Rechercher

Université du Michigan : envoi d’un mail favorable – par erreur – à l’antisémitisme

Le message adressé à tous les étudiants a suscité l'effroi, avant d'être très rapidement corrigé : « Nous avons clairement mal exprimé nos intentions »

Vue aérienne du Michigan Stadium au lever du soleil sur le campus de l'Université du Michigan. (Crédit : Université du Michigan/Flickr via JTA)
Vue aérienne du Michigan Stadium au lever du soleil sur le campus de l'Université du Michigan. (Crédit : Université du Michigan/Flickr via JTA)

ANN ARBOR, Michigan (JTA) – Comme de nombreuses universités américaines aujourd’hui, l’université du Michigan veut que sa communauté sache qu’elle est attachée à la diversité, à l’équité et à l’inclusion.

Mais pour les Juifs, un e-mail que le responsable de la diversité a envoyé samedi par inadvertance a laissé entendre l’exact opposé.

Dans une lettre adressée à tous les étudiants, membres du personnel et professeurs, Robert Sellers, vice-recteur à l’équité et à l’inclusion et Directeur de la diversité de l’université, a déclaré que l’université devait « renouveler son engagement » à « la promotion de l’antiracisme, de l’antivalidisme, de l’antisémitisme, à l’égalité entre les sexes et à la construction d’un climat hermétique à l’inconduite sexuelle ».

L’inclusion de l’expression « antisémitisme » parmi une liste de termes que le collège a l’intention de « faire progresser » a immédiatement créé un malaise.

« A ce jour, que font-ils au sujet de l’antisémitisme ? » a demandé Justin Joque, bibliothécaire à l’université, dans un tweet devenu viral. L’erreur est évidente : alors que « l’antisémitisme » a le même préfixe que les autres termes, il fait référence à la haine des juifs, tandis que les autres font référence aux efforts de lutte contre la haine et la discrimination.

Comment cette phrase a-t-elle pu être relayée dans les réseaux sociaux ? De quelle façon a-t-on géré la communication universitaire en interne? Comment cette grossière erreur a-t-elle pu être publiée malgré les différents étapes du processus interne de révision et d’édition des e-mails, généralement en vigueur ?

Le porte-parole de l’université, Rick Fitzgerald, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que l’utilisation du terme était « clairement une erreur ». Fitzgerald n’a pas souhaité répondre aux questions de la JTA sur le processus interne de révision et d’édition des e-mails à l’échelle du campus.

L’université a envoyé une correction et des excuses quelques heures après l’envoi du premier e-mail. « Dans nos efforts pour communiquer notre engagement à faire avancer de nombreux efforts dans le domaine de la diversité, l’équité et l’inclusion et le démantèlement des efforts contre l’antisémitisme, nous avons clairement mal exprimé nos intentions et suggéré par inadvertance que nous soutenions l’antisémitisme », a écrit Sellers dans le suivi. « C’est l’exact contraire de notre intention. »

« Sur un plan personnel, je voudrais m’excuser auprès de tous les membres de notre communauté pour cette erreur et pour le mal causé. En tant que vice-recteur et directeur de la diversité à l’université du Michigan, mes engagements personnels et professionnels pour le démantèlement de l’oppression et de la discrimination sous toutes ses formes, y compris l’antisémitisme, sont au cœur de ma mission », a ajouté Sellers.

L’e-mail initial avait pour but d’énoncer la conclusion récente du plan stratégique quinquennal de diversité de l’université et à annoncer les prochaines étapes que le département de la diversité prévoyait d’entreprendre pour remédier aux inégalités à l’université.

L’erreur était d’autant plus flagrante alors que Sellers et son bureau avaient récemment publié une déclaration virulente contre l’antisémitisme.

« Je condamne l’antisémitisme ainsi que toutes les autres formes de haine », a-t-il tweeté le 21 janvier peu de temps après la prise d’otages de la synagogue de Colleyville, au Texas, au cours de laquelle un rabbin, ancien étudiant du Michigan a été détenu sous la menace d’une arme. « Ils sont un anathème pour le genre de société dont je veux faire partie. »

Sellers occupe son poste à l’université depuis 2016 et avait précédemment annoncé son intention de quitter ses fonctions de directeur de la diversité de l’université d’ici la fin de 2021, date de fin du plan stratégique quinquennal. Il a récemment prolongé son mandat jusqu’en août pour donner à l’université le temps de trouver un remplaçant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...