WASHINGTON – Un groupe d’hommes d’affaires américano-palestiniens de Chicago a levé de l’argent pour envoyer des Arabes israéliens et des Palestiniens de communauté défavorisés dans des universités israéliennes.

Dimanche soir, le Palestinien Students Scolarship Fund a donné son dîner inaugural pour la levée de fonds à Oak Brook, en périphérie de Chicago.

L’évènement, qui a attiré plus de 100 personnes, était destiné à lever des fonds pour permettre aux jeunes Arabes israéliens et Palestiniens de s’inscrire à l’université de Haïfa, une université publique de la ville côtière d’Israël.

Fondé en 2015 par Talat Othman, homme d’affaire américano-palestinien et collecteur de fonds républicain, le fonds a déjà permis à plus de 60 étudiants de suivre des programmes de licences, masters et doctorats de l’université. Les bourses couvrent les frais de scolarité, le logement et les dépenses courantes.

Othman tente d’amener plus d’Américains, notamment des Américains d’origine palestinienne, à participer à sa cause.

Talat Othman, fondateur du Palestinian Students Scholarship Fund, lors du dîner inaugural pour la levée de fonds à Oak Brook, Illinois, le 10 septembre 2017. (Autorisation)

Talat Othman, fondateur du Palestinian Students Scholarship Fund, lors du dîner inaugural pour la levée de fonds à Oak Brook, Illinois, le 10 septembre 2017. (Autorisation)

Malgré le fait que « l’aide de cette nature puisse être controversée par certains », Othman a affirmé qu’il veut « encourager tous les Américains, spécialement les Américano-Palestiniens, à soutenir cette initiative et à voir combien d’espoir et d’impact une petite contribution peut apporter, et finir par encourager d’autres groupes dans d’autres villes, dans tout le pays. »

Le programme des bourses a un partenariat exclusif avec l’université de Haïfa. Le président de l’université, Ron Robin, était présent à ce dîner, ainsi que plusieurs bénéficiaires de la bourse.

Ron Robin (Crédit : autorisation)

Ron Robin (Crédit : autorisation)

Robin a parlé de la diversité du campus de Haïfa (« Juifs et Arabes, religieux et laïcs, civils et militaires ») comme d’un phénomène unique, qui est, selon lui « un ingrédient clé pour promouvoir la sécurité et la stabilité » en Israël, et qui « sert de modèle pour la coexistence, en Israël et dans l’ensemble de la région. »

Othman a créé le fonds avec six autres hommes d’affaires américano-palestiniens de Chicago, l’une des villes où vivent le plus grand nombre d’immigrants palestiniens aux États-Unis.

Ils sont plus de 200 000 à vivre dans la périphérie sud-ouest, notamment à Bridgeview, quartier souvent appelé « Little Beitunia », en référence à la ville palestinienne située à l’ouest de Ramallah.