Une véritable affaire de famille. Hani Ramadan, islamologue suisse et frère du prédicateur Tariq Ramadan, a donné une vidéo conférence à Lyon, en direct depuis le centre islamique d’Europe à Genève fondé par son père Saïd Ramadan.

Il a été question de Hassan Al-Bana, fondateur des Frères musulmans, dont il est le petit-fils, mais aussi de son interdiction de territoire français prononcée au printemps 2017 par le gouvernement français.

Il félicite en ouverture l’association des consommateurs musulmans de France d’héberger cette retransmission à Lyon, et de faire preuve ainsi de « courage » contre la censure dont il s’estime être la victime.

Hani Ramadan fait ici référence à une interdiction de territoire  émise en 2017 par le ministre de l’Intérieur d’alors, Mathias Fekl, qui avait ainsi décrit Ramadan : un individu « connu pour avoir dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français ».

https://twitter.com/SIzbak/status/919210233179836416

« Les forces de l’ordre sont pleinement mobilisées et continueront de lutter sans relâche contre l’extrémisme et la radicalisation » avait-t-il ajouté.

Hani Ramadan qui s’était prononcé en faveur de la lapidation des femmes en 2012, et pour l’application de loi musulmane, est également sur les réseaux sociaux dont il use massivement, un relais de thèses complotistes.

En 2015, suite aux attentats du 13 novembre, Ramadan avait expliqué qu’il fallait rechercher les commanditaires des attentats en se tournant vers Israël et plus précisément vers le Mossad. Le service de renseignements israélien serait une « de ses obsessions » selon le site Conspiracy Watch qui a recensé plusieurs de ses sorties conspirationnistes.