Près de 2 000 personnes se sont rassemblées mardi dans le cimetière de Beer Yaakov, au centre d’Israël, pour l’enterrement du garde-frontière Solomon Gavriyah, 20 ans, tué le matin même dans un attentat terroriste, devant l’implantation de Har Adar, en Cisjordanie.

La majorité de l’assemblée était issue de la communauté israélo-éthiopienne, originaire de Beer Yaakov, comme Gavriyah, ainsi que des membres de la police des frontières.

Gavriyah a été promu au rang de sergent à titre posthume. La police a déclaré dans un communiqué qu’il avait rejoint les rangs de la police des frontières dans le cadre de son service national, et qu’il travaillait depuis peu sur la zone frontalière entre Jérusalem et la Cisjordanie.

Deux des endeuillés, qui semblent être des membres de la famille, ont dû être pris en charge par des équipes médicales après avoir perdu connaissance à cause de la chaleur, de l’humidité et de l’émotion.

Le chef de la communauté israélo-éthiopienne de Beer Yaakov a débuté la cérémonie par une courte oraison funèbre en langue amharique.

La mère de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

La mère de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

Le chef de la police Roni Alsheich a déclaré que « nos agents sont en première ligne, et une fois de plus, se mettent en danger pour protéger le peuple d’Israël ».

« Les actions des courageux gardes-frontières, et en premier lieu de Solomon, ont évité une tragédie encore plus grave », durant l’attaque à Har Adar ce matin, a poursuivi Alsheich.

« Ces dernières années, nos meilleurs agents ont été tués pendant leur service, et toi, Solomon, comme j’ai pu l’apprendre de tes supérieurs et de tes camarades, tu en faisais partie. Tu considérais que ton travail était ta mission, et tu étais motivé dans tout ce que tu faisais, et tu communiquais [cette motivation] à ceux qui servaient à tes côtés », a-t-il ajouté.

« À la famille Gavriyah, vous êtes des membres inséparables de la famille des gardes-frontières. Nous vous ouvrons nos bras aujourd’hui, et nous pleurons avec vous. La police israélienne aujourd’hui baisse la tête en ton honneur Solomon, et nous nous engageons à poursuivre ton travail. Je te salue. »

Funérailles de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

Funérailles de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

« Mon chéri, je ne saurais pas dire combien je t’aime. L’amour de ma vie. Ma vie. Hier soir, tu t’es endormi au téléphone parce que tu étais de garde ce matin. Je n’y ai pas cru quand j’ai vu les informations ce matin. Personne ne m’a jamais appris à gérer ça. Je ne sais pas comment l’accepter. Je ne peux pas. Tu as toujours été le meilleur, le meilleur de ton unité, le meilleur de nos amis. Tu ne te plaignais jamais. Tu étais un guerrier. Un héros. Mon héros. Tu t’es battu pour intégrer cette unité. Tu allais rejoindre la police militaire, mais tu t’es battu pour être où tu étais. Comment est-possible ? Mon amour de 20 ans !, » a déclaré la petite amie très émue de Solomon Gavriyah.

La sœur de Solomon Gavriyah a commencé son oraison funèbre, mais, submergée par l’émotion, s’est interrompue et a été escortée par des membres de sa famille.

« Tu étais la fierté de notre famille. Tu nous inspirais tous. Je ne sais pas comment nous allons continuer sans toi », a-t-elle dit, en sanglotant, avant de s’effondrer.

Funérailles de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

Funérailles de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

Avraham Neguse, député à la Knesset (Likud), a déclaré au cours de l’enterrement que le peuple d’Israël et la communauté israélo-éthiopienne « a perdu l’un de ses héros ».

« Il y a un an, quand il a été blessé dans un autre attentat terroriste, il n’a pas abandonné sa mission, celle de protéger sa patrie. Il est revenu protéger notre peuple. Aujourd’hui, lui et ses amis ont donné leurs vies pour cette mission. Nous nous souviendrons toujours de toi », a déclaré Neguise en hébreu, avant d’entamer une oraison funèbre en langue amharique.

Le père de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

Le père de Solomon Gavriyah, 20 ans, garde-frontière, tué par un terroriste palestinien à Har Adar, au cimetière militaire de Beer Yaakov, le 26 septembre 2017. (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israël)

Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, a également pris la parole. Il s’est engagé « à ne pas baisser les bras » après l’attentat meurtrier de mardi matin.

« Solomon a montré aujourd’hui comment être un vrai héros pour Israël. Il s’est mis devant le terroriste. Il l’a stoppé, alors que sa propre vie était en jeu », a déclaré Erdan au sujet du garde-frontière tué. « Tu es venu dans ce pays en tant qu’immigrant. Tu es devenu l’un de ses défenseurs. Nous n’oublierons jamais le sacrifice que tu as fait. »

Erdan a ajouté que « les actes héroïques » dont ont fait preuve Gavriyah, Youssef Ottman et Or Arish, les vigiles qui l’accompagnaient, et qui ont été tués dans l’attentat « permettent aux habitants de Har Adar, et à nous tous, de vivre en Israël en paix et en sécurité ».

