Rechercher

Whoopi Goldberg dit qu’elle n’a pas réitéré ses propos polémiques sur la Shoah

"Je présente à nouveau mes sincères excuses, en particulier à tous ceux qui ont pensé qu'il s'agissait d'un nouveau rebondissement sur le sujet," a déclaré l'artiste

Whoopi Goldberg assistant à la première mondiale de "Nobody's Fool", à New York, le 28 octobre 2018. (Crédit : Charles Sykes/Invision/AP/Dossier)
Whoopi Goldberg assistant à la première mondiale de "Nobody's Fool", à New York, le 28 octobre 2018. (Crédit : Charles Sykes/Invision/AP/Dossier)

Whoopi Goldberg a insisté mardi sur le fait qu’elle n’avait pas « réitéré » son affirmation selon laquelle la Shoah n’était pas liée à la race, après avoir récemment répété cette affirmation dans une interview.

S’exprimant auprès du Sunday Times de Londres, l’actrice et productrice américaine a déclaré que le génocide orchestré par les nazis était une « violence de blancs contre des blancs », faisant écho à des commentaires qui lui avaient valu une suspension de deux semaines de l’émission « The View » plus tôt cette année.

« Rappelez-vous de qui ils ont tué en premier. Ils ne tuaient pas les gens pour des motifs raciaux. Ils tuaient pour des motifs physiques. Ils ont commencé par tuer des gens qu’ils considéraient comme mentalement déficients. Ensuite, ils ont pris cette décision », a-t-elle déclaré ce week-end.

Elle a également semblé dénigrer la réaction à ses remarques antérieures étant, selon elle, exagérée. « On aurait pu croire que j’avais chié sur la table, les fesses à l’air », a déclaré Goldberg.

Mais dans une déclaration faite mardi au journaliste d’Hollywood, Goldberg a affirmé qu’elle essayait seulement de « transmettre au journaliste ce qu’elle avait dit et pourquoi, et qu’elle avait tenté de parler de cette période ».

« Il n’a jamais été dans mon intention de donner l’impression que je réitérerais des commentaires blessants », a-t-elle déclaré, d’autant plus après avoir « parlé et écouté des gens comme des rabbins et des amis – ce qui a pesé dans la balance ».

Whoopi Goldberg sur le plateau de « The View ». (Crédit : Jenny Anderson/ABC via AP)

« J’apprends encore beaucoup de choses. Et croyez-moi, j’ai entendu tout ce que chacun m’a dit. Je crois que l’Holocauste était une question de race, et je suis toujours aussi désolée aujourd’hui qu’à l’époque d’avoir bouleversé, blessé et mis en colère des gens », a poursuivi Goldberg. « Je présente à nouveau mes sincères excuses, en particulier à tous ceux qui ont pensé qu’il s’agissait d’un nouveau rebondissement sur le sujet. Je promets que ce n’était pas le cas. »

« En cette période de montée de l’antisémitisme, je veux être très claire quand je dis que j’ai toujours été aux côtés du peuple juif et que je le serai toujours. Mon soutien à leur égard n’a pas faibli et ne faiblira jamais. »

Le PDG de l’Anti-Defamation League, Jonathan Greenblatt, s’exprime lors du Sommet national du leadership 2018 du groupe à Washington, D.C. (Crédit : Michael Brochstein/SOPA Images/LightRocket via Getty Images/JTA).

La déclaration a été faite après que Goldberg a été dénoncée par le chef de l’Anti-Defamation League (ADL), Jonathan Greenblatt, qui a qualifié ses dernières remarques de « profondément offensantes et incroyablement ignorantes ».

« Les nazis ont entrepris d’exterminer le peuple juif, qu’ils considéraient comme inférieur à la mythique ‘race maîtresse aryenne’. Ils ont utilisé des théories pseudo-scientifiques sur la race pour justifier leurs ‘lois raciales’ antisémites et le massacre systémique de millions de personnes », a-t-il écrit sur Twitter.

« Elle doit immédiatement s’excuser et s’engager à réellement s’informer sur la vraie nature de l’antisémitisme », a ajouté Greenblatt.

L’interview avec le Sunday Times a eu lieu alors que Goldberg faisait la promotion de son nouveau film, « Till », dans lequel elle interprète la mère de la militante des droits civiques Mamie Till-Mobley.

Le film raconte l’histoire vraie de la quête de justice de Mamie Till-Mobley, suite au lynchage de son fils, Emmett Till, âgé de 14 ans, par des suprémacistes blancs dans le Mississippi, en 1955.

Goldberg avait été vivement critiquée pour avoir dit que « la Shoah n’est pas une question de race », mais plutôt « d’inhumanité de l’homme envers l’homme », lors d’une conversation avec des co-animateurs de « The View » en janvier.

« Puisqu’on en parle, soyons parfaitement honnêtes », avait déclaré Goldberg, avant d’ajouter que « les Juifs et les nazis sont deux groupes de personnes blanches ».

Les responsables d’organisations juives s’étaient élevés contre ses propos, rappelant qu’Hitler avait qualifié les Juifs de race inférieure.

Goldberg avait présenté ses excuses en ligne le soir-même, ainsi qu’à l’occasion de son émission, le lendemain.

Cependant, la présidente d’ABC News, Kim Godwin, l’avait suspendue d’antenne durant deux semaines.

Goldberg, née Caryn Elaine Johnson, n’a pas d’origines juives mais elle a choisi un nom de scène ostensiblement juif, parce qu’elle dit se sentir proche du judaïsme.

« Je sais au fond de moi que je suis juive. Je ne pratique pas. Je ne vais pas à la synagogue, mais je sais quand ont lieu les fêtes », avait-elle déclaré à Londres, en 2016.

La même année, elle avait conçu un pull Hanoukka pour Lord & Taylor.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.