Un vice-ministre nationaliste du nouveau gouvernement bulgare a démissionné mercredi après le scandale provoqué par une photo prise en 2008 sur laquelle il adresse un salut nazi à un officier en cire lors d’une visite au musée Grevin à Paris.

« La tension créée [par cette photo] ne profite pas au gouvernement, j’ai donc demandé à être libéré de mes fonctions », a déclaré le vice-ministre du Développement régional Pavel Tenev lors d’une conférence de presse.

Les médias ont découvert cette photo compromettante sur le profil Facebook de l’intéressé nommé par le gouvernement qui a pris ses fonctions le 4 mai dernier.

Le conservateur Boïko Borissov, Premier ministre pour la troisième fois, a scellé un accord de gouvernement inédit avec trois partis d’extrême droite regroupés au sein de la formation Patriotes unis. Cette formation a décroché deux postes de vice-Premier ministre, deux ministères, ainsi que plusieurs portefeuilles de vice-ministres.

« Je ne partage pas du tout cette philosophie » nazie, a affirmé Tenev, ajoutant que son geste avec le bras levé était « plutôt moqueur ».

Le vice-Premier ministre nationaliste Valeri Simeonov avait qualifié de « bêtises » les publications de la photo compromettante. Au journal bulgare Sega, il a expliqué mercredi être lui-même allé, alors qu’il était étudiant dans les années 1970, visiter le camp de concentration nazi de Buchenwald, en Allemagne : « Qui sait quelles photos rigolotes on a pu y faire », a-t-il déclaré.