Rechercher

Un lycéen de Tel Aviv inculpé de plusieurs viols et d’agression sexuelle sur mineurs

Les procureurs affirment que l'adolescent de 15 ans de Tel Aviv a "développé un modèle d'agression sexuelle contre des mineures" et les a "traitées comme des objets"

De jeunes Israéliens protestent contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans leurs écoles, sur la place Habima à Tel Aviv, le 14 décembre 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
De jeunes Israéliens protestent contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans leurs écoles, sur la place Habima à Tel Aviv, le 14 décembre 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Un élève de 15 ans d’un lycée d’élite de Tel Aviv a été inculpé jeudi de viol et d’agression sexuelle à l’encontre de plusieurs autres mineures, dans une affaire qui a choqué le pays.

Les charges retenues contre l’adolescent incluent cinq chefs d’accusation de viol sur mineure, quatre chefs d’accusation d’attentat à la pudeur sur mineure et un chef d’accusation de tentative de viol. Les accusations sont fondées sur les crimes présumés de l’élève contre six mineures âgées de 15 ans ou moins.

Le suspect, dont l’identité ne peut pas être divulguée par les médias en raison de son âge, affirme que tout ce qui s’est passé était consensuel.

Les procureurs contestent cette affirmation et ont adressé une réprimande sévère au tribunal de district pour mineurs de Tel Aviv.

De jeunes élèves arrivent pour la rentrée des classes après les fêtes à l’école Gabrieli de Tel Aviv, le 30 septembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« L’accusé a porté atteinte à l’âme des mineurs, a piétiné leur volonté et leur dignité, et les a traités comme des objets », a déclaré la procureure Pnina Levy. L’adolescent « a développé un modèle d’agression sexuelle contre des mineures, et ses méfaits en série représentent un danger exceptionnel pour une personne de son âge. »

L’acte d’accusation allègue que le suspect a mené les attaques « contre la volonté des mineures, sans que l’élève ne prenne la peine de clarifier leur consentement et parfois malgré leur opposition ».

La détention provisoire du lycéen a été prolongée d’une semaine, au moins jusqu’à jeudi prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...