Rechercher

Saisie record de 2,3 tonnes de pilules de captagon en Syrie , annonce le ministère

Les forces de sécurité ont d'abord saisi 249 kilos, dissimulés dans le port de Lattaquié puis l'enquête les a ensuite mené vers un "entrepôt contenant de la drogue dans une ferme"

Photo d'illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : capture d'écran YouTube/Allo docteurs)
Photo d'illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : capture d'écran YouTube/Allo docteurs)

Le ministère syrien de l’Intérieur a annoncé mercredi une saisie record de 2,3 tonnes de pilules de captagon, soit environ 14 millions de comprimés, dans l’ouest de la Syrie.

Les forces de sécurité syriennes ont tout d’abord saisi 249 kilogrammes de captagon, une drogue de la famille des amphétamines, dissimulés dans des machines industrielles prêtes à l’exportation dans le port de Lattaquié.

L’enquête a ensuite mené les forces syriennes vers un « entrepôt contenant de la drogue dans une ferme » dans la province voisine de Hama, selon le communiqué du ministère.

« Le poids des sacs confisqués s’élevait à 2,103 tonnes », indique le communiqué, ajoutant que 10 personnes ont été arrêtés et plusieurs véhicules confisqués lors de l’opération.

Selon les estimations courantes, un kilogramme de captagon contient généralement 6 000 pilules, le nombre cumulé de pilules saisies dépasse donc les 14 millions, la plus grande saisie annoncée par le gouvernement syrien depuis des années.

La Syrie est considérée comme le principal producteur de captagon et l’Arabie saoudite en est le principal consommateur, selon une toute récente étude du think tank américain New Lines Institute.

Vendu sous la forme d’un petit comprimé blanc estampé d’un logo caractéristique représentant deux demi-lunes, le captagon est à l’origine un médicament qui a été commercialisé à partir du début des années 1960 en Allemagne et dont le principe actif est la fénétylline, une drogue de synthèse de la famille des amphétamines.

Plusieurs rapports récents ont accusé des hauts responsables du régime du président Bachar al-Assad d’être au cœur du trafic en plein essor du captagon au Moyen-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...