Selon la police, Bitan aurait reçu des pots-de-vin de 2 sociétés – médias
Rechercher

Selon la police, Bitan aurait reçu des pots-de-vin de 2 sociétés – médias

Des reportages affirment que le député du Likud aurait reçu des milliers de shekels de la part d'une chaîne de supermarchés et d'une société de construction

David Bitan, député du Likud et président de la coalition, pendant une manifestation de soutien au Premier ministre Benjamin Netanyahu près du domicile du procureur général Avichai Mandelblit à Petah Tikva, le 5 août 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
David Bitan, député du Likud et président de la coalition, pendant une manifestation de soutien au Premier ministre Benjamin Netanyahu près du domicile du procureur général Avichai Mandelblit à Petah Tikva, le 5 août 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La police soupçonne l’ancien chef de la coalition David Bitan d’avoir accepté des centaines de milliers de shekels de pots-de-vins de la part de la chaîne de supermarchés Hetzi Hinam et de l’entreprise de construction Danya Cebus alors qu’il était haut-responsable au sein de la municipalité de Rishon Lezion, ont fait savoir des reportages diffusés mardi à la télévision, alors que ne cesse de s’étendre l’enquête sur le député du Likud.

Selon la chaîne Hadashot, ces nouveaux soupçons ont émergé suite au témoignage, mardi, apporté par l’homme d’affaires Moshe Yosef, un suspect essentiel et témoin de l’accusation potentiel dans le dossier.

Le reportage a affirmé que Bitan aurait reçu 300 000 shekels de la part de l’entreprise de construction. Il a cité Danya Cebus, qui aurait dit ignorer si la société faisait l’objet d’une enquête policière.

Le reportage diffusé sur la Dixième chaîne a fait savoir que la chaîne de supermarchés Hetzi Hinam aurait également versé des pots-de-vin à Bitan. Durant son mandat de député-adjoint de Rishon Lezion, Bitan a reçu des centaines de milliers de shekels en échange d’une baisse des impôts fonciers pour les supermarchés, a dit le reportage sans toutefois avancer une somme spécifique.

Bitan aurait reçu des pots-de-vin d’une valeur globale de 5 millions de shekels, aurait indiqué Yosef durant son interrogatoire, selon la Dixième chaîne.

Yosef, propriétaire d’un magasin de meubles, a été interrogé au siège de Lod de l’unité anti-corruption et crimes majeurs Lahav 433.

Alors qu’il aurait incriminé Bitan dans ces deux dossiers, le témoignage de Yosef aurait également corroboré le récit fait par le député du Likud sur d’autres allégations liées au paiement du mariage de son fils et de ses liens avec la famille du crime Jarushi, a fait savoir la Dixième chaîne.

Bitan est soupçonné d’avoir obtenu des prêts auprès des membres de cette famille de la pègre israélienne et, alors qu’il se trouvait dans l’incapacité de les rembourser, d’avoir offert des faveurs en échange de l’abandon de ses emprunts.

Il a été rapporté la semaine dernière que l’Etat tente de convaincre Yosef de témoigner contre le député, mais que ce dernier répugnerait à désigner directement Bitan ou la famille Jarushi, a expliqué lundi la chaîne Hadashot.

La Dixième chaîne a fait savoir dimanche que la police soupçonne que ces plans de corruption ont continué après l’entrée de Bitan à la Knesset en 2015, où il avait été nommé chef de la coalition.

Bitan, qui a déjà été interrogé à quatre occasions par la police, devrait l’être une nouvelle fois jeudi.

Au cours de son interrogatoire de la semaine dernière qui aura duré cinq heures, le député a refusé de répondre à presque toutes les questions.

L’enquête, intitulée par la police « l’Affaire 1803 », a permis l’arrestation de douzaines de suspects, notamment des responsables municipaux de Rishon Lezion, des hommes d’affaires locaux et des personnalités du crime organisé. Bitan a démissionné de son poste de chef de la coalition peu de temps après l’émergence des informations sur l’enquête.

Le magasin Metzada à Rishon Lezion. (Crédit : capture d’écran Google Maps)

La police tenterait actuellement de convaincre Dror Glazer, le deuxième associé de Bitan, de devenir témoin de l’accusation. Glazer, un développeur immobilier, est soupçonné d’avoir transféré à Bitan, via Yosef, la somme de 150 000 shekels.

La police a examiné les dossiers trouvés dans le magasin de meubles de Yosef qui aurait, selon les enquêteurs, été utilisé comme devanture pour des opérations de blanchiment d’argent.

Lorsque l’enquête sur Bitan avait commencé, les agents de police avaient installé des caméras cachées et des dispositifs d’enregistrement dans ce commerce et, sur la base des preuves collectées, ils avaient établi un dossier très fourni contre lui.

Des vidéos enregistrées par les caméras cachées montreraient Bitan en train de compter d’importantes sommes d’argent et semblant utiliser le magasin comme banque de retrait de liquidités. La police aurait également secrètement filmé l’épouse de Bitan quittant le magasin de Yosef tout en transportant une enveloppe qui, selon les enquêteurs, aurait été remplie de billets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...