Un député du Fatah exclu du parti pour tentative présumée de rapprochement avec le rival d’Abbas
Rechercher

Un député du Fatah exclu du parti pour tentative présumée de rapprochement avec le rival d’Abbas

Le président de l’AP a exclu Jihad Tummaleh après qu'il a organisé une “conférence unitaire”, et invité des responsables proches de Mohammad Dahlane

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Jihad Tummaleh (Crédit : Facebook)
Jihad Tummaleh (Crédit : Facebook)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a exclu, samedi, le parlementaire Jihad Tummaleh de son parti du Fatah, a fait savoir Wafa, l’organe de presse officiel de l’AP.

Tummaleh avait remporté un siège au Parlement palestinien en 2006 en tant que représentant régional de Ramallah et d’El Bireh. Sur la liste régionale lors des élections primaires, il avait été deuxième seulement après le très populaire Marwan Barghouthi, considéré comme un successeur potentiel d’Abbas à la présidence de l’AP malgré son incarcération au mois de juin dans une prison israélienne en raison de plusieurs condamnations pour meurtres et terrorisme.

Tandis que le Fatah n’a donné aucune explication justifiant cette exclusion, cette initiative a toutefois suivi une conférence organisée par Tummaleh au camp de réfugiés d’al-Amari, situé à Ramallah, dont l’objectif était « l’unité du parti ». Cet événement a été perçu dans certaines factions comme un effort visant à mettre fin aux tensions avec le principal adversaire d’Abbas, Mohammad Dahlane.

L’exclusion de Tummaleh a été recommandée par le “Comité Tajannuh” ou comité anti-criminalité, qui avait été utilisé dans le passé pour affaiblir l’influence de Dahlane.

Tummaleh a indiqué au site d’information palestinien Al Watan Voice que l’unité entre les différentes factions du Fatah était essentielle avant la tenue de la septième conférence générale du parti. Cette dernière, qui devrait avoir lieu avant la fin 2016, permettra au parti de décider ses politiques majeures et de résoudre ses problèmes internes.

Mohammad Dahlane en 2006 (Crédit : Michal Fattal/Flash90)
Mohammad Dahlane en 2006 (Crédit : Michal Fattal/Flash90)

Selon Al Watan Voice, un certain nombre de dirigeants du Fatah qui se sont rendus à la conférence incriminée étaient des proches de Dahlane.

En 2015, Tummaleh avait expliqué au Times of Israel : « Il est manifeste que Dahlane entretient des liens amicaux ici avec des gens du camp ».

Dahlane, l’un des membres les plus éminents du parti et qui est considéré comme un autre successeur possible à Abbas, a été expulsé de la Bande de Gaza en 2011 après une querelle avec ce dernier. Le président de l’Autorité palestinienne avait même insinué que Dahlane, qui vit actuellement aux Emirats Arabes Unis (EAU) mais conserve des liens forts avec Gaza, pourrait avoir empoisonné le leader palestinien Yasser Arafat en 2004.

Des leaders arabes— en particulier le dénommé Quartet arabe, regroupant la Jordanie, l’Egypte, les EAU et l’Arabie saoudite – ont récemment fait pression sur Abbas pour effacer les différences au sein du Fatah et pour faire la paix avec Dahlane.

Abbas, jusqu’à présent, n’a pas souhaité faire rentrer Dahlane au bercail, et a même fustigé d’une manière inhabituelle les « capitales [Arabes]” au mois de septembre, affirmant que « personne ne nous dictera ce que nous devons faire ou ce que nous devons penser ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...