« Les extrémistes islamistes tentent de nous chasser de chez nous avec des roquettes sur nos frontières, et des attaques au couteau et des fusillades dans nos villes et nos villages », a-t-il dit.

« Les efforts déployés pour parvenir à un compromis sont importants, mais quand des Palestiniens tuent des Israéliens innocents et que l’Autorité palestinienne les soutient, nous serons fermes et nous ne baisserons pas les bras. Les terroristes n’auront rien. »

« Solomon, je te promets que nous n’abandonnerons pas et nous ne céderons pas, en ton nom. Nous continuerons à bâtir notre foyer national, notre pays, parce que c’est notre maison », a conclu Erdan.

L’enterrement de Gavriyah s’est terminé par une salve de 21 coups de canons tirés par ses camarades.

De gauche à droite : Solomon Gavriyah, Youssef Ottman et Or Arish, les trois Israéliens tués dans un attentat à Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : autorisation)

De gauche à droite : Solomon Gavriyah, Youssef Ottman et Or Arish, les trois Israéliens tués dans un attentat à Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : autorisation)

Des centaines de personnes réunies à Abu Gosh pour enterrer Yousef Ottman

Plusieurs centaines de personnes ont assisté à l’enterrement de Yousef Ottman, à Abu Gosh. Il a été tué par un terroriste palestinien alors qu’il montait la garde à l’entrée de l’implantation d’Har Adar, en Cisjordanie.

La cérémonie a rassemblé de nombreux garde-frontières qui connaissaient Ottman, et qui travaillaient avec lui. Le maire de la ville, Issa Jaber, a dirigé la cérémonie en arabe et en anglais.

Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, a pris la parole et a rendu hommage à Ottman, qui protégeait des vies humaines, alors que son assassin les ôtait.

« Deux hommes sont partis travailler ce matin, l’un pour la vie, pour sauver des vies, et le second pour la mort, pour ôter des vies », a-t-elle dit, évoquant Nimer Muhammad Jamal, le meurtrier d’Ottman, « que son nom soit effacé ».

« Nous n’avons aucune patience à l’égard des personnes qui prennent part à de lâches attaques terroristes », a-t-elle ajouté, soulignant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est engagé à démolir la maison de l’assaillant.

Regev a souligné qu’Ottman était un soldat combattant, et que, s’il « avait eu une chance de lutter, il aurait gagné », mais le terroriste avait profité du fait qu’Ottman le connaissait pour s’approcher avant de dégainer son arme et de le tuer.

« Ils doivent choisir : le terrorisme ou gagner leur vie », a déclaré Regev au sujet des Palestiniens.

L’ancien chef de l’opposition Chaim Herzog (parti travailliste) a qualifié Abu Gosh de « modèle de paix », mettant en avant la cohabitation pacifique entre Juifs, Chrétiens et musulmans.

Les funérailles de Youssef Ottman tué le 26 septembre 2017 à l'entrée de l'implantation de Har Adar (Crédit : Dov Lieber/Times of Israel)

Les funérailles de Youssef Ottman tué le 26 septembre 2017 à l’entrée de l’implantation de Har Adar (Crédit : Dov Lieber/Times of Israel)

« Cette attaque terroriste haineuse n’a pas eu lieu dans le vide. Elle est le produit direct des paiements que verse l’Autorité palestinienne aux terroristes. Mahmoud Abbas continue à encourager le terrorisme en glorifiant les terroristes qui ont commis des attentats ravageurs contre des Israéliens. J’appelle le Conseil de Sécurité à condamner immédiatement et unanimement cette ignoble attaque, et à exiger que Mahmoud Abbas et l’AP mettent fin à l’incitation contre l’État d’Israël et son peuple, » a déclaré l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies Danny Danon.

« Il ne peut y avoir aucune justification pour un tel crime et les tentatives du Hamas pour glorifier cette attaque sont répréhensibles. La violence et le terrorisme ne contribueront qu’à davantage de pertes et de souffrances, et doivent prendre fin. L’Union européenne présente ses plus sincères condoléances aux familles des victimes de cette fusillade, » a déclaré le représentant de l’UE dans un communiqué publié sur son site.

Jason Greenblatt, l’envoyé pour la paix américain, arrivé dans la journée pour un suivi de réunions déstinées à relancer le processus de paix, a déclaré : « Ma famille et moi-même sommes horrifiés par l’attentat de Har Adar. Honte au Hamas et à tous ceux qui saluent l’attentat. Tout le monde doit s’élever contre le terrorisme. Nous prions pour les victimes de l’attentat de Har Adar, ainsi que pour leurs proches. »

L’ambassade américaine à Tel Aviv et le consulat américain à Jérusalem ont de leur côté publié un « communiqué conjoint » au sujet de l’attentat de Har Adar.

« Nous condamnons de la manière la plus ferme qui soit l’attentat ignoble de Har Adar aujourd’hui. Nous condamnons également les déclarations qui glorifient le terrorisme et nous voulons faire clairement savoir que le terrorisme ne doit jamais être toléré. Nos pensées et nos prières vont vers les familles des victimes tuées et nous souhaitons un prompt rétablissement au blessé. »