Alex Jones, animateur de radio, adepte des théories du complot et fan de Donald Trump qui a déjà parlé d’une « mafia juive » dirigée par le milliardaire George Soros, a – à nouveau – émis dimanche une théorie selon laquelle des « Juifs gauchistes » ont pu prétendre être des nazis pour discréditer les suprématistes blancs qui manifestaient à Charlottesville, en Virginie.

Pendant son émission de radio, « The Alex Jones Show », Jones a raconté sa propre expérience, a-t-il dit, de manifester avec le Ku Klux Klan (KKK).

Je veux dire, très honnêtement, j’ai été à ces évènements, beaucoup de types du KKK sans leur cagoule ressemblent à des gens du casting de « Seinfeld ». Littéralement, ce sont juste des acteurs juifs. Je n’ai rien contre les Juifs en général, mais il y a des Juifs gauchistes qui voulaient créer cet affrontement, et ils y vont habillés en nazis. J’ai des vidéos d’Austin, nous allons les trouver quelque part dans le bureau, qui ressemblent littéralement au casting de « Seinfeld » ou à Howard Stern dans un uniforme nazi. Ils ressemblent tous à Howard Stern. Ils ont presque ces mèches de cheveux bouclés, et ils sont là, saluant Hitler. Vous pouvez dire qu’ils sont très mal à l’aise, ils ont super peur, et cela n’a que pour but de créer l’affrontement.

Jones a également publié samedi une vidéo intitulée « Les émeutes de Virginie mises en scène pour faire appliquer la loi martiale et interdire les rassemblements conservateurs. »

Media Matters a été le premier à signaler les propos de Jones.

Des centaines de suprématistes, de néonazis et de membres de l'extrême-droite américaine à Charlottesville, en Virginie, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Des centaines de suprématistes, de néonazis et de membres de l’extrême-droite américaine à Charlottesville, en Virginie, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Des nationalistes blancs se sont rassemblés samedi à Charlottesville, officiellement pour protester contre le projet de la maire d’enlever une statue du général confédéré Robert E. Lee.

Il y a eu des affrontements entre nationalistes blancs et contre-manifestants, et une femme de 32 ans a été tuée quand un néo-nazi de 20 ans a percuté avec sa voiture un groupe de contre-manifestants.

Jones a déjà démenti être antisémite, affirmant qu’il réserve ses attaques aux Juifs libéraux. En mars, Jones avait dit que « la mafia juive » soutenait les efforts des républicains modérés pour « faire dérailler la présidence Trump. »

« Il y a évidemment une mafia juive, et [l’Anti-Defamation League] vous dit que vous êtes antisémites, avait-t-il dit. Non, il y a une mafia italienne, une mafia irlandaise, une mafia juive, une mafia jamaïcaine, et il y a des mafias. Et, absolument, une mafia juive et pourtant, si vous critiquez, elle dit que vous êtes antisémite, mais la mafia juive est une mafia très puissante. »

En décembre 2015, Trump était l’invité de l’émission d’Alex Jones. Alors candidat à la nomination républicaine, il avait dit à son hôte que « votre réputation est incroyable », et lui avait promis de « ne pas [le] laisser tomber ».

Alex Jones, animateur d'InfoWars, a utilisé son émission, le 26 octobre 2016 pour s'élever contre la "mafia juive", avait reçu les compliments de Donald Trump pour sa "super réputation" en décembre 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube)

Alex Jones, animateur d’InfoWars, a utilisé son émission, le 26 octobre 2016 pour s’élever contre la « mafia juive », avait reçu les compliments de Donald Trump pour sa « super réputation » en décembre 2015. (Crédit : capture d’écran Youtube)

Jones a été critiqué car il propage des théories du complot, dont une affirmant que la FEMA, l’agence fédérale américaine en charge de la gestion des catastrophes naturelles, voulait mettre les Américains dans des camps de concentration, a rapporté Vox. Mark Potok, membre du Southern Poverty Law Center, a dit à Vox que Jones est le « premier producteur de théories du complot en Amérique aujourd’hui. »