Rechercher

Whoopi Goldberg affirme de nouveau que la Shoah n’est pas une question raciale

L’animatrice de 'The View' a de nouveau parlé de la Shoah comme d’une "violence de blancs contre des blancs", sortie qui lui avait valu d'être privée d’antenne durant deux semaines

Whoopi Goldberg sur le plateau de "The View". (Crédit : Jenny Anderson/ABC via AP)
Whoopi Goldberg sur le plateau de "The View". (Crédit : Jenny Anderson/ABC via AP)

L’actrice et productrice américaine Whoopi Goldberg a de nouveau affirmé samedi que la Shoah n’était en rien une question de race, moins d’un an après avoir été privée d’antenne pour des propos similaires.

Lors d’une interview au journal britannique Sunday Times, Goldberg a déclaré que le génocide nazi était une violence « de blancs contre des blancs », et non une question raciale.

« Rappelez-vous de qui ils ont tué en premier. Ils ne tuaient pas les gens pour des motifs raciaux. Ils tuaient pour des motifs physiques. Ils ont commencé par tuer des gens qu’ils considéraient comme mentalement déficients. Ensuite, ils ont pris cette décision », a-t-elle déclaré.

Lorsque l’intervieweur a rappelé que les nazis considéraient leurs victimes comme des races inférieures, Goldberg a répondu : « Oui, mais c’est le tueur, n’est-ce pas ? » « L’oppresseur vous dit qui vous êtes », a-t-elle poursuivi. Pourquoi le croire ? Ce sont des nazis. Pourquoi croire ce qu’ils ont dit ? »

Affirmant que les Juifs n’étaient pas identifiables en tant que race, elle a expliqué : « Cela ne change rien au fait qu’il est impossible de dire de quelqu’un qu’il est Juif, juste en le voyant dans rue. En revanche, moi, [je ne peux rien cacher]. Les Juifs n’étaient pas différents des autres physiquement. C’est ce que je voulais dire. Moi, en revanche, on pourrait croire que j’ai fait caca sur la table, toute nue. »

Goldberg faisait la promotion de son nouveau film, « Till », dans lequel elle interprète la mère de la militante des droits civiques Mamie Till-Mobley.

Le film raconte l’histoire du combat de Till-Mobley pour obtenir justice suite au lynchage de son fils, Emmett Till, âgé de 14 ans, par des suprémacistes blancs dans le Mississippi, en 1955.

Goldberg avait été vivement critiquée pour avoir dit : « la Shoah n’est pas une question de race », mais plutôt « d’inhumanité de l’homme envers l’homme », lors d’une conversation avec des co-animateurs de « The
View », l’émission qu’elle anime, en janvier dernier.

« Puisqu’on en parle, soyons parfaitement honnêtes », avait déclaré Goldberg, avant d’ajouter que « [Juifs et nazis] étaient tous deux des
blancs ».

L’actrice Whoopi Goldberg prend la parole lors de l’inauguration de l’exposition « Planète ou plastique ? », mardi 4 juin 2019 au siège des Nations unies. (AP Photo/Mary Altaffer)

Les responsables d’organisations juives s’étaient élevés contre ses propos, rappelant qu’Hitler avait qualifié les Juifs de race inférieure.

Goldberg avait présenté ses excuses en ligne le soi-même, ainsi qu’à l’occasion de son émission, le lendemain.

Le président d’ABC News, Kim Godwin, l’avait suspendue d’antenne durant deux semaines.

Goldberg, née Caryn Elaine Johnson, n’a pas d’origines juives mais elle a choisi un nom de scène ostensiblement juif, parce qu’elle dit se sentir proche du judaïsme.

Elle avait déclaré à Londres, en 2016 : « Je sais au fond de moi que je suis juive. Je ne pratique pas. Je ne vais pas à la synagogue, mais je sais quand ont lieu les fêtes. »

En 2016, elle avait conçu un pull Hanoukka pour Lord & Taylor.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.