Un groupe israélien récolte 174 000 shekels pour le survivant de Duma
Rechercher

Un groupe israélien récolte 174 000 shekels pour le survivant de Duma

L'oNG Tag Meir a lancé une campagne de collecte de fonds pour Ahmed Dawasba qui a surpassé les attentes

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Ahmed Dawabsha, cinq ans, au centre médical Chaim Sheba à Tel Hashomer (Crédit : Eric Cortellessa / Times of Israël)
Ahmed Dawabsha, cinq ans, au centre médical Chaim Sheba à Tel Hashomer (Crédit : Eric Cortellessa / Times of Israël)

En ce début de dimanche après-midi, une campagne de collecte de fonds israélienne a réussi à amasser plus de 174 000 shekels pour soutenir le petit Ahmed Dawabsha, un garçon palestinien grièvement blessé le 31 juillet dans un attentat à la bombe incendiaire qui a tué ses parents et son petit frère.

Le groupe antiraciste Tag Meir a lancé la collecte de fonds, mercredi sur le site Headstart avec l’objectif initial de réunir 80 000 shekels, mais les sommes versées ont dépassé cette somme en 24 heures.

Les organisateurs ont annoncé sur la page web du projet qu’ils mettaient la barre à 240 000 shekels, somme à atteindre d’ici début octobre.

L’attaque au cocktail Molotov, dans le nord du village cisjordanien de Duma, a tué Ali Dawabsha, 18 mois, son père, Saad, la semaine suivante après l’attaque, et sa mère, Riham, qui a succombé à de graves brûlures au début du mois septembre.

Le petit Ahmed, 4 ans, qui est toujours hospitalisé au Centre médical Sheba près de Ramat Gan souffrant de graves brûlures sur une grande partie de son corps, est le seul membre survivant de sa famille.

Son grand-père, Hussein Dawabsha, assume la charge de ses soins.

Les autorités israéliennes ont déclaré qu’ils étaient convaincus que l’attaque a été menée par des extrémistes juifs israéliens.

Gadi Gvaryahu, le président de Tag Meir, a écrit sur sa page Facebook que les réponses rapides à la collecte de fonds devraient être également considérées comme une protestation populaire contre les attaques de l’extrême-droite juive.

Il a expliqué que les contributeurs à la campagne avisaient le gouvernement israélien qu’ils n’en « pouvaient plus » de l’extrémisme du « gang criminel connu sous le nom de ‘prix à payer’, « qui a agi au nom du judaïsme et qui sous couvert de la religion déracine les oliviers, mettent le feu aux lieux de culte, endommagent des biens, et, plus que tout autre chose, blessent des Arabes innocents et même tuent de sang-froid ».

La page Headstart de la campagne a déclaré que les principaux objectifs de la collecte étaient de payer pour les soins et la rééducation d’Ahmed, aider son grand-père, fournir des fonds pour l’éducation et de l’aide future d’Ahmed, et obtenir un logement d’État et du soutien pour les Dawabsha.

Mais, il a ajouté que le message « non moins important » de la campagne – visant Ahmed Dawabsha et sa famille, ainsi que les autres – était que « la voie du judaïsme israélien était la voie de la convivialité et du respect mutuel, et non de l’extrémisme et du fanatisme ».

Parmi ceux qui ont contribué à la collecte de fonds, il y avait le lauréat du prix d’Israël et philosophe, Asa Kasher, et le chanteur-compositeur-interprète, David Broza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...