Israël en guerre - Jour 145

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sami et Ofra Keidar, 70 ans, des fondateurs emblématiques du kibboutz Beeri

Sami a été assassiné au kibboutz Beeri et Ofra a été prise en otage le le 7 octobre 2023 ; Ofra a été déclarée morte plus tard, son corps étant toujours en captivité à Gaza

À gauche : Sami Keidar assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023 ; Ofra Keidar prise en otage et déclarée morte le 2 décembre2023, son corps étant toujours en captivité à Gaza. (Autorisation)
À gauche : Sami Keidar assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023 ; Ofra Keidar prise en otage et déclarée morte le 2 décembre2023, son corps étant toujours en captivité à Gaza. (Autorisation)

Sami Keidar, 70 ans, a été assassiné par des terroristes du Hamas le 7 octobre au kibboutz Beeri, tandis que son épouse, Ofra Keidar, 70 ans, a été prise en otage et enlevée à Gaza. Le 2 décembre, Tsahal a annoncé qu’Ofra avait été déclarée morte, sans fournir plus de détails. Sa famille a déclaré qu’elle avait été tuée le 7 octobre et que son corps était toujours détenu par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Sami a été enterré le 24 octobre. Le 6 décembre, la famille d’Ofra a organisé une cérémonie en son honneur, bien qu’elle n’ait pas pu organiser de funérailles sans le retour de sa dépouille.

Sami et Ofra laissent derrière eux leurs fils Elad et Oren et leur fille, Yaël, ainsi que sept petits-enfants et plusieurs frères et sœurs.

Yaël, 41 ans, qui souffre d’une déficience intellectuelle, rendait visite à ses parents depuis le centre où elle réside lorsque l’assaut s’est produit et a réussi à se cacher dans le mamad – la pièce sécurisée –  et à survivre. Ofra a été capturée alors qu’elle faisait sa traditionnelle promenade matinale.

Ofra Keidar, à droite, et sa fille Yaël Keidar. Ofra a été prise en otage au kibboutz Beeri et déclarée morte le 2 décembre2023, son corps étant toujours en captivité à Gaza. (Autorisation)

« Ta perte se fait déjà sentir et tu vas beaucoup me manquer », a déploré Yaël lors de l’enterrement de son père.

Ses amis ont déclaré Sami avait travaillé pendant des dizaines d’années dans l’agriculture au kibboutz, et qu’il était également connu pour construire des jouets en bois, jouer des chansons des Beatles sur sa guitare, et comme un homme humble et discret, dévoué à ses enfants. Il avait lui-même construit une écurie dans le kibboutz pour offrir une thérapie équine à Yaël, et n’a cessé de construire des choses jusqu’à ce qu’il tombe malade.

Shiraz Keidar, la belle-fille du couple, qui vivait également à Beeri, a déclaré que Sami, étant atteint de la maladie de Parkinson, n’avait pas réussi à se rendre dans le mamad, et qu’il avait été assassiné alors qu’il était assis sur son canapé. Son aide-soignant philippin, Joey Pagsolingan, a été blessé par des coups de feu et se rétablit.

Pagsolingan a raconté à la Douzième chaîne que lorsque les terroristes ont pris d’assaut la maison, Sami « m’a dit : ‘Ne t’inquiète pas, Joey, personne ne viendra ici’ (…) ».

« Ce type me manque. »

Leur petite-fille, Argaman Keidar, a écrit sur Facebook fin novembre qu’elle était retournée dans ce qui restait de leur maison à Beeri. « Nous nous étions assis ensemble et nous avions célébré son anniversaire ; il avait souri et je l’avais serré dans mes bras », a-t-elle écrit à propos de son grand-père Sami. « Et la fois d’après, nous sommes venus recueillir ses derniers souvenirs, pour qu’il soit avec nous pour toujours, et que ses affaires soient sauvegardées et protégées. »

Ofra, qui a vécu à Beeri pendant la quasi-totalité des 60 dernières années, a marqué ses amis et sa famille comme une amoureuse de l’exercice, qui faisait sa promenade matinale quotidiennement, aimait le jardinage, la natation et les animaux – et qui a travaillé pendant des dizaines d’années à la ferme laitière du kibboutz, où elle trayait les vaches.

Sa petite-fille a déclaré qu’il ne restait plus grand-chose de sa maison à leur retour – et qu’il n’y avait plus de grand-mère. « Entre nous, ma grand-mère était la femme qui a fait de cette maison ce qu’elle était. Ma grand-mère était une femme que tout le monde aimait. Tout le monde passait devant elle et lui souriait, lui disait bonjour, le matin, l’après-midi et le soir. »

Shmil Talker, un habitant de longue date de Beeri qui travaillait avec Ofra à la section des animaux du kibboutz, a raconté qu’elle « avait pris sa retraite il y a longtemps, mais n’avait jamais manqué un jour de travail, arrivant tôt tous les matins ».

« Ofra était si forte physiquement qu’il était vraiment difficile de la suivre. Malgré les tentatives pour la ralentir, il était clair que rien n’y ferait et que nous devrions tous plutôt nous aligner sur son rythme. »

Son fils Elad a déclaré à la station de radio 103FM, après la confirmation de son décès, qu’il y avait « une sorte de réconfort » à apprendre qu’elle avait été tuée le 7 octobre, « qu’au moins ça s’était terminé rapidement et qu’elle n’avait pas souffert ».

« Elle était très proche de ses petits-enfants, c’était une grand-mère très active. Elle faisait des choses avec eux et les emmenait aussi en dehors du kibboutz », a déclaré Elad.

« À son âge – 70 ans – elle travaillait encore et portait des choses. Elle inspirait tous les jeunes (…). C’est une énorme perte. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’est ensuivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.