Une branche du Labour rejette une motion condamnant la tuerie de Pittsburgh
Rechercher

Une branche du Labour rejette une motion condamnant la tuerie de Pittsburgh

Un militant du nord du pays s'est dit "consterné" par le rejet de sa proposition appelant à "se montrer solidaires de la communauté juive dans le monde entier"

Des manifestants lors d'une manifestation aux abords des bureaux du parti d'opposition du Labour dans le centre de Londres, le 4 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Daniel LEAL-OLIVAS)
Des manifestants lors d'une manifestation aux abords des bureaux du parti d'opposition du Labour dans le centre de Londres, le 4 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Daniel LEAL-OLIVAS)

Une proposition de motion condamnant le meurtre de 11 Juifs dans une synagogue de Pittsburgh a été rejetée au sein d’une branche du parti travailliste britannique (Labour), dans une petite circonscription du nord du pays.

Steve Cooke, secrétaire de la branche du nord-ouest dans la circonscription de Stockton North et constituée d’environ 67 000 personnes, non loin de l’Ecosse, avait soumis sa motion au vote suite à l’attaque du 27 octobre.

Présentée au vote, seuls deux membres ont soutenu l’initiative qui a été rejetée la semaine dernière, a noté samedi The Independent.

Cooke a écrit sur Facebook avoir été « consterné » par ce rejet et que les membres avaient clamé qu’il y avait une focalisation trop importante sur « l’antisémitisme ceci, l’antisémitisme cela ».

I am aghast to report that an emergency motion on the #PittsburghSynagogue attack which I took to my Labour Party branch…

Posted by Steve Cooke on Friday, 2 November 2018

Ce texte de motion rappelait que les meurtres « démontrent les dangers posés par la croissance des sentiments antisémites et des discours de haine à l’international ». Il évoquait la nécessité de « se montrer solidaires de la communauté juive, partout dans le monde, et de transmettre nos condoléances à tous ceux qui ont été frappés par les événements tragiques de Pittsburgh ».

Les critiques du texte, au Labour, ont déclaré qu’il aurait dû condamner tous les racismes au lieu de singulariser spécifiquement l’antisémitisme, a dit Cooke.

Le Labour fait l’objet d’une enquête initiée la semaine dernière par la police dans le secteur de Londres, concernant des discours de haine antisémite qui auraient été tenus sur Internet par des membres de la formation.

Jeremy Corbyn, le leader du parti d’opposition britannique du Labour en compagnie de Seamas Milne, directeur de la stratégie et de la communication, à droite, à leur arrivée pour une interview à la BBC au musée de Liverpool avant l’ouverture de la conférence annuelle de la formation, le 23 septembre 2018 (Crédit : AFP / Paul ELLIS)

Cela fait longtemps que l’organisation-cadre du Board of Deputies of British Jews maintient que sous la direction de son leader Jeremy Corbyn – qui a qualifié « d’amis » les groupes terroristes palestinien du Hamas et libanais du Hezbollah et qui a déclaré que les sionistes nés au Royaume-Uni ne comprenaient pas « l’ironie britannique » – le Labour rencontre un problème d’antisémitisme auquel il répugne à s’attaquer pleinement.

Corbyn a juré de sanctionner chaque membre du Labour se rendant coupable de déclarations antisémites, qualifiant « d’inacceptable » la haine anti-juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...