Le contrôleur de l’Etat d’Israël Yossef Shapira a épinglé le gouvernement de Benjamin Netanyahu pour favoriser financièrement l’immigration juive des Etats-Unis au détriment de celle de France, proportionnellement plus importante.

Dans son rapport annuel, dont des extraits ont été publiés jeudi, le contrôleur, Yossef Shapira, relève que l’aide dispensée par le gouvernement aux associations d’aide à l' »aliyah » (immigration juive vers Israël) a été essentiellement donnée à Nefesh B’nefesh, une ONG incitant les Juifs américains à immigrer.

Cette association qui s’occupe surtout des nouveaux immigrants d’Amérique du Nord reçoit un budget gouvernemental « disproportionné », selon le contrôleur de l’Etat, qui compare avec l’aide gouvernementale accordée aux candidats au départ de France.

En 2005, le gouvernement israélien a décidé de débloquer un budget annuel pour des ONG qui encouragent la « montée » (traduction littérale d' »alyah ») vers Israël.

Sur les 113 millions de shekels (2,4 millions d’euros environ) déboursés depuis 2005 par l’Etat, l’association Nefesh Benefesh en a reçu la quasi-totalité (95%).

« L’aliyah de France étant proportionnellement à la population juive des deux pays, 7 fois plus importante que celle des Etats-Unis, il y a ici un cas évident de discrimination », accuse le rapport du contrôleur, se référant au chiffre de 2012.

« Cette mauvaise répartition des budgets met en danger le potentiel existant des candidats à l’immigration de France au profit des Etats-Unis dont le potentiel est beaucoup moins important », est-il écrit.

Nefesh Benefesh a réagi jeudi en assurant qu’elle « continuera à aider et encourager l’immigration juive avec la coopération du gouvernement israélien ».

Mais Avi Zana, le directeur d’AMI, l’ONG qui s’occupe de la France, a déclaré à l’AFP que « ce rapport confirme que le gouvernement n’a pas mis l’accent sur l’alyah des Juifs de France ».

« Les chiffres de l’immigration sont en hausse, nous espérons que les autorités sauront tirer les conséquences de ce rapport et dispenser des budgets importants pour aider les futurs immigrants français », a plaidé M. Zana.

Le nombre de migrants juifs ayant quitté la France pour Israël au premier trimestre 2014 a été presque multiplié par quatre par rapport à la même période de 2013, selon des chiffres de l’Agence juive.

De janvier à mars 2014, 1 407 Juifs de France ont fait leur « alyah », contre 353 au premier trimestre 2013, selon la représentation française de l’agence para-gouvernementale chargée de l’immigration juive vers Israël.

Cette tendance fait déjà suite à une année de nette hausse, 3 280 personnes ayant émigré de France vers Israël en 2013 contre 1.907 en 2012, soit une augmentation de plus de 70%.