Netanyahu : Nous devrons bientôt procéder à un confinement total
Rechercher

Netanyahu : Nous devrons bientôt procéder à un confinement total

Le Premier ministre a demandé des mesures immédiates contre la recrudescence des cas de COVID-19 pour éviter de devoir prendre des mesures extrêmes à l'avenir

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 28 juin 2020. (RONEN ZVULUN / POOL / AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 28 juin 2020. (RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi aux ministres débattant des nouvelles restrictions sur le coronavirus que « nous sommes à deux doigts d’un confinement total », a rapporté le radiodiffuseur public Kan.

« Si nous n’agissons pas maintenant, nous aurons des centaines, voire plus de mille cas graves dans les prochaines semaines, ce qui paralysera notre système [de santé]. Je demande des mesures immédiates qui nous éviteront de devoir prendre des mesures beaucoup plus extrêmes à l’avenir », a-t-il déclaré au début de la réunion.

Le gouvernement a approuvé des mesures visant la fermeture immédiate de salles de spectacles, de bars, de clubs, de gymnases, de piscines publiques et de salles culturelles, selon des rapports.

La décision ne concerne pas les restaurants, les yeshivot ou les plages, qui avaient également fait l’objet de discussions en vue d’éventuelles fermetures ou limitations.

Selon les rapports, les bus seront limités à 20 passagers à la fois, avec les fenêtres ouvertes et sans air conditionné.

Selon des informations précédentes, la fréquentation des synagogues sera plafonnée à 19 personnes. La décision doit encore être approuvée par la commission du coronavirus de la Knesset.

Le député Yair Lapid de Kakhol lavan s’exprime lors de la conférence de presse de « Maariv » à Herzliya, le 26 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le chef de l’opposition Yair Lapid a de son côté déclaré que l’augmentation des cas de coronavirus en Israël était un « échec humiliant ».

« Nous sommes le seul pays au monde qui est moins préparé pour la deuxième vague qu’il ne l’était pour la première. Netanyahu a échoué. Le gouvernement détaché ne fonctionne pas. Les taux de contamination augmentent à une vitesse vertigineuse. L’économie s’effondre », a-t-il déclaré au début d’une réunion de la faction Yesh Atid-Telem à la Knesset, selon un communiqué de son porte-parole.

Il a ajouté que les règles confuses du gouvernement gonflé ne font qu’aggraver les problèmes.

Il a également prédit des batailles de rue sanglantes si le gouvernement ne parvient pas à relancer l’économie.

« Si la situation continue comme cela, les choses vont mal finir. Il y aura de la violence dans les rues. J’espère me tromper. J’espère qu’on me prouvera que j’ai tort, mais la violence m’inquiète. Si on ne prévoit pas d’allocations de chômage pour les indépendants. S’ils ne laissent pas les gens compenser leurs pertes à partir de 2020 par leurs profits à partir de 2019. S’ils n’ouvrent pas le secteur de l’événementiel. S’il n’y a pas de date fixée pour l’ouverture du trafic aérien. S’il n’y a pas de plan national de réinsertion des chômeurs. Il y aura de la violence », a-t-il déclaré.

S’exprimant à la Knesset, le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a fait savoir que les mesures approuvées par le cabinet pour fermer les salles de spectacles, les bars et autres lieux prendront effet immédiatement, bien qu’une annonce du gouvernement précise clairement qu’il faut d’abord obtenir l’accord des députés de la Knesset.

« Je n’ignore pas les difficultés des chefs d’entreprise, mais nous devons nous souvenir d’une chose : nous faisons tout notre possible pour remettre le génie dans la bouteille dans l’espoir de pouvoir continuer à vivre à l’ombre du coronavirus d’une manière différente », a-t-il déclaré, selon Ynet.

Il a également déclaré que le nombre de personnes gravement malades allait doubler, même si Israël imposait dès maintenant un confinement total.

Il y a actuellement 90 patients gravement malades, sur près de 12 000 cas actifs.

Étant donné que les effets d’un bouclage complet ne se feraient sentir qu’après environ deux semaines et que les cas graves, qui mettent généralement plus de temps à se développer, sont un indicateur tardif, la prévision d’Edelstein semble inhabituellement optimiste, bien qu’il la considère probablement comme un avertissement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...