Un caricaturiste marocain demande à être protégé après des menaces de mort
Rechercher

Un caricaturiste marocain demande à être protégé après des menaces de mort

"La police doit ouvrir une enquête et ne peut pas laisser impuni ce genre d'appels à la haine, à la violence et à la mort", a souligné Khalid Geddar

Khalid Geddar (Crédit : capture d'écran YouTube)
Khalid Geddar (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un célèbre caricaturiste marocain, Khalid Geddar, a demandé la protection de la police après avoir reçu des menaces de mort pour avoir posté le dessin lié à l’assassinat d’un écrivain jordanien dimanche, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

En forme d’hommage posthume, M. Geddar, qui dirige la revue satirique Baboubi, a publié dimanche sur son compte Facebook la caricature qu’avait postée cet été Nahed Hattar, tué par balles dimanche à Amman.

Ce dessin montre un jihadiste barbu sur un lit, au paradis, entouré de deux femmes et s’adressant à Dieu comme à un simple serviteur. Après sa publication, les autorités jordaniennes avaient engagé des procédures judiciaires contre M. Hattar pour « incitation à la discorde confessionnelle » et « insulte » à l’islam, qui interdit toute représentation de Dieu.

M. Geddar a reçu plusieurs messages et commentaires menaçants, dont l’un est particulièrement explicite : « votre sort, c’est la mort et l’égorgement, vous êtes l’ennemi de Dieu ».

« Je considère que ce commentaire est une menace directe, un appel à me tuer, juste parce que j’ai republié le dessin qui a mené à la mort de l’écrivain jordanien », a-t-il déclaré à l’AFP.

Il a appelé les autorités marocaines « à protéger son intégrité physique ». « La police doit ouvrir une enquête et ne peut pas laisser impuni ce genre d’appels à la haine, à la violence et à la mort », a souligné M. Geddar.

Il avait republié le dessin de M. Hattar accompagné d’une citation du caricaturiste français Charb, assassiné avec 16 autres personnes dans l’attaque contre le journal satirique Charlie Hebdo en janvier 2015 à Paris.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...