même si Fatemeh est un personnage fictif, cette histoire est pourtant celle de « millions d’Iraniens ».

« Si vous voulez la paix, aidez Fatemeh », dit Netanyahu à son public. « Aidez les Iraniens à élever la voix contre un régime qui les opprime et leur refuse une vie de dignité, de prospérité et de respect ».

La vidéo, qui a été également diffusée avec des sous-titres en perse, est la dernière d’une série de clips en anglais publiés par Netanyahu où il prône ostensiblement l’aide aux Iraniens et où il les encourage à se dresser contre le régime.

Le mois dernier, Netanyahu avait salué les Iraniens pour avoir montré du « courage » lors des manifestations massives organisées contre le gouvernement et ses politiques économiques, suite à l’effondrement de la devise du pays après la reprise des sanctions américaines sur le nucléaire.

Le mouvement de protestation, qui a commencé à la fin du mois de juin à Téhéran et dans tout le pays – et notamment dans des villes durement frappées au niveau économique, comme Kermanshah, à l’ouest du territoire – s’est illustré par des slogans comprenant « Mort à la Palestine », « Non à Gaza, non au Liban » et « Partez de Syrie, pensez à nous », soulignant le soutien continu apporté par la République islamique aux groupes palestiniens et au président syrien Bashar Assad malgré les conditions économiques difficiles dans le pays. Dans certains rassemblements, les manifestants ont entonné « nous ne voulons pas des ayatollahs » et « Mort au dictateur ».

Faisant la démonstration de ses talents au football dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Netanyahu a fait le parallèle entre les manifestations et la prouesse « impossible » de l’équipe iranienne lors de la coupe du monde de la FIFA, lorsqu’elle a marqué un but contre le Portugal de Cristiano Ronaldo, en bloquant notamment un penalty de la super-star. Il a ajouté espérer voir enfin l’Iran disputer une rencontre contre Israël.

Arrêter Ronaldo est « presque impossible », a dit Netanyahu, « mais les Iraniens ont réussi l’impossible ».

« Aux Iraniens, je le dis : Vous avez montré du courage sur le terrain et vous montrez aujourd’hui le même courage dans les rues de l’Iran », a dit le Premier ministre sur les images.

Ces dernières années, l’Iran a offert une aide financière aux groupes terroristes palestiniens du Hamas et du Jihad islamique, au Hezbollah du Liban, aux rebelles houthis du Yémen et aux milices chiites d’Irak. Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, Téhéran aurait donné 6 milliards de dollars pour soutenir le gouvernement d’Assad.

A la fin de l’année dernière, des manifestations économiques similaires avaient eu lieu en Iran, se propageant dans 75 villes et municipalités et devenant le plus important mouvement de protestation dans le pays depuis les élections présidentielles contestées en 2009. Les manifestations de cette fin du mois de décembre et du début du mois de janvier avaient entraîné au moins 25 morts et presque 5 000 arrestations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...