L’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis a déclaré dans une interview télévisée diffusée samedi que Jérusalem n’était en aucune manière désireuse de s’opposer à Washington sur l’accord nucléaire iranien controversé conclu le mois dernier, mais estime plutôt qu’elle n’a pas le choix.

« Il ne fait aucun doute qu’il s’agit de la relation la plus importante au monde, et nous ne souhaitons pas, de quelque manière que ce soit, être en désaccord sur ce sujet politique prioritaire aux yeux du président américain. C’est une grosse affaire », a déclaré Ron Dermer à Fareed Zakaria de CNN.

« Mais… la survie de l’Etat d’Israël est également une grosse affaire, et nous croyons que cet accord menace la survie d’Israël », a déclaré Dermer.

L’émissaire israélien a affirmé qu’Israël fustige l’accord auprès du président américain Barack Obama depuis une longue période, et a aujourd’hui pour objectif de convaincre le Congrès et les sénateurs « qui décideront finalement de son sort ».

« Nous leur disons que c’est un mauvais accord qui met en danger la sécurité d’Israël », a déclaré Dermer.

Le Congrès devrait voter sur l’accord d’ici le 17 septembre, et la bataille oppose l’administration Obama contre Israël et le lobby pro-israélien de l’AIPAC, risquant d’agrandir le fossé entre Washington et Jérusalem.

Le mois dernier, l’AIPAC a entamé un effort important de lobbying contre l’accord, dépêchant des centaines de militants à travers Washington pour convaincre les membres du Congrès de s’y opposer.

Obama a promis d’opposer son veto tout refus du Congrès et a besoin du vote de 34 des 40 démocrates du Sénat.

L’administration Obama a vivement critiqué les opposants à l’accord, faisant valoir que c’est la meilleure option pour les Etats-Unis, Israël et le monde.

« Lorsque le président et le secrétaire d’Etat américain John Kerry disent qu’ils croient que cet accord est le meilleur pour l’Amérique et pour Israël, je ne doute pas de leur sincérité. Nous sommes en désaccord avec leur jugement. Nous pensons que cet accord mettra en danger la sécurité d’Israël », a déclaré Dermer à CNN.

En Israël, a souligné Dermer, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef de l’opposition, le dirigeant de l’Union sioniste Isaac Herzog, ainsi que les chefs des autres partis de l’opposition partagent le point de vue que l’accord iranien est mauvais et accordera à l’Iran le statut d’Etat de seuil nucléaire, et mettra Israël en danger.

Devant le fait que certains anciens chefs des services de sécurité israéliens défendent plus ou moins l’accord, y compris l’ancien chef du Mossad, Efraim Halevy et l’ancien chef du Shin Bet Ami Ayalon, Dermer a déclaré : « Nous sommes un Etat juif, nous avons beaucoup d’opinions et nous sommes une démocratie. Nous ne sommes unanimes sur aucun sujet. »