Rechercher

Un homme de Jérusalem Est arrêté pour avoir séquestré sa fille de 23 ans

Un résident de 50 ans du camp de réfugiés de Shuafat est soupçonné d'avoir battu et emprisonné sa fille dans l'unité de stockage de leur domicile

La barrière de sécurité et le camp de réfugiés de Shuafat, au nord-est de Jérusalem, le 5 décembre 2019. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90/Dossier)
La barrière de sécurité et le camp de réfugiés de Shuafat, au nord-est de Jérusalem, le 5 décembre 2019. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90/Dossier)

Un homme a été arrêté par la police samedi, soupçonné d’avoir emprisonné sa fille adulte contre sa volonté, de l’avoir frappée et de lui avoir coupé les cheveux à leur domicile, à Jérusalem Est.

Selon un communiqué de la police israélienne, le suspect, un résident de 50 ans du camp de réfugiés de Shuafat, dans le nord-est de la capitale, est soupçonné d’avoir emprisonné sa fille de 23 ans dans l’unité de stockage de leur maison pendant une longue période.

La police a déclaré que la victime, qui aurait été battue par son père et dont les cheveux auraient été coupés contre son gré, n’a pas eu besoin de soins médicaux.

Les policiers ont déclaré avoir ouvert une enquête sur cette affaire, qui a débuté lorsqu’un témoin a signalé l’incident à la police de Jérusalem.

Les agents de la police des frontières ont collaboré avec les agents de la police de Jérusalem pour localiser rapidement l’endroit où la victime était retenue, l’ont libérée de l’unité de stockage et ont arrêté son père.

Selon la police, le suspect a comparu devant le tribunal dimanche et a été placé en détention provisoire.

Dans un communiqué, la police a déclaré qu’elle continuerait à « agir résolument contre les violences de toute nature, et en particulier les violences domestiques graves ».

Les militants se plaignent depuis longtemps que l’on ne fait pas assez pour prévenir la violence contre les femmes en Israël, en particulier dans les cas connus des autorités et dans les communautés arabes et druzes.

Selon les chercheurs de l’Observatoire israélien du féminicide, basé à l’Université hébraïque, il y a eu 16 cas de femmes assassinées en Israël par un parent ou un partenaire tout au long de 2021, et 21 cas en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...