Rechercher

Une délégation arabe israélienne participe à la Marche des Vivants – une première

Un groupe composé de musulmans, chrétiens et druzes israéliens s'est entretenu avec des survivants du camp : "Nous voulons comprendre la douleur"

Visiteurs du camp de concentration nazi d'Auschwitz après la Marche des vivants, à Oswiecim, en Pologne, le 28 avril 2022. (Crédit: AP/Czarek Sokolowski)
Visiteurs du camp de concentration nazi d'Auschwitz après la Marche des vivants, à Oswiecim, en Pologne, le 28 avril 2022. (Crédit: AP/Czarek Sokolowski)

Pour la première fois, une délégation arabe israélienne a pris part à la Marche des Vivants dans l’ancien camp de concentration nazi d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, jeudi, à l’occasion de la journée de commémoration de la Shoah.

La délégation d’une vingtaine de participants, qui comprenait des Arabes israéliens musulmans, chrétiens et druzes, était organisée par l’organisation à but non lucratif « B’Yachad », qui signifie « ensemble ».

Avant le voyage, le groupe a effectué une visite préparatoire à Yad Vashem, le mémorial et musée national de la Shoah en Israël. Après leur arrivée en Pologne, les participants ont visité le vieux quartier juif de Cracovie et l’usine d’Oskar Schindler.

À Auschwitz, jeudi, le groupe a rencontré des survivants de la Shoah, dont l’un a dit à ses membres : « Vous me donnez de l’espoir. »

Pendant la marche, le groupe était accompagné par le député de la Knesset Abir Kara.

« Nous sommes Israéliens à tous points de vue, et nous sommes censés vivre comme des Israéliens », a déclaré Mahmud Abu Ria, l’un des participants du groupe.

Un participant d’une délégation d’Arabes israéliens musulmans, chrétiens et druzes parle à la télévision israélienne pendant la Marche des vivants, le 28 avril 2022 (Crédit: capture d’écran de la Douzième chaîne).

« J’ai grandi avec des Juifs et j’ai entendu des histoires de mes amis du monde entier relatant qu’il y avait des persécutions, qu’ils voulaient les assassiner et les détruire », a déclaré son frère, Amir, au diffuseur public Kan.

« Quand ils voient un groupe arabe qui veut leur faire du mal ou une organisation terroriste qui veut détruire et assassiner des Juifs, simplement parce qu’ils sont Juifs, ils ont peur », a-t-il ajouté. « Il y a des flashbacks de ce que leurs grands-parents leur ont raconté ».

« Je veux comprendre la douleur des Juifs avec qui je travaille et avec qui je vis au quotidien. Je dois comprendre leur douleur et ce qui se cache derrière elle », a-t-il ajouté. « Je ne peux pas vivre dans un pays sans apprendre à connaître mes concitoyens ».

Les frères sont originaires de la ville de Sakhnin, dans le nord d’Israël, et ont déclaré que leur grand-père avait combattu aux côtés des Juifs avant la création d’Israël en 1948. Ils ont dit qu’ils venaient d’une famille de militaires et que leur frère servait actuellement dans Tsahal.

Pour la première fois cette année , la marche comprenait également une délégation officielle des Émirats arabes unis et une cérémonie en arabe. Des délégués sont également venus de Syrie et du Liban, d’Arabie saoudite, de Jordanie, d’Égypte, du Maroc, de Turquie et de Jérusalem-Est.

Un groupe d’influenceurs musulmans a également participé, dans le cadre d’un groupe appelé Shakara qui vise à renforcer le lien entre Israël et le monde arabe suite aux accords d’Abraham.

Plusieurs milliers de personnes au total ont participé à la Marche, l’un des plus grands événements annuels de commémoration de la Shoah au monde, qui a eu lieu cette année après une interruption de deux ans due à la pandémie. Les années précédentes, les participants se comptaient par dizaines de milliers.

Conduits par huit survivants de la Shoah et par le président polonais Andrzej Duda, 2 500 Juifs et non-Juifs de 25 pays différents se sont rassemblés pour commémorer les six millions de victimes juives de la Shoah à l’occasion de Yom Hashoah, le jour de la commémoration de la Shoah en Israël, et ont pris part à la marche de 3,2 kilomètres.

Cette année, la marche s’est déroulée dans l’ombre de la guerre en Ukraine voisine, et un certain nombre de réfugiés ukrainiens figuraient parmi les participants.

Plus de 1,1 million de personnes ont été assassinées par les nazis et leurs sbires à Auschwitz. La plupart des personnes tuées étaient des Juifs, mais également des Polonais, des Roms, des prisonniers de guerre soviétiques et d’autres personnes. Lorsque les Soviétiques ont libéré le camp, ils n’ont trouvé qu’environ 7 000 survivants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...