Les Juifs sont autorisés à venir travailler en Arabie Saoudite, a fait savoir mardi le ministère saoudien du Travail d’après Al-Watan, le quotidien du Royaume.

Al-Watan a rapporté que le site du ministère saoudien du Travail répertorie désormais le judaïsme comme l’une des dix religions acceptables que les travailleurs étrangers ont le droit de pratiquer. Parmi les autres options on trouve « le communisme » et « ceux qui n’ont pas de religion ».

Le document cite en outre une source gouvernementale anonyme qui affirme que des permis de travail ont été refusés sur la base de la nationalité, et non sur celle de la religion, ce qui explique qu’il n’y ait pas d’interdiction officielle de délivrance de visas de travail aux Juifs, mais seulement aux Israéliens.

« Nous interdisons l’entrée [en Arabie Saoudite] seulement à ceux qui ont la citoyenneté israélienne. Mis à part cela, nous sommes ouverts à la plupart des nationalités et religions », affirme le document, ajoutant que cette politique était la preuve de l’ouverture du Royaume à d’autres religions, selon une traduction du rapport par le MEMRI.

« Par exemple, si un travailleur est citoyen du Yémen, mais pratique le judaïsme, l’Ambassade d’Arabie Saoudite [au Yémen] ne serait pas opposée à lui délivrer un visa de travail pour le Royaume », a ajouté la source.

L’Arabie Saoudite, qui possède une des politiques les plus restrictives au monde sur ces sujets, n’accorde pas de visas aux Israéliens ou aux personnes qui ont des visas israéliens dans leur passeport. Et bien que le gouvernement ait officiellement déclaré qu’il ne discriminait pas les touristes sur la base de l’appartenance religieuse, certains visiteurs dans le passé ont déclaré avoir eu des difficultés à obtenir un visa après avoir été identifiés comme Juifs.

Un membre du comité des Affaires étrangères, Sadaqa bin Yahya Fadhel, a exprimé son soutien à la décision du ministère du Travail, en déclarant : « Nous, musulmans, n’avons aucun problème avec les Juifs. Notre plus gros problème, en tant que nation arabe et musulmane, c’est le mouvement sioniste, mais pas les Juifs ou les Chrétiens. »

Selon le rapport de MEMRI, le membre du comité a poursuivi en expliquant que, selon lui, le mouvement sioniste exploite le judaïsme afin d’atteindre ses objectifs.

Le MEMRI a noté qu’il existe des différences au sein des dirigeants religieux saoudien sur les interprétations divergentes d’un hadith du Coran qui affirme : « Retirez les Juifs et les Chrétiens de la péninsule arabique.»

L’Arabie Saoudite demeure le seul Etat du Golfe qui interdit encore la création de lieux de culte de religions différentes de l’islam.

Le roi Abdallah hospitalisé pour « certains examens médicaux »

Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a été hospitalisé mercredi à Ryad pour « certains examens médicaux », a annoncé le cabinet royal dans un bref communiqué.

Le souverain, âgé de 91 ans et à la santé fragile, a été admis à la cité médicale Roi Abdel Aziz de la Garde républicaine, indique le texte, sans donner de précisions sur son état.

Abdallah, à la tête d’un royaume qui est le premier exportateur mondial de pétrole, fait des apparitions publiques de plus en plus rares.

Il se fait représenter par son prince héritier, Salmane Ben Abdel Aziz, 77 ans, comme lors du dernier sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) début décembre à Doha.

Le monarque saoudien avait subi deux opérations au dos visant à corriger un « relâchement ligamentaire », en octobre 2011 et en novembre 2012.

En novembre 2010, il avait été opéré à New York d’une hernie discale, compliquée d’un hématome, puis avait subi une deuxième opération le mois suivant.

L’âge du roi Abdallah et ses multiples hospitalisations alimentent régulièrement les rumeurs sur l’avenir du royaume, qui reste un acteur-clé au Moyen-Orient.

Le prince Salmane, demi-frère du roi, a été nommé prince héritier en juin 2012.