Rencontre entre des lycéens normands et Yvette Lévy, déportée à Auschwitz
Rechercher

Rencontre entre des lycéens normands et Yvette Lévy, déportée à Auschwitz

Les lycéens participeront le mois prochain à un voyage d’étude à Auschwitz, cette fois en compagnie de Ginette Kolinka

Yvette Lévy, déportée au camp d’Auschwitz Birkenau, lors de sa rencontre avec 140 lycéens et apprentis normands, le 12 décembre 2019. (Crédit : Région Normandie)
Yvette Lévy, déportée au camp d’Auschwitz Birkenau, lors de sa rencontre avec 140 lycéens et apprentis normands, le 12 décembre 2019. (Crédit : Région Normandie)

140 lycéens et apprentis normands de sept classes ont rencontré au Mémorial de Caen le 12 décembre dernier Yvette Lévy, déportée au camp d’Auschwitz Birkenau, a rapporté le site de la Région Normandie.

Ils participeront le mois prochain à un voyage d’étude à Auschwitz, cette fois en compagnie de Ginette Kolinka, elle aussi déportée et rescapée d’Auschwitz-Birkenau.

Le voyage sera organisé en partenariat avec la Région Normandie, les autorités académiques et le Mémorial de la Shoah. Le voyage a été initié en 2010 par la Région ex-Basse-Normandie.

Les élèves des sept classes réaliseront ensuite des productions (éditoriale, vidéo, audio…) en lien avec le voyage d’étude et les témoignages de rescapés. Leurs travaux seront présentés dans chaque établissement puis le 19 mai 2020 au Mémorial de Caen.

Yvette Lévy (née Dreyfuss), entrée chez les Éclaireurs israélites en 1932, à l’âge de 6 ans, a participé avec son groupe au sauvetage d’enfants dont les parents ont été raflés. Elle était alors âgée de 16 ans. Elle a été déportée en 1944 à Birkenau avec ses camarades scouts. Seules Yvette et neuf de ses amies sont rentrées de l’enfer des camps en mai 1945.

A LIRE/INTERVIEW : Ginette Kolinka, paroles de rescapée de la Shoah

Ginette Kolinka, née Cherkasky, le 4 février 1925 à Paris, a été arrêtée avec son père, son petit frère de douze ans et son neveu par la Gestapo le 13 mars 1944 suite à une dénonciation. La famille passera par les prisons d’Avignon puis des Baumettes, avant d’être internée à Drancy puis déportée par le convoi 71 vers Auschwitz-Birkenau. Après avoir été transférée à Bergen-Belsen, Raguhn et Theresienstadt, la jeune fille, matricule 78599, sera libérée en mai 1945. Elle sera la seule de sa famille à en revenir.

Peu à peu, après avoir longtemps refusé d’évoquer et de transmettre son histoire et son horreur, elle est devenue une inlassable passeuse de la mémoire de la Shoah auprès des lycéens et des collégiens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...