Un tribunal allemand estime qu’un couvent doit présenter des œuvres d’art nazies
Rechercher

Un tribunal allemand estime qu’un couvent doit présenter des œuvres d’art nazies

Une autorité régionale avait annulé son contrat avec les héritiers de l’artiste après avoir appris l’affiliation nazie du peintre

Une peinture d'Erich Klahn. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Une peinture d'Erich Klahn. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un tribunal a jugé qu’un couvent du nord de l’Allemagne devait permettre à une œuvre d’art liée à l’idéologie nazie de rester exposée, a annoncé Art Newspaper.

Les héritiers de l’artiste Erich Klahn ont remporté leur procès contre l’autorité publique régionale allemande, Klosterkammer Hannover, qui voulait revenir sur un contrat lui imposant d’exposer les œuvres de Klahn, qui présentent souvent des images antisémites et racistes, ainsi que des croix gammées.

Klosterkammer Hannover a appris l’affiliation nazie de Klahn en 2014 et a commencé à annuler le contrat avec les héritiers de l’artiste, mais un tribunal a estimé que la révocation du contrat n’était pas valide. L’autorité locale avait ensuite fait appel de la décision devant la cour fédérale de justice, mais son appel a été rejeté le 22 décembre 2016, selon l’article.

L’artiste a rejoint le parti nazi en 1921 et « était influencé par la droite politique, s’[est laissé] instrumentaliser par la politique culturelle nazi », a déclaré Klosterkammer Hannover dans son appel.

Bien que Klahn ait finalement quitté le parti nazi, son travail utilise souvent le symbolisme nationaliste. Un retable du Vendredi Saint créé pour le couvent de Mariensee en 1939 présente des croix gammées à chacune de ses articulations, et fait partie des œuvres qui resteront exposées.

‘Ulenspiegel,’ l'une des œuvres de l'artiste allemand controversé Erich Klahn. (Crédit : capture d'écran YouTube)
‘Ulenspiegel,’ l’une des œuvres de l’artiste allemand controversé Erich Klahn. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Klosterkammer gère les quelque 1 130 œuvres de la Fondation Erich Klahn, dont beaucoup sont exposées dans des églises, selon Art Newspaper.

Le 4 janvier, dans un communiqué répondant au jugement, le directeur de Klosterkammer, Andreas Hesse, a déclaré que « nous étudions les prochaines mesures que nous pouvons prendre. Pour l’instant, nous sommes obligés de préserver le travail de Klahn et de le présenter en exposition, comme nous l’avions précédemment accepté. »

Hesse a ajouté que Klosterkammer sera obligé de rouvrir un musée présentant le travail de Klahn.

Peter Raue, l’avocat des héritiers de Klahn, a salué le jugement de la cour et a rejeté l’accusation que l’artiste ait été un nazi. Il a affirmé que Klahn n’avait jamais payé son adhésion au parti et que l’accusation n’était rien de plus qu’une tentative de salir sa réputation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...