Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Prison militaire pour un objecteur de conscience, qui dénonce une « vengeance » à Gaza

Tal Mitnick avait signalé en août son intention de refuser la conscription ; Il est le premier déserteur connu depuis le début de la guerre contre le Hamas

Tal Mitnick, objecteur de conscience, en interview à Tel Aviv, en novembre 2023. (Capture d'écran utilisée conformément à la Clause 27a de la Loi sur le droit d'auteur)
Tal Mitnick, objecteur de conscience, en interview à Tel Aviv, en novembre 2023. (Capture d'écran utilisée conformément à la Clause 27a de la Loi sur le droit d'auteur)

Tal Mitnick, un Israélien de 18 ans qui refuse de servir dans l’armée israélienne, a entamé une peine initiale de 30 jours dans une prison militaire mardi, devenant le premier objecteur de conscience connu depuis les massacres des terroristes du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Mitnick, déjà un fervent opposant au gouvernement, a commencé sa peine à la base militaire de Tel Hashomer, dans le centre d’Israël, selon l’organisation Mesarvot qui encourage le refus de servir dans l’armée.

Il était accompagné d’un petit groupe de partisans qui l’ont encouragé alors qu’il entrait dans la base. L’armée n’a pas commenté publiquement l’incident, qui a attiré l’attention internationale.

Le refus de la conscription est passible de peines de prison en Israël, bien que de nombreux objecteurs de conscience cherchent à éviter le service par d’autres moyens, tels que la présentation de preuves de problèmes médicaux ou mentaux. L’armée israélienne a, à de rares occasions, accepté des refus sur la base du pacifisme général, mais pas pour le refus de servir en raison de problèmes spécifiques liés à un conflit en cours.

Dans une déclaration diffusée sur les réseaux sociaux, Mitnick a déclaré qu' »il n’y a pas de solution militaire » au conflit en cours avec les Palestiniens. « Même avec toute la violence dans le monde, nous ne pourrions pas effacer le peuple palestinien ou son lien avec cette terre, tout comme le peuple juif ou notre lien avec cette même terre ne peut être effacé. »

« La violence ne peut pas résoudre la situation, ni par le Hamas, ni par Israël », a-t-il ajouté. « Il n’y a pas de solution militaire à un problème politique. Par conséquent, je refuse de m’enrôler dans une armée qui croit que le vrai problème peut être ignoré, sous un gouvernement qui ne fait que perpétuer le deuil et la douleur. »

Mitnick a déclaré que l’attaque du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle des milliers de terroristes ont franchi la frontière et tué environ 1 200 personnes, prenant en otage 240 autres, était « un traumatisme sans précédent dans l’histoire du pays ».

Cependant, Mitnick a qualifié la réponse israélienne de « campagne vengeance » non seulement contre le Hamas, mais contre tous les Palestiniens, notamment « les bombardements indiscriminés de quartiers résidentiels et de camps de réfugiés à Gaza, un soutien militaire et politique total à la violence des colons en Cisjordanie et une persécution politique à une échelle sans précédent à l’intérieur d’Israël ».

Le ministère de la Santé à Gaza, contrôlé par le Hamas affirme que plus de 21 000 personnes ont été tuées dans la bande depuis le début de la guerre, un chiffre invérifiable qui inclut à la fois des civils et des terroristes du Hamas ainsi que ceux tués par des tirs de roquettes ratés. Israël a affirmé que le chiffre inclut au moins 8 000 terroristes du Hamas tués au combat.

« Je refuse de croire que l’intensification de la violence apportera la sécurité, je refuse de participer à une guerre de représailles », a écrit Mitnick. « La diplomatie, les efforts politiques et le changement de politique sont les seuls moyens d’éviter une destruction et des morts supplémentaires des deux côtés. »

Mitnick a noté qu’il avait déjà décidé de refuser de s’enrôler dans l’armée israélienne avant le début de la guerre en octobre, « mais depuis qu’elle a commencé, je suis de plus en plus sûr de ma décision… J’aime ce pays et les gens ici, car c’est ma maison. Je me sacrifie et je travaille pour que cette terre soit un endroit qui respecte les autres, où l’on peut vivre avec dignité. »

Mitnick faisait partie des 200 lycéens qui ont signé une lettre commune en août, déclarant qu’ils refuseraient d’être enrôlés par l’armée en signe de protestation à la fois contre la poussée de réforme judiciaire du gouvernement et contre le contrôle d’Israël sur certains pans de la Cisjordanie.

On ignore si d’autres adolescents signataires de la lettre avaient également mis leur intention à exécution.

La lettre d’août est intervenue au milieu d’appels généralisés parmi les réservistes de l’armée, à l’époque, à ne pas continuer à se présenter pour le devoir de réserve si le gouvernement poursuivait son programme de refonte du système judiciaire. La refonte avait suscité des manifestations massives dans tout le pays avant d’être mise de côté pendant la guerre.

Dans la période suivant l’attaque du 7 octobre, l’armée a déclaré que plus de 100 % des réservistes s’étaient présentés pour le service, ce qui signifie que beaucoup s’étaient présentés pour combattre sans avoir reçu de convocation formelle.

Environ 350 000 soldats ont été appelés depuis le début de la guerre, et rien n’indique que les réservistes qui avaient menacé de boycotter le service l’ont effectivement fait. Beaucoup avaient en effet déclaré pendant les manifestations qu’ils faisaient référence uniquement au service de réserve bénévole et qu’ils se présenteraient en cas d’urgence nationale.

Jeudi soir, des centaines d’Israéliens, juifs et arabes, se sont rassemblés à Tel-Aviv, brandissant pancartes et banderoles en hébreu et arabe exhortant à un cessez-le-feu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.