La Russie a placé des missiles balistiques sol-sol en Syrie, selon une entreprise d’imagerie satellite israélienne qui a publié vendredi des photos par satellite des lances-missiles.

ImageSat International a expliqué que son satellite EROS B avait capturé les photos de deux camions lance-missiles « Iskander » SS-26 dans le nord de la Syrie. Les lance-missiles sont situés sur la base aérienne de l’armée syrienne de Lattaquié. Deux autres lance-missiles ont également été aperçus sur la base, a annoncé l’entreprise.

Le missile Iskander est un missile de moyenne portée – de 400 ou 500 kilomètres – capable de transporter des ogives nucléaires.

Selon le site d’information Ynet, la Russie avait déjà réfléchi à fournir des missiles Iskander au président syrien Bashar al-Assad, mais ne l’avait pas fait en raison des inquiétudes des Israéliens. L’armement aperçu sur des photos récemment diffusées est apparemment placé sous le contrôle des forces russes qui opèrent en Syrie et n’a pas été transmis aux forces d’Assad.

Des avions chasseurs sur le tarmac de la base militaire aérienne russe Hmeimim dansla province de Latakia, située dans le nord-ouest de la Syrie, le 16 février 2016 (Crédit :  AFP/STRINGER)

Des avions chasseurs sur le tarmac de la base militaire aérienne russe Hmeimim dansla province de Latakia, située dans le nord-ouest de la Syrie, le 16 février 2016 (Crédit : AFP/STRINGER)

“Cette révélation ratifie [sic] plusieurs rapports qui n’avaient pas été confirmés attestant de la présence de missiles Iskander en Syrie, et dévoile le site de déploiement de ce système », a fait savoir ImageSat.

L’entreprise ajoute que selon ses évaluations, les lances-missiles sont « déployés de façon habituelle sous des filets de camouflage à proximité d’un composant non pavé avoisinant. Plus probablement, les fortes pluies et les inondations ont nécessité le redéploiement de ces deux éléments sur le site sur lequel ils ont été détectés par les analystes de l’iSi.”

Le reportage de Ynet déclare qu’Israël s’inquiète que l’armement puisse tomber entre les mains du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah qui combat aux côtés des forces russes et du régime syrien et qui est ouvertement engagé dans la destruction d’Israël.

Vendredi, l’armée russe a annoncé qu’elle avait commencé à réduire son déploiement en Syrie. Moscou a annoncé que son porte-avions quitterait le premier la zone de conflit.

“En accord avec la décision du commandant suprême des forces armées russes Vladimir Poutine, le ministère russe de la Défense commence à réduire le déploiement des forces armées en Syrie,” ont rapporté les agences d’information russes, citant les propos du chef militaire Valery Gerasimov.

Gerasimov a indiqué qu’un groupe naval dirigé par le porte-avions Admiral Kuznetsov serait le premier à quitter le secteur.

Le commandant en chef russe en Syrie, Andrei Kartapolov, a indiqué que la Russie avait encore suffisamment de capacités de défense aérienne en Syrie grâce aux systèmes S-300 et S-400 qui ont été déployés dans ce pays ravagé par la guerre.

Depuis le mois de septembre 2015, la Russie a renforcé sa puissance de feu terrestre en Syrie, et maritime en Méditerranée, en soutien aux forces du régime qui ciblent la ville d’Alep.

Les troupes loyales à l’allié de la Russie qu’est Bashar al-Assad sont finalement parvenues à expulser les rebelles de la ville le mois dernier, constituant ainsi leur plus grande victoire en plus de cinq années de combat, ouvrant la route au lancement par le Kremlin d’une nouvelle initiative de solution politique au conflit.

Le président russe Poutine a ordonné une réduction de ses forces en Syrie le 29 décembre, alors qu’il annonçait un cessez-le-feu entre les forces gouvernementales et rebelles qui a depuis atténué l’intensité des combats.

La Russie, aux côtés de la Turquie et de l’Iran, tente actuellement de promouvoir des négociations de paix qui se dérouleraient à la fin du mois dans la capitale du Kazakhstan, à Astana.

Moscou a lancé sa campagne de bombardement en Syrie en septembre 2015, aidant à renverser la vapeur en faveur des forces d’Assad, alors en difficulté.