La justice militaire israélienne vient d’inculper trois soldats soupçonnés de pillage, les premiers à être poursuivis pour des agissements de l’armée lors de la dernière guerre de Gaza, a-t-on appris lundi de source militaire.

« Deux soldats sont accusés d’avoir volé de l’argent à hauteur de 2.420 shekels (620 dollars) dans un bâtiment de Chajaya où stationnaient les troupes » israéliennes pendant la phase terrestre de l’opération Bordure protectrice, a indiqué l’armée dans un communiqué.

Un troisième est accusé de complicité. Le quartier de Chajaya dans la ville de Gaza a été le théâtre de l’une des batailles les plus acharnées de la guerre de juillet-août 2014.

Ces inculpations, qui remontent à la semaine passée, sont annoncées alors qu’est attendue sous peu la publication d’un rapport d’enquête de l’ONU qui doit se pencher notamment sur des frappes meurtrières subies par des abris de l’ONU et généralement imputées à Israël.

La conduite de cette guerre par Israël continue d’être examinée à la loupe et fait l’objet de différentes enquêtes internationales.

Israël n’accepte pas les enquêtes internationales, partiales selon lui, et assure être capable de rendre la justice lui-même si son armée, décrite comme « la plus morale du monde » par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a commis des méfaits.

Plusieurs enquêtes de la justice militaire sont ainsi en cours, y compris sur des faits bien plus graves que le vol, comme la mort de quatre enfants de 9 à 11 ans sur la plage de Gaza le 16 juillet 2014 ou encore le bombardement d’une école de l’ONU qui avait fait environ 20 morts le 30 juillet à Jabalya.