La Cour des magistrats de Tel Aviv a prolongé la detention d’un ensignant suppléant mardi, soupçonné d’avoir sexuellement harcelé et agressé des fillettes de CE1 dans une école primaire de la ville.

L’enseignant a été identifié comme était Shaul Shamai, 49 ans, de Rishon Letzion, près de Tel Aviv.

La juge Hayuta Kochan a rejeté la demande d’assignation à résident de la défense, au motif que le nombre de plaignantes est passé de 4 à 10 depuis le début du procès le mois dernier. Neuf des plaignantes sont élèves à l’école, et la dixième a plus de 14 ans.

Kochan a ajouté que Shamai a activement tenté de faire obstruction à l’enquête pour abus, et intentionnellement caché son passé criminel afin d’obtenir un emploi dans une école primaire du nord de Tel Aviv.

« C’est un criminel complexe qui a délibérément dissimulé le fait qu’il a été condamné afin de se garantir un accès à des mineures », a-t-elle dit.

Kochan a ordonné que Shamai reste en détention pendant une semaine.

Selon les médias, Shamai aurait tenu des propos explicitement sexuels aux fillettes, et aurait fait des attouchements sur certaines d’entre elles en cours.

Shamai a nié avoir agressé les fillettes, et soutient que son contact avec elle est resté convenable.

Cet incident a été mis en lumière après qu’une fille s’est plaint à sa mère. Il s’est ensuite avéré que Shamai a été condamné le mois dernier pour comportement obscène devant une fille de 12 ans, à qui il donnait des cours particuliers pendant 3 ans.

En janvier, avant son inculpation, la police lui a donné l’autorisation de continuer à enseigner. Cette décision n’a pas été amendée après son inculpation. Sa peine pour crimes précédents sera prononcée en octobre, selon Ynet.