Le groupe terroriste est actuellement engagé dans des contacts indirects avec Israël pour tenter de parvenir à une trêve de longue durée, mais un an après une nouvelle guerre dévastatrice les deux ennemis se refusent à écarter dans leurs discours un nouveau recours à la force.

« Le but de ces camps d’entraînement militaire est de former la génération de la libération, spirituellement, intellectuellement, physiquement pour qu’elle soit capable et prête à jouer son rôle dans la libération », explique ainsi dans un communiqué les brigades qui, comme pour chacune de leurs activités, verrouillent totalement la communication autour du camp.

Durant deux semaines, les participants, âgés de 15 à 60 ans, seront notamment « formés aux techniques militaires et au tir avec des balles réelles », assurent les brigades.

Ils se verront aussi enseigner les « premiers secours et les techniques de sauvetage ».

Les camps d’été, traditionnellement consacrés à l’entraînement sportif et l’apprentissage du Coran, sont organisés de longue date par le Hamas à Gaza, mais cet hiver les brigades al-Qassam avaient lancé un nouveau genre de camp, cette fois totalement dédié à l’entraînement militaire de jeunes de 15 à 20 ans.

Les militants de défense des droits de l’Homme avaient dénoncé une militarisation à marche forcée de la société gazaouie et une atteinte aux droits de l’enfant.

Faisant fi de ces critiques, les brigades ont de nouveau organisé ce camp cet été, en l’élargissant aux Gazaouis jusque 60 ans.