Bravant un mercredi venteux à Tel-Aviv, les écologistes sont montés en rappel sur le toit de l’hôtel de ville pour accrocher une banderole de 200 mètres carrés, pour encourager le maire de Tel Aviv Ron Huldai à cesser d’utiliser le bois controversé dans les projets de construction de Tel Aviv.

On peut lire en hébreu sur l’énorme bannière « Huldai, descendez de votre arbre », qui est une expression qui signifie : « Changer vos manières » ; et en anglais : « STOP Amazon crime ! ».

Les militants protestaient contre l’utilisation de rares arbres ipê de la forêt amazonienne par la ville pour la construction de bâtiments, tels que le port de Tel Aviv, et l’utilisation de ce bois pour construire une terrasse sur la Promenade Lahat, selon l’organisation écologiste Greenpeace.

Sept militants ont été arrêtés pour avoir troublé la paix et refuser de quitter les lieux, a indiqué la police.

L’organisation a également déclaré qu’elle envisage de déposer une plainte contre l’entrepreneur, Shamayim Yerukim (Green Sky), pour avoir importé de l’ipê par la société KM Comercio en Amazonie, qui, selon Greenpeace, avait été condamnée à une amende de « plus de 400 000 dollars pour le commerce de bois illégal » en 2014 par les autorités brésiliennes.

Le bureau de Huldai a nié ces allégations, mais a déclaré que la municipalité se penchera sur le changement du type de bois utilisé pour des projets de la ville.

« La municipalité de Tel Aviv insiste pour que sa boiserie soit faite avec du bois qui provient uniquement d’une source autorisée et non d’arbre coupé de leur environnement naturel », a déclaré la municipalité dans un communiqué.

« La municipalité veillera à ce que ses lignes directrices soient clarifiées et mises à jour pour que l’on utilise du bois recyclé ou des substituts de bois pour de futurs projets dans le cadre de l’engagement de [la municipalité] pour protéger les forêts tropicales ».

Selon Greenpeace, Israël est le deuxième plus grand utilisateur par habitant de bois d’ipê dans le monde. Il en a importé environ 5 000 tonnes en 2013. L’organisation appelle toutes les municipalités israéliennes à arrêter d’utiliser ce bois.